Nepal Airlines revient à Dubaï – et cherche un investisseur

air-journal_Nepal_Airlines_A320 sharklets

La compagnie aérienne Nepal Airlines a relancé une liaison entre Katmandou et Dubaï, après quatre ans d’absence. Son directeur général est sur place pour des discussions avec « une compagnie aérienne » susceptible d’être intéressée par un investissement.

Depuis le 18 aout 2016, la compagnie nationale népalaise propose trois vols par semaine entre sa base à Katmandou-Tribhuvan et l’aéroport de Dubaï, à bord d’un Airbus A320 pouvant accueillir 8 passagers en classe Affaires et 150 en classe Economie. Les départs sont programmés mardi, jeudi et dimanche à 23h30 pour arriver le lendemain à 2h55, les vols retour quittant les Emirats Arabes Unis lundi, mercredi et vendredi à 4h10 pour atterrir à 10h10. Nepal Airlines est en concurrence directe avec la low cost Flydubai, qui propose des rotations depuis les deux aéroports de Dubaï, et indirectement avec Etihad Airways, Oman Air et Qatar Airways.

Le directeur général de Nepal Airlines Sugat Ratna Kansakar a confirmé lundi dans Gulf News être aux Emirats Arabes Unis pour mener des « négociations informelles » avec une compagnie aérienne non identifiée : le gouvernement a mandaté la compagnie pour dénicher un « partenaire stratégique » susceptible de racheter au moins 51% de son capital, l’état ne voulant garder qu’une participation minoritaire (un propriétaire étranger ne changera pas le statut de compagnie nationale, précise le dirigeant). Les représentants d’une « compagnie du Moyen-Orient » se sont déjà déplacés à Katmandou pour tenir ce qu’il appelle là encore des « discussions informelles » ; et selon lui, la manœuvre est jugée indispensable par le gouvernement pour reprendre des parts de marché, les transporteurs étrangers en détenant actuellement 90%.

Nepal Airlines dispose aujourd’hui de deux A320, équipés de Sharklets en bout d’aile et de capacité RNP (Required Navigation Performance), un modèle entré dans sa flotte en 2015 et choisi selon Airbus « pour ses performances sans rival » dans les aéroports de haute altitude (un troisième est attendu en 2017). Et elle devrait disposer à partir de décembre de deux A330-200, qui remplaceront ses Boeing 757-200 sur les vols vers le Japon et la Corée du Sud. Elle dispose également de trois Bombardier DHC6-300, d’un MA-60 et d’un Y12E.

Son réseau compte plus de vingt aéroports népalais, plus huit à l’international : Bangkok, Bangalore, Hong Kong, Delhi, Doha, Dubaï donc, Kuala Lumpur et Mumbai. Elle envisage de lancer des liaisons vers Pékin, Chengdu, Kunming et Shanghai en Chine, ainsi que vers le Myanmar et le Sri Lanka. Nepal Airlines a transporté 253.658 passagers en 2015.

http://www.air-journal.fr/2016-08-25-nepal-airlines-revient-a-dubai-et-cherche-un-investisseur-5168403.html

Commentaire(s)

  1. Pet
    Publié le 25 août 2016

    un pays fantastique, mais quel joyeux bazar ..

  2. un plus de 3000 h de vol - 25 août 2016 à 15 h 42 min
    un plus de 3000 h de vol
    Publié le 25 août 2016

    Il faudrait aussi que l’aéroport Thribuvan permette de suivre la montée en puissance de Nepal Airlines ….Intégrer des Airbus A320 , A330 … c’est autre chose que des bi-turbo pour vols intérieurs de moins de 20 places !
    Bons vols et aussi bonne récupération de l’activité après les dégâts du dernier séisme ….

  3. Bizarre.
    Si il est à Dubai pour discuter avec « une » compagnie des Emirats Arabes Unis ça ne peut être qu’une compagnie basé à Dubai.
    Le groupe Emirates n’est pas du genre à investir dans des compagnies étrangères, et il y en à pas d’autre (hormis charter et cargo).
    De mon côté rien entendu en interne concernant Nepal… Wait and See

  4. doudou
    Publié le 25 août 2016

    Avec les nouvelles commandes d’Airbus de la part de Nepal Airines, peut être que certaines cies népalaises seront retirées de la liste noire. Je pense notamment à Budha Air avec qui j’ai volé plusieurs fois et qui a des taux d’incidents très faibles ainsi que des appareils en excellent état (ATR & Beech 1900). Après, il est certain qu’une telle cie se fiche d’être ou non sur liste noire, car elle n’a pas pour objectif de venir en Europe, mais la retirer de cette liste permettrait alors de faire pression sur les autres cies népalaises afin qu’elles améliorent la sécurité sur leurs vols, car depuis deux ans, l’aviation népalaise souffre de -beaucoup- trop d’accidents.

  5. L’article ne dit pas qu’il est à Dubaï mais aux Emirats Arabes Unis.
    Si ce n’est pas Emirates je pense qu’Etihad est bien placé pour ce genre d’opération.

  6. Pet
    Publié le 26 août 2016

    L’affaire semble plus sérieusement prise en compte en comparaison des biques sacrifiées il y a qques annèes par le Prime d’alors pour relancer les affaires d’AirNépal.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter