Mitsubishi MRJ : toujours pas de vol transpacifique

air-journal_Mitsubishi MRJ90 vol essai

Un problème d’air conditionné a fait échouer les deux premières tentatives de vols transpacifiques du Mitsubishi MRJ90, qui doit poursuivre aux Etats-Unis sa campagne de certification.

L’avionneur japonais a tenté les 26 et 27 aout 2016 de convoyer son premier prototype de MRJ90 entre Nagoya et l’aéroport de Moses Lake, dans l’Etat de Washington, mais le FTA1 a dû rebrousser chemin à deux reprises. Un court communiqué de Mitsubishi dimanche explique que « la fonction de surveillance du système de gestion de l’air conditionné nécessite d’être inspecté, comme la veille (vendredi). Nous avons donc décidé de faire revenir l’avion à Nagoya ». Seul le résultat des inspections permettra de tenter de nouveau ce convoyage, aucune date n’étant annoncée. Les essais de certification aux Etats-Unis doivent être menés à Moses Lake, où Mitsubishi Aircraft a installé sa base MRJ et un centre d’ingénierie pour se rapprocher de la FAA et accélérer si possible la certification ; quatre des cinq avions d’essais doivent s’y rendre, dont les deux ayant déjà volé.

La première livraison de l’avion régional MRJ90 à la compagnie aérienne de lancement ANA (All Nippon Airways, 15 exemplaires fermes plus dix options pour ANA Wings) doit intervenir au premier semestre 2018, soit avec plus de quatre ans de retard. Le vol inaugural du 11 novembre 2015 et les essais en vol suivants avaient selon Mitsubishi confirmé des caractéristiques générales « satisfaisantes », mais aussi identifié plusieurs « problèmes ». Le MRJ90 pourra accueillir entre 81 et 92 passagers selon le nombre de classes.

Les 243 commandes fermes et 204 options et engagements d’achat enregistrés à ce jour par le programme portent toutes sur la version MRJ90 ; la version MRJ70 de 78 places n’en a pour l’instant remportée aucune.

http://www.air-journal.fr/2016-08-30-mitsubishi-mrj-toujours-pas-de-vol-transatlantique-5168667.html

Commentaire(s)

  1. Arthur
    Publié le 30 août 2016

    Entre Nagoya et l’état de Washington c’est le Pacifique, pas l’Atlantique…

  2. Cet avion est en phase de certification il essuie encore quelques platres et sera enfin bon pour le service.
    Les japonnais joue gros avec cet avion ils sont culturellement tres exigeants ils ne laisserront rien passer.

  3. Et puis les Brésiliens sont technologiquement tellement en avance sur les japonais..
    Ahahahahahahah!!!

  4. @eric de nice
    Les bresiliens n’ont pas a rougir et ne sont pas moins qualifies pour faire des avions !
    Erj135/145/170/195 sont des machines superbes qui n’ont jusqua maintenant eu aucun soucis majeur de conception.
    Les japonais sont certes reputes mais n’oubliez pas la gestion catastophique des centrales nucleaires etc…
    Arretez donc un peu de vous moquer des bresiliens

  5. Aerolease vient d’en commander également une vingtaine d’exemplaires.
    Je ne sous estime pas les Brésiliens mais c’est totalement débile de croire que la demarche des Japonais est un péché d’orgueil..
    Ils n’ont rien à apprendre des Brésiliens.

  6. Les bresiliens on assurement une longueur d’avance sur les japonais. La derniere fois que le japon a concu un avion date de la seconde guerre mondiale et c’etait des avions millitaires en bois!!

    Donc croyez moi oui ils on des choses a apprendre des bresiliens ! Ils on devellope toute une game d’avions tous certififés et volants sur tout les continents.
    C’est un peu comme si vous disiez qu’un aprenti cuisto n’a rien a apprendre d’un chef experimenté.
    si c’est pas de l’orgeuil dites moi ce que c’est mais ne dites pas que les japonais n’ont rien a apprendre des bresilien qui on 20 ans d’avance technologique aeronautique derriere eux soyez raisonable voyons !!

    • Je crois que vous entretenez de part et d’autre un dialogue de sourds.

      S’l est indéniable que les EMBRAER sont de bons appareils, civils ou militaires, il est tout aussi indéniable que les Japonais sont technologiquement loin d’être des idiots.

      Je ne sais de qui ils apprendront, sans doute de tous les constructeurs, mais leur « retour » dans l’aéronautique risque fort d’être marquant.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter