Insolite : JetBlue envoie des enfants dans le mauvais aéroport

air-journal_JetBlue_premier-A321

La compagnie aérienne low cost américaine JetBlue a mélangé deux enfants de 5 ans en les envoyant dans un mauvais aéroport où les attendaient, pour chacun d’eux, une famille inconnue. Stupéfaction pour les familles !

Maribel Martinez s’est épanchée dans les colonnes du New York’s Daily News indiquant qu’elle n’avait pas cessé de pleurer depuis que la compagnie aérienne lui avait présenté un autre enfant que le sien lors de son arrivée à l’aéroport JFK de New York le 17 août dernier. « Non, ce n’est pas mon enfant», se souvient-elle répondre aux employés JetBlue. « J’ai pensé qu’il avait été kidnappé », « J’ai pensé que je le reverrai plus ».

Les deux enfants de 5 ans avaient embarqué un peu plus tôt en République dominicaine, l’un étant envoyé à Boston quand il devait rejoindre New York et inversement. Chaque enfant avait le passeport de l’autre et ses bagages.

« En apprenant l’erreur, nos équipes de JFK et Boston ont immédiatement pris des mesures pour aider les enfants à atteindre leurs destinations correctes », a indiqué la compagnie dans un communiqué. « Bien que que les enfants étaient toujours sous la garde et la surveillance des membres JetBlue, nous nous rendons compte cette situation a été pénible pour leurs familles. »

En achetant son billet de retour, Maribel Martinez, qui était revenue de vacances en République dominicaine, une semaine avant son fils, précise qu’elle avait payé une taxe de 100 $ supplémentaire pour qu’un représentant JetBlue l’escorte dans l’avion. Toujours selon Mme Martinez, il a fallu plus de trois heures à la compagnie aérienne pour traquer Andy à Boston… avant de le remettre dans un avion le même jour vers New York.

JetBlue a reconnu le cafouillage et a remboursé le billet d’avion retour du fils (475 $) et a remis à la famille 2100 $ de crédit sur de prochains vols avec JetBlue.

http://www.air-journal.fr/2016-09-04-insolite-jetblue-envoie-des-enfants-dans-le-mauvais-aeroport-5168873.html

Commentaire(s)

  1. Bravo aussi à la police des frontières dominicaine et à son homologue étasunienne, qui n’y ont vu que du feu.

    Plutôt que de casser les pieds des gens avec leurs séries de questions débiles sur les motivations des voyageurs, les fonctionnaires de l’Immigration des États-Unis d’Amérique feraient mieux de commencer par comparer la photo sur le passeport avec la tête de leur « client ». Ça leur éviterait ce genre de ridicule.

    • Gros malin, un enfant de 5 ans voyage avec un passeport sur laquelle il a probablement une photo qui date de ces 1 an ou même quelques jours ( c’est le cas de ma fille de 3 ans et demi qui sur la photo du passeport a 3 jours ! ) . De plus les empreintes digitales des enfants changent , ainsi on ne prend pas leur empreintes pour les passeport avant 12 ans en général .

      Ce n’est pas la PAF dominicaine ou étasunienne qu’il faut charger mais bien les employés de la compagnie aérienne en « république »dominicaine .

      • 1 – Quand on a reçu une éducation correcte, on ne commence pas une réponse par « gros malin », même quand on souhaite exprimer un désaccord ou une objection.

        2 – Vous voulez nous dire qu’un jeune enfant non accompagné peut entrer aux États-Unis sans que son identité soit vérifiée ? Qu’il n’existe aucun moyen de le faire ? Dans ce cas, je veux bien postuler auprès des services d’immigration américains pour leur apprendre leur métier, parce que moi, je vois très bien comment on peut procéder, avec ou sans passeport biométrique.

  2. manno

    Bonjour .je pense tu ne sais pas trop bien de quoi tu parles shogun. La police n a rien avoir avec ça .je pense l erreur a du se produire peut être quand le pnc a vérifier les papiers des enfants .ça peut arriver .si on ne fait pas trop attention .et encore je C est tout un système qui a mal tourné. .car c est deux vols .bien distinctes. Le personnel au sol doit bien vérifier le papier et la destination finale .puis le personnel de l avion dont les pnc .puis une fois arriver le personnel au sol de la destination finale doit encore vérifier .voilà alors je pense que tu n es pas conscient et pas pnc .merci pour ta compréhension bonne journée

    • Que les PNC de la compagnie aient commis une erreur ne fait pas de doute. Mais si les parents ont pu constater qu’on leur présentait un enfant qui n’était pas le leur, à l’arrivée d’un vol international, c’est bien que ces enfants ont pu franchir l’immigration avec des passeports inversés, non ?

      • Un enfant change vite. Si le passeport a été fait il y a plus d’un an, un agent d’immigration aurait du mal à vérifier l’identité de l’enfant, encore plus s’il ne le voit qu’une seule fois.

        La compagnie aérienne avait elle toutes les informations nécessaires pour s’assurer de la bonne identité des enfants. Elle n’a pas fait son travail correctement.

        • Oui, bien sûr, la compagnie aérienne est la première fautive. Mais pas exclusivement.

          La protection des enfants implique aussi une vérification d’identité aux frontières. Et la photographie sur le passeport n’est pas le seul moyen de contrôle. En l’occurrence, il aurait seulement suffit de demander à ces enfants leur nom (à cinq ans, on sait parler) pour détecter la méprise. On aurait au moins évité le choc réciproque de la remise à des parents qui n’étaient pas les bons.

          Sans vouloir forcément désigner des coupables individuels, je pense qu’il conviendrait au moins de tirer leçon de cet incident pour revoir et améliorer les procédures.

  3. seb

    Mes cousins qui se ressemblent un peu se sont amusés à échanger leurs passeports et cartes d’embarquement pour un vol Amsterdam Marseille. Le personnel n’y a vu que du feu. Ils ont pu embarquer sans problème. Le personnel a regardé succinctement la CNI présenté pour chacun d’entre eux.

  4. A330-200

    de toutes les manieres cela ne vaut pas le cout d ‘en faire un drame , les enfants n’ont jamais ete en danger et ont été rendus à leurs parents avec quelques heures de retard. cela aurait ete plus grave avec des vols LCs chacun à un point du globe.Ils toujours ete entourés par du personnel et n’étaient^pas tout seul.

    • Cela s’est bien terminé cette fois-ci. Mais cela aurait pu être plus grave si l’enfant était tombé sur des pédophiles ou autres criminels. C’est donc un cas grave qui requiert à la compagnie de revoir ses procédures de vérifications d’identité.

    • Oui enfin, faut se mettre à la place des parent quand même. Ils ont apparement mis longtemps pour retrouver la trace (3 heures, c’est log) d’un des gamin.
      Donc si, ça vaut le coup d’en parler et de dire que la compagnie (et les douanes, un enfant change vite, mais y’a moyen de voir un peu ses trait sur une photo quand même) a été en dessous de tout

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum