La Compagnie lance sa seconde liaison quotidienne Paris-New York

air-journal_La_Compagnie_757-200

Comme annoncé début septembre, le transporteur aérien français La Compagnie renforce progressivement sa présence sur la liaison entre Paris et New York, avec l’introduction d’un deuxième vol quotidien à partir du samedi 22 octobre 2016, en vente dès à présent sur GDS.

« Nous accélérerons notre développement sur notre ligne Paris – New York où nos remplissages sont supérieurs à 85%, afin de répondre à la demande croissante de tous nos clients, notamment les entreprises, explique Frantz Yvelin, président-fondateur de La Compagnie. Avec ce deuxième vol quotidien, c’est plus de choix et plus de flexibilité pour tous nos passagers entre Paris et New York en Classes Affaires et au meilleur prix ».

Ce second vol quotidien va entraîner des ajustements dans les horaires avec le vol du matin qui part désormais de  Paris-CDG  à 11h00 avec une arrivée à New York Newark à 13h55. Son vol retour repart de Newark à s à 19h45 pour rejoindre Paris-CDG à 8h25 le lendemain.  Le second vol partira de Paris Charles de Gaulle (CDG) à 12h55 pour une arrivée à Newark à 15h30, le vol retour repartant à 21h30 pour  une arrivée sur Paris-CDG à 10h20 le lendemain. A cette occasion, La Compagnie propose un tarif exceptionnel de découverte de ce deuxième vol à 1100€ TTC par personne (tarif soumis à conditions valable pour des ventes jusqu’au 15/12/2016).

Pour rappel, ce renforcement de l’axe vers New York Newark depuis Paris intervient alors qu’elle annonçait en septembre la suspension de ses opérations entre Londres-Luton et Newark Liberty, (inaugurée en novembre 2015) en raison du climat d’incertitude économique consécutif au Brexit.  Ses concurrentes entre Paris et les aéroports new-yorkais sont Air France, XL Airways, American Airlines, Delta Air Lines, United Airlines (Newark – CDG) et OpenSkies

http://www.air-journal.fr/2016-09-25-la-compagnie-lance-sa-seconde-liaison-quotidienne-sur-paris-new-york-5169929.html

Commentaire(s)

  1. LSO

    Mais egalement norwegian …

  2. Freddoo

    Cela fait beaucoup de monde sur l’axe Paris -NYC… prix attractifs… horaires… mais en final remplir les avions deviendra de plus en plus difficile!

  3. Pet

    Ouvrir pour fermer en invoquant un climat d’incertitude dû au Brexit.
    Ce n’est pourtant pas cet état d’esprit qui domine en UK.
    Heureusement que ts les entrepreneurs n’ont pas ces frilosités.

    • A330-200

      étrange car BA ferme l’une de ses deux rotation entre LCY et new york en tout affaire invoquant exactement la même raison.

      • Pet

        Le Brexit a bon dos et on lui colle tous les échecs.
        Pour très bien connaitre le tissu économique au Royaume Uni, la tendance actuelle si elle est négative, tient à la mauvaise politique de D.Cameron et rien d’autre.
        La construction en est un des tristes exemples.
        T.May n’engagera l’article 50 de sortie de l’UK de l’Europe qu’en janvier. En attendant ttes les raisons sont bonnes pour invoquer le Brexit plutôt qu’un échec commercial quel qu’il soit.

        • Le but d’une cie aérienne est d’être rentable et non de jouer à la roulette russe. Même si la situation économique n’est pas préoccupante en ce moment, elles anticipent sur l’avenir car agir quand la baisse de fréquentation a commencé, c’est déjà trop tard, voire dangereux pour une cie aussi petite que la Compagnie.

          Theresa May et ses ministres ne feront rien pour dissiper ce climat d’incertitude tant leur décisions se contredisent. Ce gouvernement n’a aucune idée de la direction à donner à Brexit. Cela inquiète le milieu des affaires avec raison.

      • Il est possible qu’il y ait en effet une baisse toute relative du trafic en classe affaires sur la liaison spécifique London-City – New-York. Il n’en demeure pas moins que plusieurs compagnies ont annoncé par ailleurs, sur la même période, des ouvertures de lignes vers la capitale britannique, et vers d’autres villes du Royaume-Uni.

        Donc on peut dire tout au plus que les banquiers de la City et de Wall Street sont moroses et se déplacent moins entre les deux centres d’affaires. Mais sûrement pas que le trafic aérien entre la Grande-Bretagne et le reste du monde serait en chute. Bien au contraire.

        Les prétendus « experts » de la bien-pensance économique eurolâtre, dont la parole monopolise les médias en France et en Europe, se sont encore une fois ridiculisés en annonçant les pires malheurs aux Britanniques s’ils osaient désobéir à leurs consignes de vote. Le peuple a désobéi, il a voté pour le « brexit »… Et la vie continue.

  4. Il n y a que moi qui suit surpis par la courte duree entre les deux vols?? Le choix de l horaire me parait en effet pas une bonne strategie. Pourquoi ne mettre quasiment 3 h de difference entre les deux vols? Cela ne permet pas un grand choix pour les personnes qui en ont le plus besoin (les hommes d affaires)

    • Peut-être que c’est la formule la moins chère d’un point de vue logistique. La Compagnie reste une mini-compagnie où chaque dépense compte. Dans l’idéal serait bien d’avoir un vol le matin vers 9h et un autre en fin de journée vers 18h permettant soit d’arriver tôt à NYC pour profiter de sa journée ou encore de profiter de la matinée pour travailler ou autre à Paris/IdF et de partir en fin de journée. Même Openskies ne proposent que 2 vols par jours avec un écart de 3 heures au même heures.

  5. A330-200

    Beaucoup avaient annoncés que la compagnie ne tiendrait pas un an , cela fait deja plus et cela semble bien fonctionner pour elle …

  6. Londres New York est ou était à 40 vols par jour donc 38 moins les vols de BA et de La Compagnie, Paris New York est ou était à 20 vols par jour. Aux pessimistes, en terme de fréquences et de nombre de passagers, Paris est la seconde escale européenne après Londres sur les vols au départ ou à l’arrivée de NYC (JFK et Newark), bien avant Francfort.

    Tout comme à Londres, l’arrivée de la Norwegian ne fait qu’accentuer les choses. Je ne serai pas étonné que dès l’été 2017, le CDG/New York de Norwegian soit rendu quotidien. Pour Londres, les choses se font réalisées en 15 mois sur cette ligne. Et sur les vois au départ de CDG, il y a des belges.

  7. Bravo a la compagnie !
    La demande entre Paris et New York est importante et tous le monde peut y trouver sa part quand on decide de s’y investir…
    Tous le contraire d’AA qui continue d’employer de vieux 767, 757 dont la cabine et le confort laissent a desirer (meme re-amenage , la cabine reste très bruyante qui est dérangeant sur un LC). Pourquoi ne pas passer a un vol quotidien (contre 2 actuellement) en 787 ayant une capacité légèrement supérieur au 767 (ajuste a la demande) et permettrais a AA de se reprendre des parts sur cette route ?!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum