L’Australie ne veut toujours pas de l’A350 de Thai Airways

air-journal_Thai-Airways-A350-900-first-flight-profil

La compagnie aérienne Thai Airways a reporté au 1er décembre au plus tôt le déploiement de son Airbus A350-900 entre Bangkok et Melbourne, l’Australie tardant – sans explication officielle – à certifier le nouvel appareil. C’est désormais l’aéroport de Dubaï qui accueillera le 1er novembre son premier vol long-courrier.

Alors que ce vol inaugural de l’A350-900 sur le réseau long-courrier de la compagnie nationale de Thaïlande était initialement programmé pour le 16 septembre 2016, sur le premier des deux vols quotidiens entre sa base à Bangkok-Suvarnabhumi et l’aéroport de Melbourne-Tullamarine, le président Charamporn Jotikasthira avait annoncé quelques jours avant l’inauguration un premier report à une date ultérieure non précisée, citant alors des raisons purement bureaucratiques : « en raison de nouvelles inspections et exigences des autorités australiennes sur le plus récent des types de Thai, l’A350XWB, le processus d’approbation ne peut être conclu à temps pour les premiers vols vers l’Australie ». Thai Airways avait alors affiché un départ de l’A350-900 au 30 octobre, début de la haute saison hivernale, mais cette date est désormais repoussée à début décembre. Les deux rotations quotidiennes vers Melbourne resteront donc opérées le mois prochain en Boeing 777-200ER ou -300ER (cette route devait aussi accueillir le deuxième A350-900 de Thai Airways, justement à partir de fin octobre).

La compagnie de Star Alliance va du coup déployer jusqu’à fin novembre ses deux Airbus A350-900 sur une rotation quotidienne entre Bangkok et Chiang Mai d’une part (c’est déjà le cas), et sur deux vols par jour vers Singapour d’autre part. La première destination long-courrier du nouvel appareil de Thai Airways deviendra du coup Dubaï, avec un départ tous les jours à 16h20 (arrivée à 20h30) et un retour des Emirats Arabes Unis à 21h30 (arrivée le lendemain à 6h50) ; elle fait face à la concurrence directe sur cet axe avec Emirates Airlines et ses six rotations quotidiennes dont cinq en A380 (plus fin novembre la low cost Flydubai).

Des sources au sein de l’autorité de la sécurité de l’aviation civile australienne (CASA) ont indiqué au Bangkok Post que le retard de certification des A350-900 thaïlandais est dû à un « manque de familiarité » avec l’appareil, principalement sur des « problèmes de navigabilité » (airworthiness). Une raison peu crédible puisque l’Australie accueille déjà les A350-900 de Qatar Airways (à Adelaïde) et Singapore Airlines (à Melbourne justement), celui de Cathay Pacific étant attendu à Melbourne en février prochain. Mais il est vrai que les pays d’origine de ces avions ne sont pas classés en catégorie II par la FAA. Le président de Thai Airways a également souligné que ce même processus avait été beaucoup plus rapide dans le cas de son 787-9 Dreamliner en 2014 (un appareil commandé par Qantas, contrairement à l’A350 qui n’a pas trouvé preneur en Australie à ce jour).

Rappelons que les quatorze Airbus A350-900 commandés par Thai Airways sont configurés pour accueillir 32 passagers en classe Affaires et 289 en Economie (321 places au total). L’A350-900 MS44, livré le 30 aout, était le premier des huit exemplaires pris en leasing chez CIT ; le deuxième est parti de Toulouse le 11 octobre. Les quatre derniers seront achetés directement chez Airbus.

http://www.air-journal.fr/2016-10-21-laustralie-ne-veut-toujours-pas-de-la350-de-thai-airways-5171393.html

Commentaire(s)

  1. Etrange histoire puisque l’Australie accueille déjà des A350 d’autres compagnies !!!!!

  2. LSO

    leurs manquements aux règles en matière de sécurité et sureté y sont sans aucun doute la principale cause.
    il me semble toutefois que la Thaïlande est repassé en cat I…

  3. A330-200

    Boeing et les USA ont du faire pression sur l’Australie comme ils en ont l’habitude.

    • Que vous soyez pro-airbus est une chose (je penche moi-même pour Airbus), mais de la a être consiprationniste en est une autre.
      Les cies aériennes des USA ont des Airbus, tous milliers d’airbus décolle et se pose aux USA tous les jours.
      je doute donc très fort vu la situation d’airbus avec les USA (on est plus à l’époque de la commercialisation de l’A300) que ceux ci passent leurs temps à faire bloquer un avion d’une seule cie aérienne dans un pays à l’autre bout du pacifique.
      Pays de plus qui exploite les Airbus (jetstar en a 60 en opération je pense) et accueil les A380 (entre autres) de EK, SQ, BA, Qantas, Korean, etc.)

    • mais bon dieu mais c’est bien sur comme disait l’inspecteur Bourel , enfin ça ,c’est pour les vieux qui ont connu.

  4. Thai dessert déjà plusieurs destinations en Australie depuis de nombreuses années sans problème. Il semble donc que les autorités australiennes aient un différend avec la Thaïlande. Peut-être un différend d’ordre politique ou commercial. Les australiens ont l’habitude de ce genre de pratique plutôt discrète pour exprimer un désaccord.

  5. Bon vieux protectionnisme…….quand il tient un pays il ne le lache plus!

  6. TANON

    L’Australie comme la Nouvelle-Zélande ont de tout temps « recertifié » des avions qu’ils ne constrsuisent paset principalementdans les ATA avionics.
    On peut admettre une legere difficulté pour ces 2 CAA à appréhender les avions du futurs ( B787 et A350 ).
    Nos cheres dsac francaise aiment souvent aussi recertifier ce qui l’est déjà par l’EASA tel que l’ETOPS, le FTL ou la MMEL, … .
    Je pencherai plutot pour un compromis FAA niveau 2 pour la Thailande et avion nouveau pour l’Australie.
    Mais n’oublions pas que chaque pays est libre de protéger son espace aérien et son économie.

  7. Un peu curieux cette histoire, se montrer tres laxiste avec un avion qui a connu des woes pendant des années sur tout les continents comme le 787 et faire preuve d’autant de severiter envers le gentil A350 qui n’a connu aucun bobo c’est un peu insensé. A mon avis il y a un truc tout autre je pencherais plutot pour le point de vue de Realvision.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter