Lufthansa fait ses adieux au Boeing 737

air-journal_lufthansa-737-300-vol-close

La compagnie aérienne Lufthansa a effectué hier son dernier vol en Boeing 737, faisant ses adieux à la famille de monocouloirs après une histoire commune de près de 50 ans. Sa flotte continentale se standardise désormais autour des Airbus A320.

Le 31 octobre 2016, le 737-300 immatriculé D-ABEC et baptisé « Karlsruhe » de la compagnie nationale allemande a effectué un vol spécial (LH9922) entre sa base de Francfort et l’aéroport de Hambourg, où une cérémonie était organisé par Lufthansa et Lufthansa Technik. Le vol retour, piloté par le Capitaine et Commandant de la flotte Ulrich Pade, avait à bord un groupe de journalistes ainsi que des employés de Lufthansa, qui fait ainsi ses adieux à la flotte de Boeing 737 qu’elle exploite depuis 48 ans, « marquant ainsi la fin d’une époque couvrant près de 50 ans ». Dans les prochaines semaines, les six derniers 737-300 seront transférés en Floride pour être revendus. A l’avenir, Lufthansa proposera des services continentaux à bord d’un type d’appareil unique, « permettant ainsi de nombreuses synergies en termes d’accréditation de pilots, de personnel de cabine et de planning ainsi qu’en termes de fourniture de pièces détachées ». La famille Airbus 320 de Lufthansa est actuellement composée d’environ 150 A319, A320 et A321. Elle inclut également quatre avions de dernière génération : les A320neo.

Harry Hohmeister, membre du Comité Exécutif et Directeur de l’Administration du Hub, a rappelé dans un communiqué : « Lufthansa a toujours adopté des approches innovantes pour répondre à la fois aux besoins de ses clients et pour tirer profit des opportunités offertes par le marché. C’est pour cela que nous avons joué un rôle clé dans la création et le développement des B737. Nous comptons poursuivre cette approche novatrice avec la dernière génération d’avions ». Au fil des décennies, la compagnie de Star Alliance a fait l’acquisition d’un total de 148 Boeing 737 « de presque toutes les générations ». Au début des années 1960, le PDG de Lufthansa Technik, Professeur Gerhard Höltje, a fait évoluer le projet et a apporté son soutien au développement du court et moyen-courrier avec l’aide de Boeing. L’appareil long-courrier de l’époque a servi de modèle pour le design de la cabine et le positionnement des moteurs sous les ailes de l’avion : selon Lufthansa, les livres d’enfants des années 1960 décrivaient le Boeing 707 comme père, et le Boeing 727 comme mère d’un petit avion nommé « Bobby ». Ce nom a été rapidement adopté. « Le B737 a toujours été appelé « Bobby » à la fois par les employés de Lufthansa et par les fans de l’avion, et un grand nombre de passagers et d’employés associent à ce modèle une époque très particulière. Nous souhaitons remercier le B737 pour ces presque 50 ans de service fiable et couronné de succès », ajoute Klaus Froese, PDG du Hub Lufthansa de Francfort.

Le 19 février 1965, Lufthansa a été le premier acheteur de 22 Boeing 737-100 dans le monde. Le 4 février 1968, soit presque trois ans plus tard, Lufthansa a fait atterrir son premier 737-100 à Hambourg. En peu de temps, le Boeing 737 « est devenu un appareil standard, de part sa taille, pour les vols court-courrier ». Outre le 737-200 disponible en plusieurs versions passager et fret, le premier 737-300 a été livré à Lufthansa en 1986, offrant un haut niveau de confort, une économie de carburant et une réduction de bruit comparativement à d’autres appareils utilisés à cette époque-là.  C’est en mai 1988 que les premiers copilotes ont été formés pour voler sur les 737. Ce monocouloir a été le premier à atterrir à l’aéroport de Leipzig dans l’ancienne RDA, « devenant le premier avion à être le témoin de la réunification des deux Allemagne ». Un peu plus tard, le 2 octobre 1990, le premier vol Lufthansa à bord du 737 « Sindelfingen » a été effectué en direction de Berlin Ouest. A l’été 2016, le 737 enregistré en tant que D-ABEK a eu l’occasion de « vivre sa dernière heure de gloire » : mis aux couleurs de « Fanhansa », il a transporté à son bord l’équipe nationale allemande de football, en direction de la France.

air-journal_lufthansa-737-200-historique aj_lufthansa b737-500 air-journal_Lufthansa 737-800 Fanhansa air-journal_Lufthansa-737-300-sunset

 

http://www.air-journal.fr/2016-11-01-lufthansa-fait-ses-adieux-au-boeing-737-5171931.html

Commentaire(s)

  1. En tant que spécialiste aéronautique, le 737 aura eu une très belle carrière ponctuée de réussite unique.

    Il est à prévoir que le 737 MAX n’ait pas la même hélas car la technologie européenne et chinoise fait quand même des merveilles d’innovation mais longue vie à Boieing.

  2. PAT

    Très bien vu de la part de Lufthansa. Avoir uen flotte unique (famille A320) permet de réduire les coûts de manutention et aussi de formation des pilotes.
    Mais quand même dommage pour le B737.

  3. Jean-Marc

    Bravo à Lufthansa qui joue le jeu à fond « fabrication Europe exclusivement » – En plus, voler avec eux est un réel plaisir, j’ai testé à plusieurs reprises sur moyen et long courrier, service impeccable, sourire franc et sincère, aéroports allemands bien organisés etc… En plus, ma position géographique fait que je peux prendre le TGV à Besançon jusqu’à Strasbourg et ensuite les navettes jusqu’à Frankfort ce qui, en temps de parcours, n’est guère plus long que d’aller dans la sinistre région parisienne ou on se tape parfois jusqu’à 50 mn de RER our aller à CDG et te prendre un coût exorbitant de taxes d’aéroport.

  4. Je me demandais pourquoi LH n a pas unifié sa flotte CC MC plus tôt. Cela fait des décennies que les autres compagnies europeennes l ont fait ( AF KL BA IB AZ). En tout cas le 737 est bien un avion mythique avec une carriere exeptionnelle.

    • Jean-Marc

      Que Lufthansa soit encore un gros client « Boeing » certes sauf que la compagnie a fait le choix d’Airbus pour une future flotte et pas la moindre. Quant au 737 c’est sans doute une belle réussite pour Boeing ce qui n’empêche pas tous les déboires et accidents tragiques avec cet appareil. Je ne veux pas faire du chauvinisme « tordu » et tout récemment encore (sur Planète +) je regardais un reportage sur l’histoire du B747 qui est et restera une exception dans l’aviation civile. Ceci dit, je dis et continuerai à dire que les Américains se sont débrouillés pour flinguer le Corcorde alors qu’ils étaient en train de mettre au point un supersonic qui devait d’ailleurs tuer le B747, problème pour Boeing, il a fallu faire des choix car la firme aurait pu couler corps et âmes et il s’en est fallu de peu… Qu’on le veuille ou non, Airbus est une magnifique réussite, le A380 est une prouesse technologique que personne ne peut nier.

      • DAVID

        « Que Lufthansa soit encore un gros client « Boeing » certes sauf que la compagnie a fait le choix d’Airbus pour une future flotte et pas la moindre » Vous parlez d’un sujet que vous semblez ne pas maîtriser. La future flotte tout Airbus de Lufthansa, c’est pour quand? 20 ans, 30 ans? Je pose la question parce que Lufthansa a été la compagnie de lancement il y a 3 ou 4 ans du 747-8 et sera la compagnie de lancement du 777X qu’elle a commandé à 20 exemplaire. Un 777X qui au passage, sans être encore entré en service à déjà atteint le nombre de commande de l’A380.
        Sachant que l’exploitation d’un avion LC s’étale au minimum sur 20 ans, il faudra donc attendre longtemps avant de voir une flotte Lufthansa tout Airbus.
        « Airbus est une magnifique réussite, le A380 est une prouesse technologique que personne ne peut nier » Personne ne peut effectivement nier que l’A380 est une réussite technologique tout comme personne, à part quelques « experts » du forum Air Journal, type Erik de Nice, ne peut aussi nier que cet un cuisant échec commercial. Les chiffres sont là, les faits sont têtus comme on dit et l’avenir s’annonce des plus sombres pour l’A380, tout comme pour le 747-8 en version passager.
        « Ceci dit, je dis et continuerai à dire que les Américains se sont débrouillés pour flinguer le Corcorde ». Bah oui, vous auriez dit le contraire que j’en aurai été étonné. Vous continuez une tradition bien française de victimisation et de rejet de la faute sur autrui.

  5. Ils auraient du faire le même choix entre B747-8 et A380. Mais l’histoire derrière ce choix et les contrats signés paraissent compliqués. B737 avion mythique, mais A320 avion magique, poussant la sophistication et l’optimisation à l’extrême. Lufhtansa dégagera surement des marges plus importantes sur le long terme, l’avion ayant un coût supérieur au Boeing.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum