Crash du MH370 : le 777-200ER de Malaysia Airlines hors de contrôle

air-journal_crash-mh370-end-of-flight-scenarioatsb

Le dernier rapport de l’ATSB australien sur la disparition il y a plus de deux ans du vol MH370 de la compagnie aérienne Malaysia Airlines quelque part dans l’Océan Indien, avec 239 personnes à bord, apporte deux nouvelles informations : l’avion n’aurait pas tenté un amerrissage, et a chuté en spirale et à grande vitesse une fois à court de carburant. Des recherches au nord de la zone actuellement explorée sont envisagées.

L’Australian Transport Safety Bureau (ATSB), équivalent du BEA français, prend toutes les précautions oratoires d’usage dans son rapport intérimaire de 28 pages publié le 2 novembre 2016, basant les deux nouvelles thèses sur l’étude des débris et des relevés satellitaires. La nouveauté la plus importante est sans doute l’analyse du fragment d’aile retrouvé dans l’île de Pemba en Tanzanie. Cet aileron extérieur de l’aile droite « n’était pas en position d’atterrissage », explique l’ATSB, les dommages relevés lors de l’inspection du débris en particulier sur des renforts en aluminium correspondant plutôt à une position de vol de croisière (aileron aligné avec le flaperon voisin). Cette première conclusion semble mettre à mal la théorie du pilote conscient qui aurait tenté un amerrissage.

L’autre nouveauté dévoilée ce mercredi résulte de l’étude par l’ATSB des simulations de vol menées par Boeing après la coupure des moteurs, et de l’étude des données satellitaires transmises : le 777-200ER à court de carburant aurait effectué une descente en spirale, à une vitesse croissante atteignant 460 km/h. Une théorie là encore cohérente avec l’absence d’un pilote conscient aux commandes. L’ATSB insiste sur le fait que d’autres scénarios restent possibles.

Ce rapport a été publié au début des trois jours de réunion d’experts internationaux chargés de proposer de nouvelles idées pour les recherches – ou de confirmer leur arrêt. Selon ABC, une autre zone devrait être explorée, plus au nord mais adjacente à celle de 120.000 km² dont les fonds marins ont été presque complètement scannés. L’Australie se dit prêt à investir 20 millions d’euros supplémentaires pour mener à bien ce nouveau projet ; les recherches sous-marines ont déjà coûté près de 140 millions d’euros.

Le Boeing 777-200ER de Malaysia Airlines avait disparu le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord, lors d’un vol entre sa base à Kuala Lumpur et l’aéroport de Pékin. Les derniers échos radar rendus publics le montraient se dirigeant vers l’Océan indien, l’endroit où il serait tombé ayant été calculé sur des données satellitaires. On ne sait toujours pas ce qui a causé la disparition du vol MH370.

air-journal_crash-mh370-flap-positionatsb

http://www.air-journal.fr/2016-11-02-crash-du-mh370-le-777-200er-de-malaysia-airlines-hors-de-controle-5172017.html

Commentaire(s)

  1. ALPHA747

    Pffff…. Des théories et encore des théories. Pauvres familles qui depuis plus de deux ans attendent des réponses à la disparition de leurs proches. Ça va être pire que l’AF447. Mais je garde espoir qu’un jour qqn le retrouve, au lieu de cacher à chaque fois pour des raisons politiques ou je ne sais quoi…

  2. 140 millions de gaspillé, j’espère que c’est les USA qui payent…

    Espérons qu’un jour un mec de la base de Diego Garcia parle, mais bon ça sera peut être dans 10/15 ou 20 ans…

  3. Le rapport ne dit pas que l’avion n’a pas tenté un amerrissage , le rapport dit que les volets n’étaient pas sortis au moment de leur séparation avec l’aile .
    Ce n’était donc pas un amerrissage « normal » c’est a dire avec réacteurs en fonctionnement , avec donc une génération hydraulique pour sortir les volets .
    Le rapport pourrait mieux détailler comment fonctionne le circuit hydraulique des volets du 777.
    En effet , sur 320 que je connais bien , si j’utilise tout le carburant en allant jusqu’a l’extinction des deux réacteurs , seul la RAT( une hélice qui se déploie automatiquement sous l’avion) fournira via un générateur de secours de la puissance a un seul des trois circuits hydraulique ( le bleu) . Mais ce circuit bleu n’agit que sur les slats ( becs) pas sur les flaps ( volets) .
    Donc si l’architecture hydraulique du 777 est similaire au 320 ( avions de même concept fbw ) il est NORMAL que les volets ne soit pas sortis pour un amerrissage CONTROLE après un vol plané suite a l’extinction des deux réacteur après épuisement du carburant .
    On voudrait laisser cette avion au fond de l’océan suffisamment longtemps pour les enregistreurs soit hors d’usage que l’on ne s’y prendrait pas autrement …

    • Les pros Boeing n’ont pas l’air de savoir… à part critiquer Airbus ils doivent pas connaître grand chose!
      Super raisonnement en tout cas, c’est très bien expliqué et vraiment clair, merci easy sleeping pilot !!!

    • Justin Fair

      « Donc si l’architecture hydraulique du 777 est similaire au 320 ( avions de même concept fbw ) »
      Que les 2 avions soient FBW, ne veut pas dire qu’ils aient la même architecture hydraulique. Par exemple le circuit vert (principal et SECOURS) des A330 et 340, alimente les becs ET les volets, mais en cas de perte de tous les moteurs l’atterrissage ou l’amerrissage forcé s’effectue CONF1, c.a.d. sans volets…
      Je ne connais pas le B777, (Bragon parle de sortie secours électrique. ), mais je pense que les enquêteurs de l’ATSB ont eux aussi analysé tout cela( circuits et procédure) et d’ailleurs ne parlent que de « probabilité » quant à la position des volets lors du crash.

  4. roupettes de lapins - 3 novembre 2016 à 7 h 50 min
    roupettes de lapins

    Comme aucun d’entre nous n’a accès au dossier….tout n’est que supposition!

  5. Alex84

    C’est le 08 mars 2014 qu’il a disparu, pas Le 24

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum