United Airlines quitte Belfast : l’Europe a bon dos

air-journal_united airlines 757

La Commission européenne a nié avoir pris une quelconque décision sur l’aide d’état reçue par la compagnie aérienne United Airlines pour qu’elle maintienne sa liaison entre New York et Belfast, contrairement aux affirmations des politiciens d’Irlande du nord.

Quand la compagnie américaine a confirmé la semaine dernière l’abandon le 9 janvier 2017 du vol quotidien entre sa base à Newark-Liberty et l’aéroport de Belfast International, la classe politique nord-irlandaise avait rivalisé d’épithètes pour fustiger Bruxelles : le ministre de l’économie Simon Hamilton accusait « les bureaucrates non-élus européens » d’avoir saboté cette route « important pour l’Irlande du nord », le directeur de l’aéroport de Belfast Graham Keedie affirmait qu’il n’y a pas « meilleur exemple de folie des processus » que ce « défi à la logique »,

Mais dans un communiqué du 10 novembre, la Commission explique « pour être claire » avoir bien reçu une plainte comme quoi « cette aide était en contravention avec les règles de l’Union européenne », qui interdit aux Etats d’accorder des avantages à une compagnie aérienne spécifique aux dépens des autres compagnies, « ce qui crée une distorsion dans la concurrence ». Mais si la plainte a été examinée, aucune décision n’a été prise. La Commission ajoute que les autorités d’Irlande du Nord et United Airlines « ont pris elles-mêmes » la décision de mettre fin à la ligne aérienne.

Selon le quotidien Irish News, l’auditeur général Kieran Donnelly avait évoqué dès septembre les « points d’interrogation » entourant l’aide de 9 millions de livres sur trois ans proposée par le gouvernement à United Airlines et qui avait « peu de chances d’être approuvée sur des bases conventionnelles ». Le secrétaire permanent du ministère de l’Economie avait interdit son versement, considérant l’aide « irrégulière » et d’un « mauvais rapport qualité-prix » ; mais il avait été désavoué par le ministre – qui a la semaine dernière avoué ne pas avoir « eu le temps » de demander les autorisations au gendarme européen de la concurrence.

De son côté, United Airlines a toujours expliqué que sa décision d’abandonner la ligne entre New York et Belfast (la seule ligne transatlantique dans l’aéroport nord-irlandais) avait été prise « avec regret en raison des faibles performances économiques de la ligne ».

http://www.air-journal.fr/2016-11-11-united-airlines-quitte-belfast-leurope-a-bon-dos-5172464.html

Commentaire(s)

  1. Clama92

    Les irlandais sont comme les anglais … Ils ne veulent que les avantages de l’Europe et ne veulent pas assumer les inconvénients … ils ont vite oublié que quelques années en arrière , leur pays était en faillite et qu’ils ne doivent leur survie qu’à l’Europe …

  2. le contribuable devrait remercier la commission européenne qui les allege de 9milions d’euros pour le non maintien d’une ligne deficitaire de la bouche même de united airlines.

  3. Il est toujours de bon ton de critiquer l’Europe, ça plait.
    C’est souvent stupide, mais les équipes de Com des politiques trouvent là un bouc émissaire facile et naturel.
    Et après, on s’étonne que les gens ne votent pas ou méprise l’Europe.
    Mais il va falloir changer, car Avec Trump qui promets de laisser tomber l’Europe sur la défense notamment, il va falloir serrer les coudes

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum