Grève des pilotes Lufthansa : ça continue samedi

air-journal_lufthansa-A320

Le syndicat de pilotes Vereinigung Cockpit (VC) de la compagnie aérienne Lufthansa a annoncé la poursuite de sa grève demain, mais uniquement sur le long-courrier, alors que ce vendredi, 830 vols sont annulés sur les routes intérieures et régionales.

Ce 25 novembre 2016, troisième jour de grève des pilotes de la compagnie nationale allemande, plus de 100.000 passagers seront affectés par la suppression de 830 vols court- et moyen-courrier dans les aéroports du pays. En France par exemple, cinq des six rotations vers Paris-CDG sont annulées, tout comme les quatre prévues vers Lyon, les trois vers Nice, les trois vers Toulouse ou les deux vers Marseille. Lufthansa rappelle que les vols intercontinentaux ne sont pas concernés par la grève aujourd’hui ; mais quelques départs pourraient être annulés en conséquence de la grève d’hier.

Au total, plus de 315.000 voyageurs ont été affectés par l’annulation de 2618 vols depuis le début de la grève des pilotes mercredi, une grève initialement programmée pour 24 heures. Afin de soulager les voyageurs, Lufthansa a réservé des milliers de chambres d’hôtels autour de ses hubs à Francfort et de Munich, des lits pliants étant disponibles dans les aéroports pour ceux qui y sont bloqués pour raisons de visa. Les mesures commerciales habituelles ont bien sûr été prolongées. La compagnie de Star Alliance rappelle que les autres filiales du groupe, la low cost Eurowings, Swiss, Austrian Airlines, Air Dolomiti et Brussels Airlines, ne sont pas concernées par la grève.

air-journal_Lufthansa 747-8i (1)A l’opposé d’aujourd’hui, l’arrêt de travail de samedi ne touchera que le long-courrier ; il faudra attendre la mi-journée pour en connaitre l’impact exact. Klaus Froese, CEO du hub de Francfort et lui-même pilote d’Airbus A320, a affirmé dans un message aux employés que la continuation de la grève « réduit les possibilités de sortie de conflit plutôt que de les augmenter », et que ces grèves ne sont pas basées sur une décision structurée mais « semblent guidées par l’émotion ».

La direction de Lufthansa a de nouveau plaidé pour un retour aux négociations et le recours à une médiation extérieure, tout en refusant les exigences salariales présentées par VC. Le directeur de la gestion des hubs Harry Hohmeister a déclaré que la situation actuelle des pilotes est qu’ils « sont nettement mieux payés que chez la concurrence » ; en tant que membre du conseil d’administration, son rôle est s’assurer que « Lufthansa reste viable à l’avenir » tout en s’occupant de quelque 120.000 employés : cela « ne sera pas possible si on accorde une augmentation de 20% ». Selon lui, les deux premières journées de grève ont coûté 20 millions d’euros à Lufthansa, avec en outre un impact déjà visible sur les réservations à moyen terme. Le PDG du groupe Carsten Spohr a de son côté souligné que Lufthansa, malgré un bénéfice record en 2015, doit continuer à réduire ses coûts – « comme Ryanair le moyen-courrier ou Emirates Airlines sur le long-courrier ».

Rappelons que les pilotes n’ont bénéficié d’aucune augmentation de salaire depuis cinq ans, le syndicat réclamant une augmentation rétroactive de 3,66% en moyenne par an tout en soulignant le bénéfice supérieur à 5 milliards d’euros dégagé par le groupe ces cinq dernières années ; il dénonce une « dramatisation excessive » des dirigeants de la compagnie, qui a proposé une hausse de salaire de 2,5%. Ce conflit a déjà entrainé une grosse quinzaine de grèves depuis quatre ans (la dernière en septembre 2015), avec des centaines d’annulations de vol à la clé – et des centaines de milliers de passagers affectés. Lufthansa a déjà signé des accords avec les syndicats de PNC et du personnel au sol, dans le cadre de son plan de réduction des coûts.

http://www.air-journal.fr/2016-11-25-greve-des-pilotes-lufthansa-ca-continue-samedi-5173155.html

Commentaire(s)

  1. « Le directeur de la gestion des hubs Harry Hohmeister a déclaré que la situation actuelle des pilotes est qu’ils « sont nettement mieux payés que chez la concurrence  »
    Ah non! Ce monsieur ne vient pas sur AJ, sinon il saurait que ce sont les pilotes d’Air France les mieux payés… et de plus, ont les plus gros avantages et en « foutent » le moins ( quand ils ne sont pas en grève )!

  2. Eh oui! Les salaires européens de pilote sont maintenant à la traîne.
    Alors comme on a dit aux PNT il y a quelques années qu’il fallait faire avec la mondialisation, le libéralisme, etc…ils ont compris. Les pilotes deviennent rares un peu partout, les salaires en Asie atteignent des sommets à plus de 320000 US$ annuels impôts payés, les salaires US remontent en flèche, ce qui entraîne une désertion des pilotes américains des boîtes du Golfe, des low costs comme easy paient mieux que certaines majors (que AF et LH en tout cas!).
    Donc les pilotes se disent, économie de marché, ressource rare devient chère. Mais là, non ! plus question de libéralisme, on revient au communisme, vous vous rendez compte, vous êtes déjà les mieux payés, vous êtes des nantis,etc…

    En résumé, quand ça va mal, on baisse vos salaires parce qu’il faut faire des économies pour suivre la concurrence et quand ça va bien on ne les relève pas parce qu’on ne peut pas augmenter des « gros » salaires…forcément ça énerve !

    • Ben oui: forcément que ça énerve... - 25 novembre 2016 à 9 h 20 min
      Ben oui: forcément que ça énerve...

      Cf. votre dernier paragraphe en general, et votre dernière phrase tout particulièrement:

      Ben oui, forcément  » ca énerve »… et ça énerve tout le monde de voir et savoir que seuls  » des gros salaires » voudraient/devraient/pourraient/seraient augmentes et que pour les autres, tous les autres, on continue de prôner l’effort au travail, l’insécurité professionnelle, la flexibilité ET l’hyper modération salariale…let que les fameux  » gros salaires » ne sont généralement pas les derniers à hurler avec les loups pour faire porter l’effort sur tous les autres qu’eux mêmes!!!!

      Alors, oui, forcément, ça énerve!!!

  3. Nostalgic

    Les pilotes sont sur-payés, c’est un fait. Les pilotes de jadis, qui devaient se débrouiller avec des appareils peu fiables, des radios douteuses, naviguer au sextant, sans aides au sol, pour qui chaque vol transatlantique était une sorte d’exploit, oui, ces pilotes méritaient d’être payés largement. A l’heure actuelle, avec toutes les aides disponibles à commencer par les plans de vol générés par ordi, il n’y a plus de raison de payer les pilotes comme s’ils étaient des génies.

    • Oui bon! Autres temps autres mœurs… Ils transportaient combien de passagers? Et surtout, ils devaient connaître bien moins de procédures plutôt simples à défaut d’être précises. Le métier était très différent, avec 2 pilotes, un mécanicien un radio, un navigateur (pour le sextant!) Ce n’étaient pas des génies, ils utilisaient les moyens à leur disposition. Maintenant, il y a certes des ordinateurs, mais encore faut-il savoir les utiliser correctement et savoir aussi se débrouiller en cas de défaillance.Difficile de comparer …
      Question niveau de vie, je me souviens qu’un vieux CDB d’AF me disait que dans les années 50, il aurait pu se payer chaque mois le plus beau modèle de chez Citröen et il lui serait resté pour (bien) vivre…

      • Conscience morale...valeur d'une vie - 25 novembre 2016 à 12 h 49 min
        Conscience morale...valeur d'une vie

        En quoi le nombre de passagers transportés dans chaque avion à t il la moindre importance et devrait être un critère de rémunération ??? Que vos connaissances et vos savoir-faire permettent, en situation dégradée de sauver une , cent ou cinq cents vies en quoi cela importe: c’est avant tout LA vie qu’il faut sauver…En quoi la prise d’une mauvaise décision ou un defaut d’application stricte de procédure, de vigilance s’écrit il moins grave dans un avion de 20 places ou dans un de 200???? Une erreur reste une erreur, une faute reste une faute et la responsabilité morale/ pénale personnelle reste la même..

        Qu’il existe des rémunérations pour des savoir-faire particuliers ( type ETOPS, par exemple) entre ceux d’entre vous qui ont et ceux qui n’ont pas: rien de plus logique…mais quand on peut ( par exemple encore l’ETOPS) le savoir faire et la contrainte est la meme dans un avion à 100 places ou un autre a 500….

        • Les contraintes d’un avion de 100 places sont certes les mêmes que celles d’un avion de 500 places, techniquement, sauf que les recettes sont 5 fois supérieures, pour faire simple, dans le deuxième cas, et que le coût en cas d’accident lui est très largement au delà de 5.Les anciens qui transportaient quelques dizaines de passagers étaient en monnaie constante très largement payés en comparaison d’un pilote d’A380 actuel, surtout si on considère son salaire par rapport à la recette qu’il génèrait.

    • Roger Wilco

      La technologie évolue dans tout les metiers, et loin de les simplifier, elle en augmente largement la complexité et la difficulté .
      Arrêtez de croire tout ce que vous lisez….
      Un chirurgien dispose maintenant d’outils bien plus modernes que jadis , pour le bien de tous . Faut alors il le payer avec un lance pierre ?
      Si on ne paye pas correctement un chirurgien il ne viendra plus de candidats sérieux capable de prendre la responsabilité d’une vie…

      Pareil pour les pilotes….

      Enfin merci Nostalgic pour votre commentaire de béotien qui m’a fait bien rire et qu’il faut probablement prendre au second degré …..

  4. seb

    Comme l’année dernière à la même époque, je me dis que j’ai bien fait de ne pas choisir cette compagnie pour partir demain…

  5. Chris

    Ce que certaines compagnies ne semble pas comprendre, c’est que c’est pas sur le salaire des pilotes qu’il faut faire des économies… La preuve avec Easy !

    • Je crois qu’en fait, la plupart des dirigeants le savent fort bien, comme à EasyJet en effet. Mais comment faire passer cela quand  » pour les autres, tous les autres, on continue de prôner l’effort au travail, l’insécurité professionnelle, la flexibilité ET l’hyper modération salariale » ( commentaire « énervé » ci-dessus). Et aussi dans l’opinion publique… Et pourtant, si on se penche, objectivement, sur le problème…Même chez Ryanair, un noyau de pilotes n’est pas si mal payé…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum