Nice Côte d’Azur : un excellent été 2015

air-journal_aeroport Nice

L’aéroport de Nice Côte d’Azur a publié son bilan des deux mois d’été 2015 : 3 millions de passagers sur juillet et août 2015.

L’été 2015 a été un très bon cru avec près de 3 millions de passagers en 2 mois, soit une hausse de +4,1% et plus de 111 000 passagers supplémentaires par rapport à l’été 2014. Record historique de fréquentation pour la journée du dimanche 2 août, qui enregistre plus de 53 000 voyageurs indique le communiqué de l’aéroport. Juillet 2015 est d’ailleurs le meilleur mois jamais enregistré sur la plateforme Nice Côte d’Azur avec presque 1 million et demi de passagers.

La vocation internationale de l’Aéroport Nice Cote d’Azur s’est vue confirmée à nouveau cet été puisque 72 % des voyageurs utilisateurs de la plateforme ont emprunté des lignes internationales. C’est l’Europe, représentant 65% du trafic, qui se taille la part belle du trafic global, grâce aux renforcements de lignes et aux nouvelles dessertes. La palme revient au Benelux avec +18% due notamment à l’arrivée d’un troisième opérateur quotidien sur Amsterdam et aux renforcements d’Eindhoven et de Rotterdam. En seconde position, la péninsule ibérique est toujours portée par Madrid, Barcelone Lisbonne. En troisième position, la Turquie continue sa percée grâce à une nouvelle desserte régulière sur Istanbul (+ 48% de passagers). Toujours dans le peloton de tête, la Scandinavie (+6% de croissance), dont la Norvège (+7,4%) et le Danemark (+7,2%). Croatia Airlines, Pegasus Airlines, Chalair et Sun D’Or sont toutes des  compagnies aériennes nouvellement arrivées.

Autres succès qui confirment la tendance marquée vers l’international de l’été: le Canada, qui enregistre une hausse de 8,6%, et l’Afrique du Nord qui progresse de 9,8%. Le trafic national reste stable. Le coefficient de remplissage de l’été 2015 affiche un excellent score de 81%, soit 2 points de plus qu’en 2014.

Un autre engagement majeur dans la recherche systématique de compétitivité du Groupe Aéroports de la Côte d’Azur s’est traduit cet été par le lancement du Contrat de Compétitivité Territoriale. Le Groupe a annoncé en juin pour sa plateforme niçoise une baisse de ses redevances aéronautiques pour l’Aviation Commerciale régulière pendant 10 ans, au premier bénéfice de son Territoire, comme des compagnies clientes, actuelles comme futures. En effet, la baisse des redevances aéroportuaires portera sur -2,5% de la redevance passagers dès l’hiver 2016/17, puis d’un gel de ces nouveaux tarifs lors des neuf années suivantes.

http://www.air-journal.fr/2015-09-04-nice-cote-dazur-un-excellent-ete-2015-5149711.html

Commentaire(s)

  1. Youhou! Vers les 12 millions de passagers pour l’année ?
    Quand on pense que Lyon veux nous passer devant ! ahah la bonne blague.
    La cote d’azur continue d’avoir la cote, et il ne manque plus que Xiamen Airlines pour se joindre à la fête!

    • 12 millions ça risque d’être juste , il faudrait une augmentation de trafic de 2,92 % sur l’année .
      Pour le moment a fin juillet l’augmentation sur les 7 premiers mois était de 2,1 %
      Mais septembre 2014 avait été catastrophique avec la grève AF ( -5%) Donc ça semble jouable

    • Que Lyon rêve de dépasser Nice, une bonne blague ? Non, mais une ambition, pourquoi pas ? Paris restant définitivement le premier, les aéroports de province ne peuvent que se battre entre eux pour la deuxième ou troisième place, et pendant ce temps, Paris, bien au chaud, avec la DGAC dans la poche et Air-Ile-de-France qui regarde son nombril à Roissy, compte les points, voilà…
      P.S. Il est dommage qu’Air Journal ne propose pas une rubrique sur le transport aérien qui serait plus « informative » : qui sait, par exemple, comment est composée, comment fonctionne, la DGAC qui distribue les droits de trafic, qu’on suppose composée d’enarques parisiens, et dont toute la province décrie le centralisme ? Comment une compagnie aérienne décide d’ouvrir une nouvelle ligne ? Comment un aéroport va à la chasse aux compagnies ?
      Ces informations empêcheraient peut-être certains internautes de s’écharper de façon sanglante ou vulgaire (ou les deux), la place libérée par ces agités étant utilisée à des fins plus civilisées.
      Quant au modérateur de ce site (mais existe-t-il vraiment ?) il aurait sûrement un job plus attractif…

  2. Issa Nissa!!! Une belle réussite qui pourrait être améliorée avec de meilleures liaisons intercontinentales, avec n’en déplaise à certains une 5 éme liberté accordée aux compagnies qui perçoivent ce marché. Nice avec sont très bon niveau de liaisons européennes pourrait devenir un superbe Hub du sud. En améliorant en fait en reconstruisant une Aérogare 1 digne de ce nom sans la transformer en centre commercial et en ayant une meilleure solution pour d’approvisionnement en kerosène, (ou en sont les projet d’oléoduc ou de livraison maritime).

    • The Joke….

      Il n’y a aucun besoin d’attribuer des droit de trafic de 5ème liberté: il y a assez de compagnies d’un pays A ou B pour assurer les liaisons entre A et B sans devoir aller chercher une compagnie C issue d’un pays C…

      • C’est a vous que je pensais à la suite d’un commentaire précédent.Assez de compagnies entre A et B certes, mais toutes liées par des accords de partage de code et pire encore de coentreprise sur la « flaque » pardon l’Atlantique comme Air France et Delta qui ne proposent la ligne avec un vieux B767 et encore pas toute l’année, alors que certaines compagnies plus entreprenante pourraient au départ de Nice proposer plus de liaisons vers les Amériques. Je pense à un certain Milan Malpensa New-York opéré en 5 ème liberté par « une petite compagnie d’un pays de chameliers »…

  3. HAWK18

    Faut pas rêver, les centralisateurs parisiens énarques et compagnie ne laisseront jamais vraiment se développer librement les aéroports de province, malheureusement…
    Ils l’ont (enfin) fait avec les bus, certes, mais là il y a Air France.

  4. Plutôt que de construire un aérogare 1 + neuf avec des centres commerciaux, ne serait-il pas aussi judicieux de trouver un moyen de lier l’aéroport à Cap 3000 rapidement (un tapis roulant rapide au dessus du Var par exemple ?)
    Bon aprèsse pose le problème du financement du pont…et le fait que les botiques de l’aéroport soient directement mises en concurrence avec celles de Cap 3000… mais moyennant une redevance pourquoi pas ?

  5. czl

    Un lien SVP vers le rapport

  6. Vive la centralisation parisienne, cela a toujours était comme ça et cela le resterra point a la ligne.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter