Contrôle aérien : neuf jours de grève en vue

aj_controleur

Le principal syndicat de contrôleurs aériens SNCTA a déposé de nouveaux préavis de grève du 8 au 9 avril, du 16 au 18 avril et du 29 avril au 2 mai 2015, dénonçant l’absence de négociations sur le plan européen de performance, qui vise à faire baisser les coûts des prestataires de contrôle aérien sur le vieux continent.

Après avoir suspendu son mouvement le 24 mars suite au crash de la compagnie aérienne low cost Germanwings, le Syndicat National des Contrôleurs du Trafic Aérien (SNCTA) repart au combat. Expliquant avoir « les jours précédents cherché, sans succès, une porte de sortie au conflit », il affirme que les pouvoirs publics et la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) « refusent toujours obstinément d’accorder aux contrôleurs aériens un espace de négociation traitant des mutations nécessaires ou souhaitables pour la navigation aérienne française ». Ils « imposent depuis des années aux contrôleurs un mode de dialogue social qui nie leur représentativité, leurs attentes et leur expertise. Cette obstination, qui a déjà participé à conduire le système de contrôle français à un décrochage technologique sans équivalent en Europe, impacte maintenant, dans différents domaines, les conditions d’emploi des contrôleurs aériens », poursuit le communiqué du SNCTA.

Selon le syndicat, la densité et la complexité du trafic augmentent alors que les ressources humaines et techniques sont en déclin : ces constats « ont été identifiés par une mission d’expertise mandatée en juin dernier par le secrétaire d’État aux transports ». Les contrôleurs aériens craignent les conséquences d’une surcharge de trafic « pouvant nuire à leur capacité à traiter les vols dans de bonnes conditions de sécurité et de régularité », et dénoncent « l’amoncellement de nouveaux règlements européens touchant aux licences des contrôleurs fait peser, sans réelles justifications, des contraintes lourdes sur ce qui constitue le permis de travail des contrôleurs aériens ». Autre argument développé : la France serait le seul pays d’Europe occidentale à permettre aux contrôleurs aériens de travailler jusqu’à 59 ans ; un choix imposé par les récentes réformes sur les retraites, qui a été « appliqué aux contrôleurs français sans étude préalable. Les effets induits d’une telle disposition, notamment sur les aptitudes cognitives ou médicales, n’ont jamais été évalués ».

Il est encore trop tôt pour connaître l’impact de ces grèves sur le trafic aérien, à commencer par celle de mercredi et jeudi prochain ; rappelons qu’elles peuvent se faire sentir non seulement dans les aéroports français, mais aussi sur les routes traversant l’espace aérien de l’hexagone.

http://www.air-journal.fr/2015-04-06-controle-aerien-neuf-jours-de-greve-en-vue-5142324.html

Commentaire(s)

  1. Au lieu de faire constamment la grève, les Français feraient mieux de se mettre au travail.

    • Pépère
      Publié le 6 avril 2015

      Ça, c’est une bonne idée!
      En plus qd on voit la pléiade de rameurs bénéficiant d’emplois protégés parmi les contrôleurs, un essorrage s’impose.

    • Aulongcourt
      Publié le 6 avril 2015

      Les Francais travaillent…et s’ils travaillent moins en heures que d’autres,c’est parcequ’il sa travaillent mieux: la productivité d’une heure de travail en France est l’une des plus élevée du monde..,Ailleurs,il faut donc  » travailler plus pour faire pas mieux! »..

    • Un Pax
      Publié le 6 avril 2015

      Cela résoudrait l’ensemble des problèmes de la France en effet ^^

  2. Publié le 6 avril 2015

    je pense que le syndicat se fout de nous? je pense que oui… quand on sait qu’a Nice par exemple… sur les 3 contrôleurs supposés être en poste seulement 1 couvre la charge de travail… (parce qu’il en est capable) j’ai envie de dire… arrêtez de vous foutre de nous! (je tiens cette info car j’ai des amis contrôleurs a Nice! donc je ne fabule pas!)
    de toute façon moins on en fait mieux on se porte!

  3. noone
    Publié le 6 avril 2015

    Une grève « qui vise a faire baisser les coûts des prestataires de contrôle aérien » ? Ils font grève pour qu’on baisse leur salaire ? ^^ ::p

  4. Il serait temps d’agir vigoureusement contre les syndicats preneurs d’otages.
    Reagan l’avait fait en licenciant tous les grévistes.
    Le Parlement pourrait se contenter de réquisitions.
    Il n’est plus supportable,dans un pays en grave crise économique, que des corporations ultraminoritaires défendent le bien être égoïste d’une poignée de privilégiés au détriment de toute la clientèle d’un secteur vital.

  5. Publié le 6 avril 2015

    De qui se moque-t-on?!
    Il y a 2 fois de contrôleurs en France qu’en Allemagne ou au Royaume Uni, ils bossent 18h par semaine à tout casser, sont en sous effectif constant dans les tours, d’où des prises de retard à CDG ou ORY notamment, et ils osent encore se plaindre et faire greve? Mais je comprends, l’UE risquerait, avec son projet, de les mettre réellement au boulot. Ça va etre dur pour eux.
    Plus encore que les PNT, les contrôleurs aériens sont la honte absolue de notre pays!! Glander pour gagner 3500 à 4000€ par mois, la bonne planque!!

  6. Les contrôleurs aeriens sont bien souvent en congés lors des vacances et le weekend, là justement où le trafic est important et qu’on a besoin d’eux, occasionnant des créneaux ‘tension effectif’…
    Le nombre de fois où le même contrôleur gère la fréquence preflight et sol en même temps sur des plateformes comme CDG ou ORY est abhérent. Donc pas la peine de faire croire que l’on s’inquiète pour la sécurité…
    Après leur revendications sont certainement compréhensibles, la DGAC étant certainement encore plus nulle qu’eux

  7. Publié le 6 avril 2015

    Le plus fort de la grève sera le 9 avril (la seule vraie journée) où la CGT, FO notamment appellent. En lisant les commentaires, on voit que ce métier génère bien des fantasmes… Il y a des contrôleurs TSEEAC et des ICNA. L’échelle des salaires est bien plus étendue que vous ne pensez et les TSEEAC doivent travailler jusqu’à 65 ans !
    Le matériel utilisé est obsolète, il date des années 90.
    Aucune régulation du trafic n’est mise en place en France à cause de problèmes d’armement des secteurs mais un secteur avec peu d’avions entraîne une hypovigilance et doit être regroupé, si possible. Il y a eu près de 500 ICNA en moins en France depuis 5 ans (sur 4500) et des grosses vagues de départs en retraite non compensees sont prévues dans les 4 prochaines années…
    Pour mémoire, le contrôle aérien a été irréprochable lors du crash de la Germanwings et la gestion de l’alerte.

  8. Publié le 6 avril 2015

    sncta.fr pour faire vos commentaires… je suis contrôleur et leur grève n’a qu’un but salarial. Ils enrobent tout ça de sécurité mais c’est pipeau.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum