Vente de TAP Portugal : plus que deux candidats en lice

air-journal_TAP-Portugal_A330-200

Le gouvernement portugais n’accepté que deux des trois propositions de reprise de la compagnie aérienne TAP Portugal : celle d’un consortium mené par le fondateur de JetBlue Airways et Azul, et celle du consortium emmené par le propriétaire du groupe Avianca. Le candidat local n’a pas été retenu.

Un communiqué du secrétaire d’état aux transports portugais Sergio Monteiro a officialisé le 25 mai 2015 le nom des deux candidats retenus pour la vente de 61% du capital de la compagnie nationale (les 5% restants du capital mis en vente sont réservés aux employés). Tout d’abord Gateway, une coentreprise entre l’homme d’affaires américano-brésilien David Neeleman – fondateur de JetBlue Airways et Azul – et la compagnie de bus portugaise Barraqueiro Group ; et ensuite SAGEF, un consortium mené par Germán Efromovich, fondateur du conglomérat sud-américain Synergy Group qui détient entre autres Avianca-TACA. Le perdant est l’homme d’affaires portugais Miguel Pais do Amaral, qui a des intérêts allant des médias aux mines au sein du groupe Quifel Holdings, mais aurait commis des erreurs techniques dans sa proposition.

Les deux offres en présence vont maintenant faire l’objet de discussions entre leurs représentants et les autorités, une officine spécialisée étant selon la presse locale en charge de vérifier leur conformité avec les règles européennes. Rappelons que seulement 49% du capital des compagnies aériennes du vieux continent peuvent être aux mains « d’étrangers » à l’Union, ce qui n’est pas un obstacle pour German Efromovitch qui possède la nationalité polonaise ; ce dernier a d’ailleurs déjà annoncé qu’il engagera des poursuites si son rival est déclaré vainqueur.

La privatisation de TAP Portugal a été exigée par l’Union européenne et le FMI en échange du plan de sauvetage de l’économie du pays de 78 milliards d’euros, lancé en 2011. Le gouvernement met en vente 66% du groupe TAP (qui comprend également une filiale d’entretien aéronautique TAP M&E Brazil, largement déficitaire, la compagnie régionale Portugalia, et 43,9% du bagagiste Groundforce), tandis qu’il gardera le contrôle des 34% restant. Le nom du ou des repreneurs devrait être connu fin juin.

http://www.air-journal.fr/2015-05-25-vente-de-tap-portugal-plus-que-deux-candidats-en-lice-5144613.html

Commentaire(s)

  1. J'me marre
    Publié le 25 mai 2015

    Neelemann : ten points..
    Efromovitch : six points…

    Plus excitant que l’ Eurovision ce truc!!!!!!!!!

  2. Comme pour l Eurovision. Le Portugal même pas qualifié pour la finale… Vu la dette on brade au premier intéressé. L etat portugais a raté le coche en ne privatisant pas plus tôt. Une major européenne aurait pu encore être intéressée.
    Peut etre plus interessant et serieux que Alitalia…
    A moins que d ici 3 à 4 ans la compagnie ne soit revendue avec plus value.
    Bon Avianca est dans Star Alliance.

    • Aulongcourt
      Publié le 26 mai 2015

      « L’état portugais a raté le coche en ne privatisant pas plus tôt »
      Petit rappel historique:
      Cette tentative de privatisation est la troisième qui est lancée en 4 ans….Les deux précédentes ayant échouées par niveau d’offre d’achat ridiculement faibles…en provenance essentiellement des mêmes que celles d’aujourd’hui,à quelques propositions fantaisistes près….
      A noter que lors des 2 précédentes tantives,et pour cette troisième egalement, AUCUNE offre faite par AUCUNE major, ni Europeenne, ni américaine, ni asiatique,ni…moyenne-orientale…Rien: le désert!!!!

    • Le hub de Lisbonne étant excentrée, TAP représente peu d’intérêt pour les cies européennes et même ceux du Golfe, malheureusement.

  3. Avianca et TAP étant tous 2 membres de Star Alliance, Avianca semble donc le meilleur choix avec la possibilité de maintenir des vols long-courriers vers le monde lusophone, peut-être quelques vols vers l’Asie (inaccessible de l’Amérique Latine en direct) et améliorer les correspondances entre l’Europe et l’Am Sud.
    Cependant, j’ai une préférence pour Azul. Azul tout comme JetBlue ont apporté un vent de changement intéressant dans le transport aérien brésilien et américain. Mais on sait peu sur ce qu’il fera exactement avec TAP. Va-t-il la transformer en low-cost comme Azul ? Quelle lignes LC va-t-il garder ? Va-t-il concurrencer Vueling et les autres LCC sur le marché européen en ouvrant des bases dans d’autres pays européens ?

    Dans les 2 cas, Airbus n’a pas de soucis à se faire (Avianca et Azul exploite et ont commandé des airbus !)
    Pour le gouvernement portugais, la question de l’emploi est sûrement primordiale tout comme le maintien d’un hub à Lisbonne et de certaines lignes domestiques essentielles à la continuité territoriale. Un feuilleton à suivre…

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter