Aéroports de Paris : +4,2% en mai

air-journal_passagers_hall-embarquement-roissy_CDG2

Le trafic d’Aéroports de Paris est en hausse de 4,2% par rapport au mois de mai 2014, avec 8,4 millions de passagers accueillis dont 5,8 millions à Paris-Charles de Gaulle (+3,9%) et 2,6 millions à Paris-Orly (+5,0%).

Le trafic de mai 2015 a profité d’un effet de calendrier en raison des ponts du mois de mai et du dernier week-end des vacances de printemps de la zone parisienne qui, cette année, se sont déroulées du 18 avril au 3 mai, au lieu du 12 au 28 avril en 2014. Le trafic international (hors Europe) est en forte progression (+ 4,3 %), soutenu par la croissance des faisceaux suivants : Asie-Pacifique (+6,9%), Amérique Latine (+5,3%), Moyen-Orient (+5,2%), Afrique (+4,7%) et Amérique du Nord (+3,3%). Seul le faisceau DOM-COM (-0,9%) est en baisse.

Le trafic Europe (hors France) est en croissance (+4,7%), tout comme le trafic France (+2,7%). Le nombre de passagers en correspondance est en recul de 1,0%. Le taux de correspondance s’est établi à 22,0%, en retrait de 0,7 point par rapport à mai 2014.

Depuis le début de l’année, le trafic d’Aéroports de Paris est en progression de +1,7% avec un total de 36,9 millions de passagers. Le nombre de passagers en correspondance progresse de 0,9 %. Le taux de correspondance s’établit à 24,2%, en baisse de 0,2 point.

Le trafic de TAV Airports, dont Aéroports de Paris détient 38% du capital, est en hausse de 11,8% sur le mois de mai 2015 et de 7,9 % depuis le début de l’année (TAV Airports gère l’aéroport de Milas Bodrum depuis août 2014. Pour être conforme aux présentations de TAV Airports, la variation présentée ci-dessus ne prend pas en compte le trafic de Milas Bodrum en 2014. En prenant en compte pro forma le trafic de Milas Bodrum en 2014, le trafic total de TAV Airports serait en hausse de 9,7% en mai 2015, de 6,6% depuis le début de l’année et de 8,0% sur le cumul des douze derniers mois).

http://www.air-journal.fr/2015-06-16-aeroports-de-paris-42-en-mai-5145624.html

Commentaire(s)

  1. avec de belles taxes et toujours un CDG où les clients (passagers et compagnies) subissent…

  2. Le nombre de passagers empruntant l’ aéroport nous donne l’attractivité de la destination. Mais l’évolution du taux de correspondance nous en dit plus sur l’attractivité de l’infrastructure ADP, car c’est une donnée sujette à concurrence.
    Et là, les chiffres ne sont pas bons : 30.7% en 2011, 24.2% depuis le début de l’année.
    Quant à savoir si cela est lié à la qualité de la structure, des opérateurs (AF) ou au développement du point à point, sans doute un peu des trois.

    • C’est essentiellement la compagnie dominante du HUB qui définie le niveau d’activité de pax en correspondance, si elle est compétitive, elle augmente ce volume, inversement on ne peut constater qu’un effritement.. la concurrence entre les HUB européens est une pure chimère, jamais une seule étude économétrique n’a pu en évaluer la portée. Ce sont les compagnies au travers de leur compétitivité, de l’offre tarifaire, qualitative qui font transiter les pax, pas les aéroports, même DXB ne serait rien sans l’efficacité d’EK….

      • Vous avez sans doute raison sur le role prépondérant de la compagnie aérienne, mais de là à dire que le choix du hub ne rentre pas du tout en compte… Certains aéroports de par le monde ont un talent fou pour dissuader les passagers de transiter par leur halls. Les exemples personnels et dans mon entourage sont multiples. Par ailleurs, si cette concurrence n’existait pas, pourquoi les aéroports investiraient dans la qualité de leurs infrastructures. Ils pourraient se contenter de grandir sans chercher à s’améliorer.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter