Ryanair offline ce soir, parle d’accords interlignes

air-journal_ryanair planes

La compagnie aérienne low cost Ryanair annonce la mise hors ligne de son site internet et de son application mobile entre 22h00 ce soir et 3h00 mercredi matin. Enregistrements en ligne, nouvelles réservations et modifications du voyage seront impossibles pendant ces cinq heures. Elle a d’autre part entamé des discussions avec plusieurs compagnies dont IAG, Aer Lingus et TAP Portugal pour passer d’éventuels accords interlignes.

La spécialiste irlandaise du vol pas cher explique qu’en raison d’une mise à jour du système, son service d’enregistrement en ligne sera indisponible dès ce soir puisque son site Internet et son application mobile seront interrompus pendant 5 heures, de 22h00 (heure française) ce mardi 11 août 2015 jusque 03h00 (heure française) le mercredi 12 août. Ryanair a contacté par SMS ou courriel tous ses clients devant voyager aujourd’hui ou demain afin qu’ils s’enregistrent en ligne au plus tôt, « bien avant la fermeture du site ». Les nouvelles réservations ou les changements existants ne seront pas possibles pendant cette période d’interruption de service. « Nous nous excusons sincèrement de la gêne occasionnée par cette mise à jour, qui permettra d’améliorer Ryanair.com, le plus grand site de voyage en Europe », a déclaré Robin Kiely dans un communiqué. Un porte-parole interrogé par le quotidien Irish Examiner précise que la maintenance prévue cette nuit fait partie des préparatifs pour le lancement du nouveau site Internet cet automne.

Le CEO de Ryanair Michael O’Leary a d’autre part annoncé hier avoir entamé des discussions avec plusieurs compagnies disposant d’un réseau long-courrier afin de passer des accords interlignes, qui permettraient à la low cost d’alimenter ces vols. IAG et Aer Lingus sont les premières concernées, a-t-il expliqué lors d’un entretien accordé à Reuters, mais TAP Portugal à l’aéroport de Lisbonne et Norwegian ou Virgin Atlantic à Londres-Gatwick ont également été contactées. Un accord devrait être trouvé « d’ici la fin de l’année, en novembre » avec Aer Lingus, dont les parts détenues par Ryanair sont sur le point d’être vendues à IAG ; selon M. O’Leary, les discussions avec le groupe ne sont en revanche menées qu’au cas où ce dernier déciderait de s’installer à Londres-Stansted (ni British Airways, ni Iberia ni Vueling n’y sont présentes), IAG niant de son côté toute discussion « formelle ».

Le CEO a justifié ces pourparlers par sa vision de Ryanair dans cinq à dix ans : la low cost et ses semblables pourraient alors « alimenter » les vols long-courriers des autres compagnies, leur amenant jusqu’à la moitié de leurs passagers. Cela resterait une partie « raisonnablement petite » de son activité, précise-t-il, tout en reconnaissant que deux obstacles restent à franchir. D’une part les coûts associés, en particulier la compensation des correspondances ratées, et d’autre part la capacité « mentale » de ces compagnies à accepter la responsabilité des ces connexions manquées.

L’accord interligne est le dernier « tabou » respecté par Ryanair, qui a depuis deux ans fini par chercher à séduire les passagers en général, puis les passagers d’affaires en particulier avec des billets flexibles. Ils représenteraient près de 2% des ventes, soit l’objectif annoncé lors du lancement de l’offre en aout dernier (le but étant affiché à 10% en cinq ans).

http://www.air-journal.fr/2015-08-11-ryanair-offline-ce-soir-parle-daccords-interlignes-5148366.html

Commentaire(s)

  1. Je suis très surpris que RyanAir s’inquiète de retard « D’une part les coûts associés, en particulier la compensation des correspondances ratées, et d’autre part la capacité « mentale » de ces compagnies à accepter la responsabilité des ces connexions manquées. ».

    Puisque ryanair est une compagnie ponctuelle….
    … Enfin c’est ce que le marketing ryanair ose nous faire croire 😉

    • fred06
      Publié le 11 août 2015

      Ce sont les retards à l’arrivée des longs courriers en Europe….qui coûtent une fortune aux compagnies qui fonctionnent en hub ( places perdues (mauvais remplissage des avions), bagages à livrer à domicile, personnel au sol pour gérer les problèmes, indemnisations….).
      C’est en partie sur ces postes de dépenses que les futures low cost long courrier feront la différence.

  2. Ryanair est toujours à l’heure. Je suis depuis quelques années un grand utilisateur de cette compagnie et j’en suis très content. Rien à voir avec Easyjet, AF, Lufthansa ou British Airways. Je ne paie pas cher, je n’ai pas à me plaindre de quoi que ce soit. Avec AF si le personnel est de bonne humeur on peut parfois avoir droit à la compassion d’un employé au comptoir ( je remercie l’employée AF d’Orly qui m’a permis d’embarquer pour BIQ alors que je suis arrivé in extrémis ) 5h00 entre Roissy et Orly !!!!!!! Je ne remercie pas la grande employée d’Easyjet à Roissy, toujours habillée avec son long manteau qui est regarde au centimètre près la taille des valises et qui a refusé mon embarquement à 5 mns près ( après 13h00 de vol, c’est sympa ) et Easyjet m’a généreusement remboursé de 5 euros. Alors moi je dis: Que Ryanair continue, c’est une compagnie qui a tout compris et les autres……chacun pour soit.

  3. loloboyer
    Publié le 12 août 2015

    Moi je pose juste une question d’ordre pratique. Je voyage « énormément » sur LC au départ de BCN (exclusivement). J’ai la change de voyager en business et toujours via CDG, MAD, FRA, MUC ou AMS. Si je fais le tronçon européen sur Ryanair, puis le LC avec British par exemple vers EZE… comment peut on garantir le service Business tout au long du voyage ? 2 bags cabine, 3 bags en soute, accès aux salons… siège du milieu bloqué ou différents de l’Eco… . Je crois sincèrement que FR fait du bluff. Je voyage aussi de temps en temps avec FR de et vers Girona. Très bonne compagnie, mais pas pour les longs voyages, surtout quand on a une réunion à l’arrivée… . Et pour le service après vente… pas top ! Mais Mol est capable de tout… et pour l’heure les sièges de ses avions sont plus confortables que sur les supers nouveaux ultras fins de LH !

  4. L’information importante c’est donc que, loin des gesticulations de son MOL de patron, ryanair abandonne son projet de long courrier. Son modèle économique et les besoins clients ne sont pas en phase. Par ailleurs la gestion opérationnelle des appareils, des équipages et des grandes plateformes mondiales est trop contraignante sur ce créneau.
    Mais FR va bientôt nous expliquer que ce sont les autres qui sont incompétents…

  5. MOL n’est pas le patron de Ryanair, il n’en est que le  »premier ministre » avec 4% du capital

    le patron, le seul le vrai, est David Bonderman, depuis bientot 19 ans…

    cet américain, ami de Benyamin Natanyahou, est chairman of the board – non opérationnel – et représente les actionnaires majoritaires (dont lui) de la compagnie

    il signe à ce titre le rapport annuel engageant la compagnie vis à vis des autorités et des actionnaires

    agé de 72 ans, il ne participe pas, par contre à la gestion au jour le jour, déléguée à MOL effectivement

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter