Explosion sur Daallo Airlines : Turkish Airlines visée ?

air-journal_Daallo Airlines explosion degats2

Le patron de la compagnie aérienne Daallo Airlines affirme que ce n’est pas elle qui était visée par la bombe qui a perforé en plein vol le fuselage d’un de ses avions : le passager suspecté d’être le terroriste aurait en fait cherché à embarquer sur vol de Turkish Airlines, mais ce vol a été annulé faute d’avion.

A en croire les déclarations le 8 février 2016 de Mohamed Yassin, PDG de la compagnie somalienne, l’explosion de la semaine dernière n’a frappé son Airbus A321 que par accident : le passager suspect, qui s’était apparemment fait remettre un ordinateur portable avant le départ, devait initialement prendre le vol TK689 de la compagnie nationale turque reliant l’aéroport de Mogadiscio à Djibouti ce 2 février. Mais l’A320 de Turkish Airlines ne serait pas arrivé « en raison du mauvais temps », Daallo Airlines acceptant alors d’embarquer les passagers laissés en souffrance – dont le suspect, qui selon le PDG avait une carte d’embarquement TK et figurait sur le manifeste du vol TK689.

Turkish Airlines dessert la capitale somalienne depuis 2012 ; elle y reste la seule compagnie présente non originaire de la corne de l’Afrique. L’explosion de Daallo Airlines n’a pas été revendiquée, mais les services de renseignement soupçonnent une action des militants d’al-Shebab, dont certains membres se réclament d’al Qaeda et d’autres de l’EI – lui-même responsable d’attentats en Turquie.

Selon des images de caméra de surveillance dévoilées par les autorités, Abdulahi Abdisalam Borleh aurait récupéré ce qui ressemble à un ordinateur portable, auprès de deux hommes dont un habillé en employé de l’aéroport somalien ; il l’aurait ensuite dissimulé dans un fauteuil roulant avant d’embarquer. L’explosion avait créé un trou de près d’un mètre dans le fuselage de l’A321 de Daallo Airlines environ 15 minutes après son départ de l’aéroport de Mogadiscio avec 74 passagers et 7 membres d’équipage à bord. Les pilotes avaient pu faire demi-tour et poser l’appareil sans problème, la seule victime étant un homme éjecté de l’avion et retrouvé au sol (apparemment le terroriste) ; deux autres passagers avaient été blessés.

http://www.air-journal.fr/2016-02-09-explosion-sur-daallo-airlines-turkish-airlines-visee-5157790.html

Commentaire(s)

  1. Si la loi applicable le permet, j’espère que la compagnie et les blessés exigeront au civil le paiement des réparations matérielles et morales (réparation ou remplacement de l’avion, frais médicaux et préjudices moraux…) auprès des héritiers de cet assassin raté.

  2. Clo2B

    Il n’est pas certains que les membres de la famille de ce terroriste partage ses idées, et donc, je ne vois pas pourquoi, dans ce cas, ils devraient payer pour lui….
    Par contre, ce qui me semble plus intéressant est le fait que les caméras aient pu filmer les deux hommes qui lui remettaient l’ordinateur piégé, dont l’un était en uniforme, et qui sera peut-être reconnu par le personnel de l’aéroport.

    • On a toujours droit de refuser un héritage. Mais on ne peut exiger le beurre et l’argent du beurre: si on accepte le crédit, on prend aussi le débit. Ce n’est ni aux victimes, ni à la société de payer pour les crimes commis par les terroristes, mais à ces derniers, dans la mesure de leur solvabilité, évidemment.

  3. Ce qui peut interpeller, ce sont les détails techniques (et non l’héritage du terroriste): quelle altitude lors de l’explosion, en quelle phase de décollage, qui était CDB, quels problèmes de pressurisation…???.
    Si on lit un site aéronautique, on parle avion et non pas potins ou politique…

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter