Air France: ça chauffe entre pilotes

air-journal_HOP flotte

Les pilotes de la compagnie aérienne HOP! Air France et de la low cost Transavia râlent contre le syndicat SNPL, qu’ils accusent de ne défendre que les intérêts des collègues de la maison-mère.

Alors que la compagnie nationale française précisait le 26 février 2016 les postes concernés par son plan de départ volontaires, touchant uniquement les employés au sol et les PNC d’ici décembre, le ton monte entre les pilotes des deux filiales d’Air France et le syndicat majoritaire. Un tract du SNPL Brit Air (une des trois composantes de HOP!) titré « la guerre des pilotes aura lieu », appelle à la solidarité : il explique que le groupe Air France étant « mortel, des réformes structurelles sont impératives sous peine de disparition », mais il a aussi l’impression que « depuis la dernière réunion SNPL groupe AF, ce diagnostic n’est plus partagé ». L’ambition par exemple d’un contrat de travail unique au niveau du Groupe « avec contrat miroir local et rémunérations et conditions de travail locales », ouvrant à tous les pilotes la possibilité de passer un jour sur long-courrier, est selon la section Brit Air du syndicat « abandonnée, poubelle » (les quelques 900 pilotes de HOP! sont limités par contrat à des avions de 110 places au plus). Il exprime donc son incompréhension devant ce revirement stratégique qui laisse l’activité moyen-courrier « dans l’incapacité de résister face à la concurrence ».

« Si on revenait sur cet accord, on pourrait créer 150 emplois de pilotes. Il serait bien que le SNPL AF pense aussi aux 3500 familles à nourrir de HOP! », regrette Jean-Jacques Elbaz, délégué syndical SNPL chez Brit Air, dans Le Parisien de vendredi. Le quotidien cite en outre un des 230 pilote de la low cost Transavia qui aimerait bien que « le SNPL Air France et la direction trouvent enfin un accord » : il juge que le syndicat « semble plus intéressé de négocier un nouvel hôtel à Rio pour les pilotes d’Air France ou un nouvel iPad, que de sortir du statu quo qui plombe le groupe ». Réponse d’Emmanuel Mistrali, porte-parole du SNPL Air France, à ces accusations dans Le Parisien : « quand il n’y a pas de croissance, chacun ne pense qu’à soi »…

Rappelons qu’Air France prévoit désormais de supprimer via des départs volontaires 1405 postes au sol, y compris près de 800 dans les aéroports ; initialement, il avait été question de 1823 suppressions de postes au sol d’ici mai 2017. Chez les PNC, le PDV a été ramené de 890 à environ 200 équivalents temps plein.

http://www.air-journal.fr/2016-02-29-air-france-ca-chauffe-entre-pilotes-5158742.html

Commentaire(s)

  1. Webby

    Chez AF les pilotes font la loi,ils se font même payer les jours de grève.Si AF se sépare de ces pilotes en baissant de 50% leurs salaires, il vont pouvoir progresser et sauver l’entreprise.Des pilotes içl y en a plein dans le monde sans les payer à prix d’or pour faire grève.Ou virer les syndicats de pilotes

  2. biz

    Le SNPL trahir des pilotes ???
    Ce qui est surprenant c’est que ça surprenne encore !
    Ils se sont tellement retrouvé mêlés à des condamnations en justice d’anciens dirigeants du syndicat, tels CORBET Jean-Charles et PARIS Christian dans l’affaire Airlib, qu’ils se sont sentis obligés de produire un justificatif public sur leur site :
    http://snpl.com/presse/communiques/lire/923/
    Tout ça juste pour dire qu’au moment des faits ils n’étaient plus que d’anciens dirigeants… C’est pas nous c’est les autres… En oubliant que les manœuvres ayant permis ce désastre se sont faites justement en revendiquant leur appartenance au grand syndicat…
    Aujourd’hui les petits arrangements continuent…
    Tout le problème du SNPL tient dans une lettre : le N… Ce syndicat n’a rien, plus rien de National depuis belle lurette et ne défend que les intérêts des pilotes d’Air France, les pilotes des filiales ne constituant à leurs yeux que des variables d’ajustement..

  3. Ahahahahahahahahahahahahahah!!!
    Bande de Guignols.
    Regardez ce qu’il se passe chez IAG, et HOP….au boulot !!!!

  4. Vanguard

    C’est toujours la même histoire, il y a ceux qui voient bien que l’économie est mondialisée et qu’il voit bien qu’AF doit s’adapter au marché…Et les autres qui sont assis sur leurs privilèges comme aux temps des rois…et qui disent c’est tout pour moi ou rien du tout pour tout le monde (la faillite de l’entreprise…)

  5. Jarod

    Cette comédie à assez duré ! que le comportement de cette caste de privilégiés déjà mieux payée de 25 à 30% pour 100 à 150 heures de vol de moins que leurs collègues de LUFHANSA ou de IAG ( British Airways + Iberia ) puisse mettre en danger une compagnie qui fut l’image de la France à l’ètranger m’est insupportable ! faut-il être d’un état d’esprit obtus pour ne pas voir que sans une énergique et rapide reprise en mains AIR FRANCE demain ne fera plus parmi des leaders du transport aérien ! si ces cochers de fiacre se rendaient compte combien ils sont honnis de la majorité des français et soit dit en passant des hollandais ( y compris de leurs collègues pilotes ) qui en veulent à leur gouvernement d’avoir confié le destin de la KLM à ces petits français !

  6. marcel lelievre

    Le SNPL Syndicat National des Privilégiés Lamentables.
    Rien à contester, tout à constater:
    Impact des grèves répétées sur les bénéfices.
    Impact des grèves répétées sur l’image de l’entreprise, dont répercussions sur les bénéfices.
    Depuis des années Air France est à l’agonie avec des bénéfices (lorsqu’ils existent) biens inférieurs aux concurrents européens.
    Où se loge la différence? Dans les concessions faites par les techniciens, pilotes et autres personnels navigants des autres compagnies.
    Mais c’est certainement plus profitable pour les syndicats de ne rien lâcher, en nombre d’adhérents (à ne pas perdre), auxquels ils ont tant promis!
    L’avenir de la société et des emplois sur le long terme n’est pas leur priorité.
    Et le prochain lynchage de dirigeants, c’est pour quand?

  7. Serpico

    Échec total de ce bureau après le précédent avec sa « fameuse » grève. Encore un document maladroit sur la forme et dans le timing mais reflétant un certain état d’esprit notamment dans le LC Air France. Bien entendu, tous les pilotes ne sont pas raccord…
    La menace de grève est de la pure gesticulation dont personne n’est dupe…Je trouve qu’au final dans la négociation cette équipe de rantanplan du SNPL est une aubaine pour la direction….ils/elles se marginalisent tout seuls…
    Les pilotes des compagnies concurrentes doivent vraiment se marrer…
    Répondre Suivre

  8. bob

    Le SNPL, syndicat égocentrique, archaïque, dictatorial, dépassé, méprisant, destructeur, égoïste, arrogant…

    Le SNPL, fossoyeur du transport aérien français. Destructeur d’emplois.

    Pitoyable SNPL…

  9. Gougueule

    Vrai que leSofitel Copacabana mérite un coup de neuf, et le Windsor ex-Méridien idem.
    Il y a bien le Sofitel Ipanema ex-Caesar Park mais il ferme après les jeux pour rénovation.. Ne reste plus que le Fasano à l’Arpoador: bling bling mais on reste entre soi..
    Marriott? Ringard et utilisé par United et Alitalia. Les Sheraton sont nuls.
    Voilà, j’éspère avoir apporté qques infos au Snpl

  10. Enfin , il y en a qui commence a ouvrir les yeux ,il serait temps .
    Aller y , tiré vous la bourre entre Pilotes.

  11. Et c’est seulement maintenant qu’ils s’en rendent compte?
    Pendant des anneés pourtant ils ont docilement suivi les ordres des seigneurs de CDG en croyant naïvement que ces gens défendaient une profession, alors qu’ils ne faisaient que leur faire colporter une seule parole: les filiales servent à faire les économies que l’on refuse de faire.
    Et la réponse de Mistrali en dit long…
    Faudra-t-il qu’AF aille à la faillite pour qu’ils voient enfin la réalité du transport aérien?
    En attendant tout va bien ils auront leur bel hotel a Rio…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum