Cuba : les désidératas des compagnies américaines

@Rojinegro81

@Rojinegro81

Huit compagnies aériennes américaines ont détaillé les routes qu’elles espèrent obtenir entre les Etats-Unis et Cuba, suite à l’accord de libéralisation du ciel signé entre les deux pays le mois dernier.

L’accord bilatéral permet la mis en place de 110 vols quotidiens, dont vingt vers l’aéroport de la capitale La Havane-Jose Marti et dix pour chacun des autres aéroports internationaux de l’île. Si ce quota n’est pas encore rempli, de nombreuses demandes d’autorisation ont été rendues publiques, et sont rassemblées par USA Today dans son édition du 2 mars 2016 :

Alaska Airlines : 2 vols par jour entre Los Angeles et La Havane

American Airlines : vers La Havane, dix vols par jour depuis Miami, et un vol par jour depuis Charlotte, Dallas-Fort Worth, Los Angeles (plus une deuxième rotation le dimanche) et Chicago. Vers les autres villes, elle souhaite deux vols par jour entre Miami et Santa Clara, Holguin et Varadero, et un par jour entre Miami et Camaguey et Cienfuegos.

Delta Air Lines : vers La Havane, deux vols par jour depuis Atlanta et New York-JFK, et un par jour depuis Miami et Orlando.

Frontier Airlines : vers La Havane, trois vols par jour depuis Miami et un depuis Denver. Vers les autres villes cubaines, un vol quotidien entre Miami et Santiago, quatre vols par semaine entre Miami et Camaguey et trois vols par semaine entre Miami et Santa Clara, plus des vols le samedi reliant Chicago et Philadelphie à Varadero.

JetBlue Airways : vers La Havane, quatre vols par jour depuis Fort Lauderdale, deux depuis Tampa, Orlando, New York-JFK et un vol par jour depuis Boston et Newark. Elle souhaite aussi un vol par jour entre Fort Lauderdale et Camaguey, Holguin et Santa Clara.

Silver Airways : vers La Havane, deux vols par jour depuis Palm Beach, un depuis Fort Myers et Fort Lauderdale, et cinq vols par semaine depuis Key West plus deux par semaine depuis Jacksonville. Elle voudrait aussi opérer depuis sa base de Fort Lauderdale (où elle opère un flotte de cinq Saab 340) un vol par jour vers Holguin, Santiago et Santa Clara, cinq vols par semaine vers Camaguey, quatre vers Varadero, trois vers Cayo Cocos et Manzanillio, deux vers Cienfuegos et un vers Cayo Largo.

Southwest Airlines : vers La Havane, 6 vols par jour depuis Fort Lauderdale, deux depuis Tampa et un depuis Orlando. Elle souhaite aussi opérer à Fort Lauderdale deux vols par jour vers Varadero et un vers Santa Clara.

United Airlines : vers La Havane, un vol quotidien depuis Newark (plus un deuxième le samedi), et un vol tous les samedis depuis Chicago, Houston et Washington.

On imagine sans mal le casse-tête pour les autorités de l’aviation civile des deux pays pour répartir toutes ces demandes de façon à assurer un minimum de concurrence…

http://www.air-journal.fr/2016-03-03-cuba-les-desideratas-des-compagnies-americaines-5158927.html

Commentaire(s)

  1. Vincent
    Publié le 3 mars 2016

    Si seulement la France pouvait avoir ce genre de souci !

    – Bon ! Alors ! Les gars ! Pour desservir Machin les Plages, ont a la demande appuyée de 8 compagnies françaises. Elles veulent toutes y aller avec des moyens considérables. Qu’est qu’on fait ?
    – Ben on va les calmer ! Appelle l’intersyndicale SNPL-SUD-FO-CGT !

    • HAHAHAHA… vous m’avez bien fait rire VINCENT. Sincerement… ca fait du bien!
      PVotre commentaire est très juste.
      J’ai un concurrent qui se crée des opportunités…
      Solution 1 : je m’adapte, je suis créatif…en résumé « je me bouge »
      ou
      Solution 2 : je le bloque, non mais! il se prend pour qui

      • Publié le 3 mars 2016

        La solution 2 est aussi utilisée aux USA … quand un concurrent qui n’est pas des USA devient gênant (ex : les compagnies du Golf accusées de proposer des tarifs attractifs grâce à des subventions … alors que les compagnies américaines après les attentats de 2001 ont eu droit à des subventions et ont voulu les utiliser pour proposer des tarifs bas sur le marché transatlantique et ainsi « tuer » la concurrence européenne … mais pour une fois on a eu une unité européenne pour contrer celà)

    • Koalactus
      Publié le 3 mars 2016

      Cuba a des soucis autrement plus graves que ceux de la France, comme un taux de pauvreté incomparable à celui français et une économie partant de 0….

  2. Lso
    Publié le 3 mars 2016

    Et cubana dans tout ca?
    Que dalle… Liberalisation a sens unique.

    • FlySSC
      Publié le 3 mars 2016

      Cubana n’est plus qu’une compagnie quasi virtuelle avec les 3/4 de sa flotte clouée au sol et lereste dans un état plus que douteux ….

    • Faute aux Cubains... - 3 mars 2016 à 14 h 00 min
      Faute aux Cubains...
      Publié le 3 mars 2016

      Rien n’est prévu pour Cubana dans l’accord que les Cubains ont signe avec les USA…..Et les Cubains ont signe quand même….Comme quoi,faut croire que leur pays a un « besoin désespéré de voir arriver des dollars ambulants depuis les USA…que c’est tellement primordial que tant pis s’il ne viennent que grâce à des compagnies américaines et s’il ne resta à Cubana que ses yeux pour pleurer……Quel que soit l’avenir des relations économiques et aériennes entre ces deux pays, Cubana de Aviacion ne se relèvera probablement jamais de ce coup-là!!!!

      • Publié le 3 mars 2016

        « « besoin désespéré de voir arriver des dollars ambulants depuis les USA…tant pis s’il ne viennent que grâce à des compagnies américaines »
        D’un autre côté pour acheter de nouveaux avions pour Cubana il va en falloir des dollars…

  3. Publié le 3 mars 2016

    C’est sûr pour Cubana c’est un coup bas …

  4. superyoda86
    Publié le 3 mars 2016

    Ça me parait énorme 110 vols par jour mais bon peu être que la demande est là. J’espère que Cuba restera authentique et qu’on y retrouvera pas des Mc do partout ou des ricains gras sur toutes les plages.

  5. En même temps, ça m’étonnerai que Cubana attire beaucoup de clients s’ils ouvraient une liaison vers les États Unis.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum