Aigle Azur : un petit tour à Paris-CDG cet été

air-journal_Aigle Azur A320 sharklets

La compagnie aérienne Aigle Azur ajoutera au cœur de l’été jusqu’à deux rotations quotidiennes entre Paris-CDG et Alger aux cinq qu’elle opère déjà au départ d’Orly.

Du 18 juillet au 29 aout 2016, la compagnie française proposera un vol par jour entre Paris-Charles de Gaulle et l’aéroport d’Alger-Houari Boumediene, opérés en Airbus A320 de 174 places. Le départ est programmé à 7h05 pour arriver à 8h20, le vol retour quittant l’Algérie à 19h10 pour atterrir à 22h30. Certains jours comme le mercredi 3 août, une rotation supplémentaire sera ajoutée avec départ de CDG à 8h00 (arrivée 9h15) et retour d’Alger à 18h10 (arrivée 21h30).

Aigle Azur propose d’ordinaire cinq rotations quotidiennes entre sa base de Paris-Orly et Alger, avec des décollages échelonnés entre 7h00 et 19h55 (retours d’Algérie entre 7h00 et 19h05). Elle fait face sur cet axe à la concurrence d’Air Algérie (CDG et Orly), Air France (CDG) et Tassili Airlines (CDG).

La compagnie était arrivée sur l’axe Roissy – Alger en décembre 2012, avant d’en repartir l’année suivante. Rappelons qu’elle dessert Alger également depuis Bâle-Mulhouse, Lille, Lyon, Marseille et Toulouse.

http://www.air-journal.fr/2016-04-25-aigle-azur-un-petit-tour-a-paris-cdg-cet-ete-5161943.html

Commentaire(s)

  1. Beau développement... - 25 avril 2016 à 8 h 18 min
    Beau développement...
    Publié le 25 avril 2016

    Je n’ai jamais pris cette compagnie,donc je ne peux juger ni de ses appareils ni de son service global au sol comme en vol,ni de son aspect commercial ( ventes,tarifs,traitement des réclamations…) mais d’une manière générale, elle a choisi de rester se développer globalement sur un marché de niche,et cela semble à ce jour plutot lui réussir……avec tous les dangers potentiels d’un marché de niche au cas de gros soucis entre l’Algerie et la France, où de catastrophe économique pour l’une ou l’autre….comme en témoigne ses actuelles grosses difficultés à rapatrier ses avoirs financiers bloqués en Algérie…dont elle a par ailleurs besoin.Souhaitons lui de trouver une solution économiquement valable avec les autorités algériennes.

    Par ailleurs, son passage rapide en 2012 à CDG etait surtout le fruit des longueurs de temps nécessaires à l’obtention de creneaux à Orly…ce qui a été fait depuis,permettant un développement sur cette plateforme…mais 4 Annees plus tard, la question est de nouveau posée pour Air Azur…et le réponse dans l’attente identique: passage par CDG… Rien de bien méchant puisqu’elle se développe quand même, et c’est la l’essentiel.

    • Vincent
      Publié le 25 avril 2016

      Financièrement, le risque est faible, l’Algérie étant trop dépendante de la France pour envisager une rupture.

      Le souci de l’Algérie est politique, à savoir l’après Bouteflika, qui pourrait bien voir l’Algérie imploser, et tout le Maghreb avec elle. Il est hélas des pays sous-développés qui ne peuvent pas se passer de dictature (cf. le printemps arabe).

  2. Beau développement oui mais il faudrait plus d’avions. Malgré tout un conflit avec les PNT déjà annoncé… Une ambiance pas au top avec une incompréhension de certains salariés quant à la stratégie.
    Et toujours pas de bénéfice en vue.

  3. Stratégiquement, c’est risqué de tout miser sur un seul marché (en l’occurrence l’Algérie).
    Non seulement, il n’y a pas de lois dans ce pays, mais quand elles existent, elles ne sont jamais appliquées. Tout se fait à la tête du client. A l’époque ou feu Idjerouidene s’appuyait sur le clan DRS, il n’avait aucun problème à rapatrier les recettes de vente de billets, pire Aigle Azur a été prise en flagrant délit de rapatriement d’argent sale appartenant à des hauts fonctionnaires et officiers algériens. L’histoire a été passée sous silence.
    Aujourd’hui le DRS étant affaibli, le clan fort actuel n’a aucun intérêt à voir Aigle Azur continuer son activité car l’un de ses meneurs (Ali Haddad) qui voulait reprendre Air Med envisage de se lancer dans le transport aérien dès 2017.
    Si la compagnie veut survivre, elle a intérêt à aller chercher d’autres marchés (Afrique sub saharienne, Europe du Sud) à défaut, elle disparaîtra dans pas longtemps !

  4. Beau développement ? on cherche encore l’identité de la compagnie, qui n’en a pour le moment pas vraiment. Des lignes vers l’Algérie où elle sert de faux Air Algérie pour faire croire à l’existence d’une concurrence sur les villes de province d’Algérie. Ailleurs, pas de grosse logique, qq lignes vers le Portugal, le Senegal, le Mali, des tentatives en Russie ou en Iraq, et des partages de code vers la Chine… Que cherche Aigle Azur ? Où veut-elle aller ? Il manque une identité claire à cette compagnie, une logique de développement, quelque chose autre que « la plus vieille compagnie privée française ».

  5. Nom
    Publié le 25 avril 2016

    C bizarre cette compagnie fixe sur alger et avec si peu d’appareils on se demande comment elle vit je sais que les pnc y sont sous des cdd de quelques mois pas vraiment de quoi envisager un avenir serein.

  6. hommage et condoléances à feu Arezki Idjerouidène

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum