Qatar Airways : A350 à Londres, coentreprise avec British Airways

air-journal_qatar-airways-a350-900-londres

La compagnie aérienne Qatar Airways déploie désormais tous les jours un Airbus A350-900 entre Doha et Londres, où elle a officiellement mis en place sa coentreprise avec British Airways. Un nouveau visa de transit à Doha permet par ailleurs depuis hier une escale de 96 heures sans supplément.

Depuis le 30 octobre 2016, la compagnie nationale qatarie opère l’un de ses six vols quotidiens entre sa base à Doha-Hamad International et l’aéroport de Londres-Heathrow à bord d’un A350-900, pouvant accueillir 36 passagers en classe Affaires et 247 en Economie, à la place d’un Boeing 787-8 Dreamliner (22+232). Le départ de l’A350 est programmé à 14h55 pour arriver à 20h25, le vol retour quittant la Grande Bretagne à 21h55 pour atterrir le lendemain à 6h40 ; les autres restent opérées en 787-8, 777-300ER et A380.

Qatar Airways, compagnie de lancement de l’A350, a mis en service onze des 80 exemplaires attendus (dont 37 A350-1000). « L’Airbus A350 est l’un des appareils les plus avancés de notre flotte, offrant aux passagers un niveau de confort sans égal. Il est tout à fait approprié qu’un tel appareil serve l’un de nos six vols quotidiens réguliers entre Doha et Londres, une route par ailleurs renforcée avec la poursuite de notre partenariat avec British Airways », a déclaré dans un communiqué Akbar Al Baker, le directeur exécutif de la compagnie qatarie.

air-journal_qatar-airways-british-airways-tailsDimanche a aussi été marqué par la mise en place de la coentreprise entre Qatar Airways et British Airways : les deux compagnies de l’alliance Oneworld partagent leurs codes sur tous les vols entre Doha et les aéroports britanniques (dont les 7 vols quotidiens vers et depuis Heathrow proposées en commun depuis dimanche), et au-delà « sur les vols en correspondance vers l’Europe, le Moyen-Orient, l’Asie et l’Afrique ». Au total, 70 destinations seront à terme concernées par l’accord, y compris pour le partage des recettes et l’aménagement des horaires : non détaillées, elles n’incluront cependant aucune destination desservie en direct par British Airways en direct depuis Londres, et des routes entre la capitale britannique et « certains aéroports du pays et d’Europe en majorité non desservis en direct » par Qatar Airways depuis Doha. Rappelons que le réseau de cette dernière inclut en Grande Bretagne les aéroports de Birmingham, Edimbourg et Manchester en plus de Londres, sur un total de plus de 150 villes desservies, tandis que British Airways se pose dans plus de 180 aéroports. E que Qatar Airways est actionnaire à hauteur de 20% du groupe IAG, maison-mère de British Airways, Iberia, Vueling et Aer Lingus.

On notera enfin que depuis ce 1er novembre, les étrangers voyageant sur Qatar Airways via Doha avec une escale de plus de 5 heures peuvent bénéficier d’un visa de transit de 96 heures pour visiter l’émirat. Ce visa est initialement gratuit, mais fournit « à la seule discrétion du ministère de l’intérieur » ; il est accessible en ligne ou sur demande dans les bureaux de la compagnie de par le monde. Seule restriction à ce jour : les passagers venus du Golfe ou du Moyen-Orient ne peuvent profiter de ce visa qu’à l’aller. Qatar Airways n’appliquera aucune charge pour le changement du billet d’avion de ceux qui veulent profiter de l’occasion.

http://www.air-journal.fr/2016-11-01-qatar-airways-a350-a-londres-coentreprise-avec-british-airways-5171955.html

Commentaire(s)

  1. nooland

    British est en train de se faire « bouffer » volontairement par les Quataris, voila qui présume d’un futur bien sombre pour les compagnies européennes .

  2. Après avoir bouffé QF c’est à son tour de se faire croquer …..

  3. Delta, Jet Airways et Virgin, approfondissent leur rapprochement dans une co-entreprise à 3 sur l’Atlantique Nord… oubliant allègrement Air France….

    Bref, Air France loupe toutes les opportunités, trop occupée à régler les problèmes sociaux et à essayer péniblement de rattraper les retards accumulés en terme de produits, services, partenaire low-cost européen (Transavia) et lancement plus qu’hypothétique d’une low-cost long-courrier…

    Mais tout cela arrive trop tard…

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter