Crash AirAsia QZ8501 : les recherches ont repris

Air-journal_Airasia A320_Sharklet

Les opérations de recherche ont repris ce matin pour tenter de localiser l’Airbus A320 de la compagnie aérienne low cost Indonesia AirAsia, disparu dimanche avec 162 personnes à bord lors d’un vol entre Surabaya et Singapour. La météo très mauvaise est pour l’instant la piste retenue pour expliquer la disparition, la théorie de l’avion se trouvant au fond de la mer ayant été officiellement annoncée ce matin.

Dès 6 heures ce 29 décembre 2014, avions et navires ont repris les recherches à environ 150 kilomètres à l’est de l’île de Belitung dans la mer de Java, là où le monocouloir de la filiale indonésienne d’AirAsia a disparu des écrans radar du contrôle aérien indonésien. 42 minutes après avoir quitté l’aéroport de Surabaya-Juanda en direction de Singapour-Changi, l’A320 se trouvait au large de Sumatra, à mi-chemin entre Tanjung Pandan et Pontianak au sud de Bornéo. L’agence indonésienne de recherches et de secours Basarnas a pris la direction des opérations de recherche, avec l’assistance de l’armée: douze navires de la Marine indonésienne, cinq avions et trois hélicoptères sont déjà déployés, aidés par des bateaux et avions envoyés par la Malaisie, Singapour et l’Australie.  Et ce matin, l’agence annonçait « supposer que l’avion de trouve au fond de la mer » : la zone est très peu profonde dans cette région, entre 30 et 50 mètres en moyenne, ce qui devrait faciliter la localisation de l’avion – s’il s’est effectivement abîmé à cet endroit. Selon le ministère des Transports, les pilotes ont demandé à dévier de leur trajectoire peu avant leur disparition des écrans radar, pour passer de 32 000 à 38 000 pieds afin d’éviter une masse nuageuse, plusieurs orages étant enregistrées dans cette zone. « La communication avec l’avion a été perdue pendant qu’il était encore sous le contrôle des autorités indonésiennes du trafic aérien », a précisé AirAsia.

air-journal_AirAsia QZ8501 meteoLes autorités de Singapour sont bien sûr impliquées dans l’enquête ; le Bureau d’Enquête et d’Analyse (BEA) français a fait partir hier deux enquêteurs vers Jakarta, tandis que l’Australie et la Malaisie ont déjà déployé des moyens. Airbus participera également à l’enquête: selon l’avionneur, l’A320 d’Indonesia AirAsia immatriculé, PK-AXC, livré neuf en octobre 2008 avait accumulé environ 23 000 heures de vol en 13 600 trajets, et sa dernière visite de maintenance remonte au 16 novembre dernier.

Parmi les 162 personnes à bord du vol QZ8501 se trouvaient sept membres d’équipage : le commandant de bord indonésien Iryanto avec 20.537 heures de vol à son actif (dont 6100 avec Indonesia AirAsia), le copilote français Rémi-Emmanuel Plesel (2275 heures de vol avec la compagnie), un technicien et quatre hôtesses de l’air et stewards. La liste des nationalités représentées reste incertaine : on parle désormais d’un Britannique à bord, alors qu’AirAsia annonçait 156 Indonésiens, trois Sud-Coréens, un Malaisien, un Singapourien et donc le Français. On notera que 23 personnes ayant initialement réservé une place à bord du vol QZ8501 ne se sont pas présentées (dont une famille entière de 10 personnes qui a raté de quelques minutes le vol et échappé à la mort).

air-journal_AirAsia QZ8501 passagersUne cellule de crise a été ouverte dès hier à l’aéroport de Surabaya-Juanda, les familles des passagers et membres d’équipages étant rassemblées dans un hôtel. AirAsia, dont le PDG Tony Fernandes déclarait hier vivre « son pire cauchemar », a visiblement retenu les leçons du vol H370 de Malaysia Airlines : la communication a été immédiate, il s’est tout de suite rendu sur place, et les familles sont censées recevoir les dernières informations avant les journalistes. La low cost a en outre changé la couleur de son logo sur son site Internet, qui est passée de rouge à gris.

AirAsia, titrés six ans de suite « meilleure low cost au monde » par Skytrax, n’avait jamais connu d’accident mortel en treize ans d’existence : des sorties de piste à l’atterrissage sur les pistes inondées de Brunei en juillet dernier ou de Kuching en 2011 restent ses incidents les plus « spectaculaires » à ce jour, sans qu’aucun blessé ne soit à déplorer. On rappellera qu’elle opère 169 des 227 A320 commandés (elle attend aussi 291 A320neo à partir de 2016), Indonesia AirAsia ayant trente A320 en service (30 de plus attendus, et 60 A320neo devant les remplacer). On rappellera que la low cost malaisienne opère des filiales en Indonésie donc, en Thaïlande, aux Philippines et en Inde.

air-journal_AirAsia QZ8501 trafic@Flightradar

http://www.air-journal.fr/2014-12-29-crash-airasia-qz8501-les-recherches-ont-repris-5131598.html

Commentaire(s)

  1. Vincent

    « La météo très mauvaise est pour l’instant la piste retenue pour expliquer la disparition »

    La météo peut difficilement expliquer à elle seule ce crash présumé.

    Il s’agit sans doute d’un élément contributif, mais chacun sait qu’un crash est la combinaison de plusieurs facteurs.

    Reste que l’appareil était relativement récent, supposé bien entretenu et acquis neuf par une compagnie à l’excellente réputation, et que l’équipage semblait compétant.

    La suite sera, espérons-le, révélé par une enquête qui s’annonce longue.

  2. Hum … Ca sent le AF447 ça … Bizarrement l’information n’est pas tournée principalement vers les communications radios contrairement au MH370 … La météo est certes un lourd facteur, mais bon sérieusement je sens que ça va refaire le coup du MH370 et on va pas le retrouver :/ On sait bien que c’est les Américains qui ont flingué le B772 vu qu’il se dirigeait sur une de leurs bases, mais là je sais pas … J’espère qu’on va le retrouver vite fait bien fait et qu’on va pouvoir établir de vrais faits !

  3. Will5906

    Le retour des « experts » …. qui va tourner en « x-files » … Où est le spécialiste UFO ??

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter