L’air des cabines en avion trop toxique ?

aj_pilotes

Selon un rapport du Global Cabin Air Quality Executive, au moins 3% des pilotes de ligne pilotent avec une performance physique et mentale dégradée en raison de leur exposition répétée à des neurotoxines présentes dans l’air des cabines d’avion.

Cette évaluation a été présentée lors d’une conférence par le Dr Michel Mulder, un ancien commandant de bord de la compagnie aérienne KLM, également médecin qui se spécialise aujourd’hui en aidant les pilotes dont la santé a été endommagée par leur travail. Il aurait ainsi établi un ensemble de tests destinés aux pilotes afin de déterminer le niveau de dégradation de leurs performances, en raison de neurotoxines organophosphorées, provenant de l’huile de moteur, et présentes à de faibles concentrations dans l’air de la cabine de l’avion, parfois à des niveaux élevés quand des incidents avec dégagements de fumée se produisent. Selon son test basé notamment sur des tests sanguins, il serait possible de prédire le niveau de risque pour chaque pilote, et prévoir combien de temps celui-ci pourrait voler avant qu’il ne puisse être concerné par une réelle incapacité de piloter.

En soutenance à ces propos, il a également indiqué qu’une communication interne de KLM reconnaît   « l’incapacité dans le cockpit comme un événement régulier ».

Il faut rappeler que le docteur Mulder est aussi l’expert principal du cas Richard Westgate, un pilote de British Airways, dont la santé a été sérieusement altérée et qui est décédé en décembre 2012, à l’âge de 43 ans, quelques jours après un autre pilote, Karen Lysakowska, lui aussi âgé de 43 ans . Une instruction par la justice britannique est actuellement en cours, avec un rapport accablant du médecin légiste,  Stanhope Payne demandant à British Airways et l’Autorité de l’aviation civile du Royaume-Uni (CAA) des « mesures urgentes pour prévenir de tels décès à l’avenir ». Le médecin légiste a expliqué que l’examen du corps de M. Westgate avait « divulgué des symptômes compatibles avec l’exposition aux composés organophosphorés présents dans l’air de cabine d’aéronef » et avait donné à British Airways et à la CAA huit semaines pour répondre. British Airways a indiqué qu’il répondrait en temps voulu à M. Payne.

http://www.air-journal.fr/2015-03-01-lair-des-cabines-en-avion-trop-toxique-5138185.html

Commentaire(s)

  1. SNPLMAN
    Publié le 1 mars 2015

    On va laisser nos détracteurs se défouler, encore une preuve que notre métier est réservé à l’élite, et que nos salaires sont largement mérités.

    • Vincent
      Publié le 1 mars 2015

      Ca sent la modestie du freluquet d’AF reçu sur concours.

      Votre cas relève de la psychiatrie, mon pauvre ami.

      Une petite lecture de rapport Colin pour vous remettre les idées en place !

      Lorsque qu’un PNT est à ce point convaincu de sa supériorité, incapable de se remettre en question, il met inévitablement la vie de ses passagers en danger.

      Cette nouvelle génération de « pilotes » a de quoi nous saisir d’effroi : mal formée au « pilotage » (sur simulateur), ne sachant que programmer et gérer des automatismes, que le moindre incident survienne et c’est la panique dans le cockpit (ne pas savoir identifier un simple décrochage et en sortir, ce que tout pilote de l’aéroclub du coin maîtrise, fut la cause de nombreux crashes récents).

      Dieu merci, je n’ai jamais dû à partager un cockpit avec ce genre d’énergumène, sans quoi je l’aurais immédiatement sorti à coup de pied dans le c..

    • serabo
      Publié le 1 mars 2015

      C est la contrepartie de vos gros salaires

    • Publié le 1 mars 2015

      quelle élite!! entre un pilote de ligne qui ne fait que transporter des passagers comme un chauffeur de bus et par exemple un chirurgien qui sauve des vies pour moi le choix est vite fait…

    • Votre métier réserve a l’élite ??????? Vous n’avez pas les chevilles qui gonflent pour sortir ce genre d’ânerie Mr SNPLxxx ? On peut discuter de votre salaire si vous le souhaitez mais, de grâce, arrêtez de vous mêler de la stratégie de l’entreprise car cela ne vous regarde pas, votre métier est de piloter un avion d’un point A a un point B et pas de vous mêler et d’interefer avec la stratégie business et d’investissement. Vous avez fait perdre 500 millions d’Euros a votre employeur en 2014 alors si kj’etais vous je me la jouerait profil bas…….

    • Soyons sérieux..... - 1 mars 2015 à 13 h 55 min
      Soyons sérieux.....
      Publié le 1 mars 2015

      Enfin,soyons sérieux au moins pour une fois: les PNC???
      Quantité négligeable remplaçable a ( tres) bas couts autant que de besoin…ipas nécessaire de perdre du temps ( et surtout de l’argent )avec eux et totalement inutile de creer/ soulever un problème qui n’existe pas…de toute façon,meme s’il existait la solution est très simple et évidente: ce genre de complication pour se développer a besoin d’une longue très longue exposition dans le temps du sujet au phénomène…La solution pour les PNC: des contrats de 3 ans renouvelables UNE fois( s’ils/elles ont ete tres tres gentils….) ..puis basta cosi: dehors…seront jamais malades de ce travail comme ca!

  2. un plus de 3000 h de vol - 1 mars 2015 à 12 h 22 min
    un plus de 3000 h de vol
    Publié le 1 mars 2015

    Le problème des Tricrésylphosphates dans l’air ambiant des avions est loin d’^tre un problème nouveau …
    Aussi bien sur les machines produites par Boeing ou par airbus , les systèmes de remplacement d’air pour maintien pressurisation cabine transite par les compresseurs des moteurs pour être réchauffés (l’air de complément prélevé en vol à l’extérieur étant à -40 -50 °C)La moindre fuite même minime des huiles de lubrification des pièces tournantes des réacteurs maintient une concentration en composés organophosphorés ..neurotoxiques .
    Les organismes compétents US estiment à 0,05 % des vols pour lesquels des fuites importantes conduisent à des teneurs dangereuses ( émission d’odeurs et de fumées en cabine …)C’est loin d’^tre anodin , surtout pour ceux dont le métier(PNT et PNC est de passer de nombreuses heures en vol..

  3. Publié le 1 mars 2015

    Surtout quand votre voisin qui pue des pieds retire ses chaussures, sent la transpiration, ou quand le gamin assis à côté de vous à une bonne bronchite des familles et tousse non-stop pendant les 9h de vol…

  4. IVAN
    Publié le 1 mars 2015

    J’ai du mal a comprendre comment ces particules peuvent se retrouver la. L’air du cockpit est prélevé dans le compresseur, avant la combustion bien entendu. De plus les pilotes disposent de 100% d’air nouveau, alors que les passagers en cabine reçoivent une partie d’air nouveau et une partie d’air recyclé.
    Le problème proviendrait d’où? Du compresseur? De la tuyauterie? Des matériaux de la cabine? Des instruments de bord?
    Si c’est la première solution, alors le problème devrait être réglé sur le 787 qui est bleedless et ça devrait se généraliser dans le futur (pas sur le 350 cependant)
    Si c’est la deuxième ou troisième solution alors c’est grave, ca veut dire que des matériaux non conformes sont utilisés par les constructeur pour l’apport d’une substance vitale dans un environnement clôt.
    Si ce sont les instruments alors seul les pilotes sont touchés.
    Dans les deux premier cas cependant, le passager est aussi touché, d’autant plus qu’il reçoit de l’air recyclé, ce qui peut entrainer l’augmentation des taux de concentration des matière dangereuses. Alors pourquoi les passagers ne sont pas mentionnés. Cela pourrait avoir des conséquences sur les personne fragiles (bébés/ personnes âgées etc)

  5. easy sleeping pilot - 1 mars 2015 à 13 h 32 min
    easy sleeping pilot
    Publié le 1 mars 2015

    La qualité de l’huile moteur utilisée est un grand facteur de pollutions de la qualité de l’air en cabine , dans un rapport de 1 à …1000 !!!
    La meilleure est  » Made in France  »
    La pire ( et donc la moon chère ) est la Mobil Jet 2 , je vous laisse deviner qu’elles sont les compagnies qui utilisent les pires huiles qui vous tuent à petit feu pour quelques pence de plus …

  6. Tony
    Publié le 1 mars 2015

    Faut bien mourir de quelque chose !

  7. Lockheed
    Publié le 1 mars 2015

    et bien Juju c’est les joies du vol^^

  8. Bob
    Publié le 1 mars 2015

    SNPLMAN par tes propos débiles tu confirmes mon opinion de ton syndicat…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum