Cebu Pacific annule Dammam, revend des Airbus A319

air-journal_Cebu-Pacific-A330-300

La compagnie aérienne low cost Cebu Pacific abandonne à la fin du mois sa liaison directe entre Manille et Dammam, l’un de ses deux destinations en Arabie Saoudite. Et elle a annoncé la vente de six Airbus A319 ces deux prochaines années à Allegiant Air, qui les utilisera pour étendre son réseau aux Etats-Unis.

Les trois rotations hebdomadaires proposées par la spécialiste philippine du vol pas cher entre l’aéroport de Manille-Ninoy Aquino et Dammam ne sont déjà plus que deux, et disparaitront complètement le 29 mars 2015. Opérés en Airbus A330-300 pouvant accueillir 436 passagers en une classe unique, avec départ lundi et jeudi à 21h55 et retour le lendemain à 4h10, les vols de Cebu Pacific sont en concurrence avec ceux de Philippine Airlines et de Saudia. Les routes vers Riyad, le Koweït et Dubaï ne sont pas remises en question.

L’activité long-courrier de la low cost devrait se développer à moyen terme vers l’Europe, désormais accessible depuis la sortie de Cebu Pacific de la liste noire européenne en avril 2014 : en début d’année, elle s’est portée candidate pour la reprise de 7 des 14 créneaux de vols entre Manille et Rome, détenus par Philippine Airlines (qui ne les utilise toujours pas, malgré des annonces de départ vers la capitale italienne et Milan). Des vols directs sont pour l’instant impossibles pour cause de rayon d’action insuffisant des A330-300, et le PDG Lance Gokongwei privilégie toujours les pays à forte diaspora comme le Moyen-Orient, l’Australie (où elle dessert Sydney) et les Etats-Unis.

Côté flotte justement, Cebu Pacific a revendu six Airbus A319 à Allegiant Air, basée à Las Vegas, leur livraison devant intervenir d’ici l’année prochaine. Une transaction « en ligne avec notre stratégie d’intégrer des avions plus gros, plus économe et au meilleur rayon d’action », explique le PDG qui cite les trente A321neo attendus en 2017 (plus dix options). La low cost opère à ce jour dix A319, 31 A320 et cinq A330-300, plus huit ATR 72-500 ; d’ici 2021, elle devrait avoir reçu huit A320 et trois A330 supplémentaires, plus donc les A321neo. Allegiant Air opère déjà dix monocouloirs Airbus ainsi que six Boeing 757-200 et 53 McDonnell-Douglas de la famille MD80 ; elle a expliqué que deux autres A320 lui seront livrés par Philippine Airlines d’ici la fin de l’année.

aj_cebu pacific a319

http://www.air-journal.fr/2015-03-02-cebu-pacific-annule-dammam-revend-des-airbus-a319-5138471.html

Commentaire(s)

  1. SZS
    Publié le 2 mars 2015

    C est quoi le problème avec Air France. A chaque fois qu un nouveau topic apparait c est la gueguerre. Pour ceux qui y travaillent tant mieux si ils y sont contents et peuvent s’épanouir en volant copi pendant plus de 10 ans et commençant sur 320. 6h du mat sur les taxis a CDG, ca bouchonne comme sur le perif. Sans parler que le niveau n est pas obligatoirement above average. Les conditions y sont évidemment excellentes et ils ont raison de se battre pour les garder. Pour ceux qui n ont jamais postulé chez AF ou qui n ont pas été retenus, je ne crois pas que ce soit un échec. En tous cas certainement pas sur le plan « pilote » vu l’orientation de la selection. Peut être au niveau T&C cela peut être une deception mais pour combien de temps encore (malheureusement). En attendant les opportunités de s’épanouir dans la profession restent encore possible. De moins en moins intéressantes mais reste possible. Donc au bout du compte, vous avez tous décidé d’exercer cette profession, et sur un point de vue pilotage, ce n est pas l’écusson qui fera de vous un aigle. Chacun est responsable de prendre en main sa formation, sa carrière meme après avoir été engagé par une compagnie. C’est sur que les infrastructures ne sont pas semblables et dépendent beaucoup des budgets consacrés, et alors? On ne regarde pas dans l’assiette du voisin. Et si certain ont l’ingratitude de vanter leurs conditions luxueuses c’est qu’ils n’ont pas été programmés avec le package « Respect ». Un comportement qu un pilote devrait toujours avoir, c’est d’être humble et ne pas se croire invincible. Au long d’une carrière la nature nous remet toujours au moins une fois à notre modeste place. Alors pour tous ceux qui se sentent « pilote » avant de se voir « employé » de telle ou telle boite, essayez de relever le niveau de cette profession ou de conserver les acquis qui ont été gagnés par les generations précédentes.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter