Crash de la Germanwings : l’AESA avait relevé des manquements chroniques aux règles de sécurité

@Sebastien-Mortier

@Sebastien-Mortier

Nouvelle révélation dans le crash de Germanwings. Elle émane cette fois de l’édition du samedi 4 avril du Wall Street Journal : l’Agence européenne de sécurité aérienne (AESA), avait relevé, plusieurs mois avant le crash de Germanwings le 24 mars dernier, des cas de « non-conformité » aux « règlements européens en matière de sécurité aérienne, en particulier dans le domaine du suivi médical ».

« Les officiels de l’Union européenne ont estimé que le régulateur allemand chargé de la sécurité aérienne souffrait de pénuries chroniques de personnel pouvant nuire à sa capacité de contrôle des appareils et des équipages, y compris au niveau médical », dévoile le journal américain. L’AESA qui même des inspections plusieurs fois par an, confirme via Dominique Fouda, son porte-parole, que l’Agence dans un communiqué samedi, a bien constaté « plusieurs cas de non-conformité dans l’application par l’Allemagne des règlements européens en matière de sécurité aérienne, en particulier dans le domaine du suivi médical. C’est sur les recommandations de l’AESA que la Commission européenne a engagé fin 2014 une procédure visant à demander des comptes à l’Allemagne. »

« Les réponses de l’Allemagne sont actuellement en cours d’évaluation, a répondu l’AESA. Cela fait partie d’un système continu de supervision : des éléments relevés sont suivis d’actions correctives, comme dans un processus d’audit. »

Séparément à ces ultimes révélations, l’autorité aérienne de l’aviation en Allemagne, la Luftfahrtbundesamt (LBA), a affirmé ne pas avoir eu connaissance des antécédents médicaux dépressifs du co-pilote Andreas Lubitz, qui a précipité l’avion contre le flanc d’une montagne des Alpes de Haute-Provence, faisant 150 morts. Rappelons que Lufthansa avait bien révélé il y a quelques jours avoir eu connaissance d’une dépression traversée par Andreas Lubitz alors qu’il se perfectionnait dans son centre formation en Arizona en 2009, soulevant plusieurs questions dont celle de savoir si les contrôles médicaux des membres d’équipage par les régulateurs et les compagnies aériennes étaient suffisamment rigoureux.

Andreas Lubitz

Concernant Andreas Lubitz, rappelons que les investigations sur l’ordinateur personnel du co-pilote suicidaire de la Germanwings, ont révélé qu’il avait effectué des recherches sur les manières de se suicider ainsi que sur les portes (blindées) à l’intérieur des cockpits et les consignes de sécurité qui lui sont liées. Le journal allemand Bild y ajoute dans son édition de dimanche 5 avril, de nouvelles informations. Le pseudo d’Andreas Lubitz pour se connecter à l’ordinateur était « skydevil » (démon du ciel). En outre, il avait récemment effectué des recherches sur Internet avec les mots clés suivants : « bipolarité », « maniaco-dépression » ainsi que sur « migraines », « troubles de la vision» et «traumatisme acoustique ». Bild avait révélé il y a quelques jours, qu’Andreas Lubitz aurait eu un accident de voiture fin 2014, ce qui l’aurait amené à consulter pour traumatisme et des problèmes de vision.

Deux vols déroutés en deux jours par Germanwings

Ces révélations interviennent alors que Germanwings vient de dérouter deux vols en deux jours pour raisons technique et médicale. Tout d’abord, un vol en Airbus A319 avec 123 passagers à bord et 5 membres d’équipage à bord, entre  Cologne et Venise, a été dérouté samedi 4 avril sur Stuttgart en raison d’une « perte d’huile », indique la compagnie allemande. « Il ne s’agissait pas d’un atterrissage d’urgence, les passagers ont quitté l’appareil normalement », souligne aussi la compagnie, dont les moindres incidents, sont désormais scrutés par les médias. La veille, c’était un vol Hanovre vers Rome qui a été dérouté vers Venise après les malaises d’un passager et d’un membre d’équipage.

http://www.air-journal.fr/2015-04-05-crash-de-la-germanwings-laesa-avait-releve-des-manquements-chroniques-aux-regles-de-securite-5142297.html

Commentaire(s)

  1. Vincent
    Publié le 5 avril 2015

    1. Il y a encore quelques jours, GERMANWINGS était considérée unanimement, avec sa maison mère LUFTHANSA, comme l’une des meilleurs compagnies qui soit. Désormais, elle serait l’un des plus mauvaises. Et d’où proviennent les informations ? Des USA !

    2. Bien sûr, chacun sait qu’un pilote à la recherche d’informations sur l’appareil qu’il pilote tous les jours va les chercher sur Internet ! Ben voyons ! Plus c’est gros, mieux ça passe ! Et le manuel d’exploitation de l’A320 avait été découpé dans le Journal de Mickey ?

    3. GERMANWINGS connaît chaque semaine des incidents comme … toutes les compagnies au monde. Où est le scoop ?

  2. chiefpilot
    Publié le 5 avril 2015

    Il faut peut être en finir avec le mythe de l’Allemagne , de sa rigueur , de son sérieux et de sa fiabilité etc etc…En finir aussi avec le mythe de l’allemand travailleur et du Français fainéant… Avec 14 grèves depuis début 2014 et 2 deja depuis le début de l’année 2015 , la Lufthansa fait pire que notre pays et Air France si souvent décriée et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres

    • Publié le 5 avril 2015

      Je suis d’accord avec vous. Je vais en Allemagne 4 a 5 fois par mois, dans des villes et chez des industriels differents et beaucoup,de ce qui est dit a propos de l’Allemagne releve du mythe. Oui, leur industrie est performante mais il y a aussi de gros problemes que nos media et nos politiques refusent de voir

  3. Publié le 5 avril 2015

    il est toujours facile de décrier quiconque et quoi que ce soit !! quand on veut tuer son chien on l’accuse de la rage!
    bref … il est vrai que depuis plusieurs années…. la rigueur aéronautique a largement « régressé » laissant place ainsi a des spéculations et théories aussi folles que ce qu’on lit.
    A mon avis il faut en prendre et en laisser.
    L’europe est bonne idée mais chacun continue d’appliquer ses propres standards !
    on pointe du doigt donc tout manquement !

  4. czl
    Publié le 5 avril 2015

    Et dire que cette Europe ne sait s’attaquer qu’aux compagnies des pays pauvres et lointains

    Il est temps de faire du ménage à l’intérieur de la maison Europe

    Le cas LH n’est peut être pas si isolé que ça

    Et Si les pays non européens menaceraient de blacklister certaines compagnies européennes

    • Vincent
      Publié le 6 avril 2015

      Il faut arrêter d’écrire n’importe quoi !

      Réfléchissez une minute, si ce n’est pas trop vous demander : prenez le nombre d’accident par PKT (passager kilomètre transporté) en Europe, comparez-le aux autres continents, et revenez discuter ensuite.

      • Publié le 7 avril 2015

        Vincent, c’est justement parce que nous ne voulons pas nous rapprocher des « autres continents » que nous réagissons. Le problème ne vient pas forcément des compagnies aériennes, mais de la politique libérale européenne qui impose des réductions de coût (donc de personnels). « Les officiels de l’Union européenne ont estimé que le régulateur allemand chargé de la sécurité aérienne souffrait de pénuries chroniques de personnel pouvant nuire à sa capacité de contrôle des appareils et des équipages, y compris au niveau médical ». Autrement dit : pouvant nuire à la sécurité !

  5. Vive le système allemand que nos politiques nous vendent depuis des annees!!!!
    J’en veux pas de leurs bretzels sociaux indigestes!!!!!! !!!!!! Il est temps que les syndicats d’Europe s’unissent!!!!!!!!!!!!!!!!!

  6. Publié le 7 avril 2015

    « Les officiels de l’Union européenne ont estimé que le régulateur allemand chargé de la sécurité aérienne souffrait de pénuries chroniques de personnel pouvant nuire à sa capacité de contrôle des appareils et des équipages, y compris au niveau médical ».
    L’Union européenne, en imposant une politique libérale (réduction des coûts = réduction de personnel, sous-investissement dans le matériel etc…) devrait se poser des questions plutôt que de demander des comptes.
    C’est comme si le pyromane demandait des comptes aux pompiers ! Quel culot !
    Réductions des coûts et sécurité ne font pas bon ménage.

  7. Publié le 9 avril 2015

    ou: comment on a un budget en equilibre en faisant des economies destructrices…

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter