Toulouse-Blagnac désormais relié au centre-ville par un tramway

air-journal_aéroport toulouse

Depuis le samedi 11 avril, la plateforme aéroportuaire de Toulouse-Blagnac est désormais reliée au centre-ville par le tramway grâce à l’aménagement d’un nouveau tronçon.

Après le taxi ou le bus, une troisième solution s’offre aujourd’hui aux passagers aériens avec ce nouveau moyen de transport collectif. Un tramway sur trois empruntera ce tronçon T2, qui se sépare du tronçon existant T1 à 2,4 km de l’aéroport. Ce qui signifie un tramway tous les quart d’heure dans chaque sens. Une fois à l’intérieur du tram, il faut compter 20 minutes avant d’obtenir une correspondance avec le métro toulousain et 32 minutes pour aller au terminus du centre-ville. De son côté, l’aéroport de Toulouse Blagnac s’est préparé à l’arrivée du tramway en inaugurant, trois jours avant son arrivée, la nouvelle entrée principale de l’aérogare, face au terminus de la ligne.

Avec ce sas d’entrée, l’aéroport simplifie l’accès au niveau Départs pour tous les passagers qui viendront prendre leur avion en empruntant le tramway : grâce à leur position centrale dans l’aérogare, des escalators et des ascenseurs permettront, en quelques secondes, de se rendre devant les comptoirs d’enregistrement du Hall C ou d’accéder rapidement aux postes de contrôle sûreté des Halls B et D.

D’autres services facilitent désormais le parcours des passagers : les services bagages des compagnies aériennes sont regroupés et intégrés à la zone des tapis bagages, dans le Hall D, pour plus de commodité. Quant aux loueurs de voitures présents dans le Hall C, ils disposent désormais d’agences individuelles et non plus de comptoirs, pour recevoir confortablement leurs clients.

Enfin, l’aéroport annonce « un chantier emblématique de la rénovation des Arrivées » qui va être lancé à cette même période : de grandes baies vitrées vont remplacer une partie de la façade actuelle de l’aérogare, pour laisser entrer la lumière naturelle à l’intérieur du Hall C. Rendez-vous fin juin pour découvrir la nouvelle ambiance des Arrivées de Toulouse-Blagnac.

http://www.air-journal.fr/2015-04-12-toulouse-blagnac-desormais-relie-au-centre-ville-par-un-tramway-5142606.html

Commentaire(s)

  1. En espérant que les conducteurs de tram ne rejoignent pas ceux des bus qui font grève depuis deux semaines…

    • Gueilledebonde
      Publié le 13 avril 2015

      A Bordeaux, il faut 55 minutes pour rejoindre le centre ville en autobus ! Les taxis ayant bloqué toute initiative de construction de tram ( à 45 euros la course en taxi, on les comprend). Et toujours pas de navette aéroport-centre-ville ou gare SNCF. Les touristes rient jaune.

  2. Enfin un progrès ! « mieux vaut tard que jamais ». Cela fait des années que les principaux aéroports Français devraient être reliés aux centre-villes ou aux réseaux ferroviaires régionaux comme cela se fait déjà depuis longtemps dans les autres pays européens.
    Les aéroports parisiens c’est prévu pour quand encore ? dans les années 2020 je crois …

  3. Publié le 12 avril 2015

    Un système automatique type Val (ou équivalent) eut été plus judicieux… pas de conducteur, pas de grève, une régularité sans faille, des fréquences plus « soutenues », une adaptabilité au trafic hors pair… bref le tramway sur le long-terme est un mauvais choix… peut-être moins couteux au départ, mais totalement inapproprié…

  4. Enfin! On désespérait de le voir!

  5. Max69
    Publié le 12 avril 2015

    Nous disposons, à Lyon, d’une desserte totalement dédiée par tram, au départ de la gare SNCF de Lyon-Part-Dieu, point stratégique des transports à Lyon, vers l’aéroport Saint-Exupéry .
    Société indépendante (Rhônexpress) , de celle qui assure les transports urbains, pas de grève depuis l’inauguration en 2011.
    C’est plus cher (1 aller-retour adulte = 25,70€) que le tram Lyonnais ou Toulousain, mais c’est plus confortable, sans escale jusqu’au centre, et en liaison directe, à la Gare de la Part-Dieu, avec le métro ligne B, et les lignes de tramway T1 et T3.
    Climatisation, sièges très confortables, larges espaces bagages, contrôleur dédié, panneaux d’affichage des vols, 8mn de marche (escalators + trottoirs roulants) entre le quai d’arrivée et les comptoirs d’enregistrement…
    J’ai même pu bénéficier, à l’été 2014, pour aller à Berlin, d’une offre très intéressante (valable seulement les 2 mois d’été !) : ce qui gêne parfois, quand on habite un peu loin, c’est d’aller prendre ce tram à Lyon-Part-Dieu (ou à l’un des 2 arrêts intermédiaires) : j’ai pu garer ma voiture à Lyon-Part-Dieu, dans le parking situé à quelques mètres du quai de départ, et payer un prix (69€ pour 2 allers-retours + 6 jours de parking) à peine plus cher que 2 aller-retours, moins cher que le parking à lui tout seul… ou que le parking de l’aéroport + le péage.
    Bien sûr, il y a toujours des esprits chagrins pour regretter l’ancien bus (45 à 55mn selon les conditions de circulation au lieu de 25 pour le tram), mais le bilan est sans appel : plus d’1 million de voyageurs l’ont emprunté en 2014, contre 200.000/300.000 environ auparavant par le bus.
    Bien sûr, d’autres esprits chagrins regretteront que cette ligne ne soit pas intégrée sur le plan tarifaire, au réseau des TCL Lyonnais (Keolis n’aurait jamais eu les moyens de financer cette ligne très particulière).
    Cette formule a forcément de bons et mauvais côtés (quelle solution est idéale ?). Les Marseillais prennent le bus, les Niçois aussi… et attendent tous un tram.

    • Nico28
      Publié le 13 avril 2015

      Vous devez travailler pour rhonexpress non ?
      Les gens ne regrettent pas l’ancienne navette bus mais son prix car le rhonexpress est de 27,40 euros l’a/r !
      La structure et les rails ont été entièrement financés par les pouvoirs publics. Le contrat prévoit une aide du département si jamais rhonexpress n’arrive pas à l’équilibre financier. Il y a une délégation de 30 ans dénoncée par la cour des comptes qui dans un rapport ne comprends pas cette durée devant la faiblesse de l’investissement privé ( qui en plus reçoit des subventions tous les mois ). Cette délégation s’accompagne d’un monopole inscrit dans le contrat ( également dénoncé par la cour des comptes )
      Enfin le bus transportait non pas 300 000 personnes mais plus de 600 000lors de sa suppression. Le million de voyageurs de rhonexpress s’explique par le fait que la plateforme a augmenté son traffic passager depuis la fin du bus et au fait que les employés de l’aéroport prennent ce tram ( et prenaient moins la navette ) car il y a un abonnement valable pour eux pris en charge par moitié par leur employeur ( contrairement au bus)
      Mais 1000000 de voyageurs ( qui inclue les travailleurs de la plateforme qui le prenne tous les jours ) alors qu’il y a 8000000 de passagers, on est loin d’une réussite !
      Bref, une belle pub pour rhonexpress mais trop belle pour être sincère …

  6. Anto95
    Publié le 12 avril 2015

    ça coute combien??? C’est toujours la lotterie le prix des transports… 10€ à CDG ou à Munich, à peine 3€ la dernière fois à Hambourg pour le même genre de train/temps..

  7. toulousain cette estimation de la durée semble tres positive. Je dirai 30min pour aller au metro… Puis Pour rappel la navette met en moyenne 20min pour arriver au centre ville. De plus la connexion metro se fait dans une station « peu sécuritaire « 

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum