Un Centre de Commandement des Opérations pour Lyon

air-journal_aeroport Lyon CCO-Chassignole

L’aéroport de Lyon-Saint Exupéry a officiellement ouvert son tout nouveau Centre de Commandement des Opérations (CCO), présenté comme une grande première pour un aéroport français

Le COO de l’aéroport lyonnais a été inauguré le 10 avril 2015, le gestionnaire expliquant dans un communiqué publié hier être « soucieux d’offrir une qualité de service et une ponctualité des vols tant à ses passagers qu’à ses partenaires ». Implanté depuis le 4 décembre 2014, le Centre de Commandement des Opérations de l’aéroport Lyon-Saint Exupéry « aspire à devenir une référence opérationnelle » dans un contexte de concurrence accrue et face à l’exigence croissante des passagers. Il représente « une vraie valeur ajoutée » selon Ludovic Gas, responsable du CCO d’Aéroports de Lyon : l’ensemble des activités opérationnelles de la plateforme a été regroupé dans un lieu unique de 600 m², optimisé pour un travail collaboratif et le partage d’informations.

Lyon-Saint Exupéry est le premier aéroport en France à se doter de cette plateforme, qui constitue déjà son cœur décisionnel. Ses objectifs principaux sont de relever le défi quotidien de la ponctualité des vols et de la qualité de service délivrée aux passagers et également d’améliorer l’expérience des voyageurs qui transitent par l’aéroport. La mise en place du CCO a nécessité la réorganisation complète du process opérationnel. « Une nouvelle équipe de supervision composée de 18 cadres opérationnels pilote désormais le CCO, renforçant d’autant la présence de nos collaborateurs dans nos terminaux ». Elle se compose de :

Responsables Terminaux : Interlocuteurs privilégiés des compagnies et partenaires, ils coordonnent l’ensemble des activités du terminal afin de garantir la performance opérationnelle (ponctualité des vols, qualité de service).

Responsables Accueil : Garants de l’ensemble des services délivrés aux passagers concernant les activités Accès, transports, Informations, Accueils, etc.

Responsables Exploitation : Ils pilotent et coordonnent l’ensemble des activités du CCO. Ce sont eux qui déclenchent le dispositif « gestion de crise » en cas de besoin.

Cette « étape structurante » incarne le changement profond des modes de fonctionnement pour aller vers une conduite plus collaborative des opérations sur Lyon-Saint Exupery avec un meilleur partage de l’information en temps réel. Les partenaires font partie intégrante du pilotage de la plateforme. Leur intégration « physique » au sein du CCO est prévue courant 2015. Prochainement, le CCO disposera de son propre système d’information d’aide au pilotage : il permettra de détecter et de suivre les évènements majeur de la plateforme ainsi que de superviser en temps réel nos indicateurs de performance et de perception passagers.

La « réelle volonté » de mettre en place cette organisation – et tous les moyens qui en découlent – a eu des répercussions bénéfiques pour l’aéroport Lyon-Saint Exupéry : après 4 mois d’activité, les collaborateurs et partenaires en sont déjà satisfaits, comme l’explique Ludovic Gas : « Nous avons déjà un retour positif de la part de tous les acteurs de l’aéroport ».

aj_aeroport_lyon2

http://www.air-journal.fr/2015-04-22-un-centre-de-commandement-des-operations-pour-lyon-5143112.html

Commentaire(s)

  1. Il y a déjà plusieurs centres chez ADP….

  2. CDG et ORY possèdent déjà leur CDM (collaborative decision making), créè sous l’impulsion de l’UE et activé en situation de crise. L’idée étant d’associer l’ensemble des partenaires aux décisions prises lors d’un évènement exceptionnel. Le CCO de LYS semble plus s’apparenter à un centre de coordination opérationnel, propre à veiller à une meilleure communication et faciliter la prise de décision opérationnelle. Une bonne chose pour tous les acteurs du terrain. Mais pourquoi l’avoir appelé CCO, à l’identique d’Air France à CDG ?

    • J'me marre
      Publié le 22 avril 2015

      Ben ,parceque ca a les mêmes buts : un QG de campagne reste un QG de campagne, quels que soient les partis politiques ou quelles que soient les armées…tout comme un chat reste un chat et pour cette raison est appelé  » chat »!!!!

    • Sauf que le CDM chez ADP ne concerne que la partie airside, ce qui est une aberration, la structure en UO en a fait des bastions, aucune coordination n’existe avec le landside. Nous sommes très loin d’un pilotage intégré type total airport management ou steering airport comme l’on peut le voir dans d’autres aéroports CDM en Europe…

  3. Vincent
    Publié le 23 avril 2015

    Tout ceci avec les grèves récurrentes des contrôleurs n’a aucun sens.

  4. Publié le 24 avril 2015

    Quels bilans en terme de réorganisation du pilotage opérationnel des aéroports ADP à été mis en place depuis la neige de 2010…. AUCUN ! ON CHANGE PAS DES ORGANISATIONS QUI PERDENT ! L

    • Publié le 24 avril 2015

      Ce que j’aime bien en France c’est qu’on aime bien tirer à boulets rouges … mais pour ce qui est d’ADP Roissy et Orly n’ont jamais autant accueilli de passagers alors que la France est dans une situation « morose ». Un truc doit m’échapper (je n’ai aucun intérêt chez ADP, étant de Province)

      • Vincent
        Publié le 24 avril 2015

        C’est très simple : la France est la 1ère destination touristique du monde.

        Cela ne veut nullement dire que les Français prennent plus l’avion.

        La crise est là, les clowns qui nous gouvernent aussi, le taux de chômage bat tous les records, les impôts nous étouffent, la part du secteur public est insupportable (57 % du PIB), les riches s’expatrient et les entreprises délocalisent. A part ça, tout va bien !

      • Publié le 24 avril 2015

        On parle pas d’attractivité, on parle d’efficacité de pilotage d’activité au profit de tous les stackholders…. Visiblement vous ne connaissez rien au management aéroportuaire…

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter