Trafic easyJet : +3,8% en avril

air-journal_easyJet_A320_250th

La compagnie aérienne low cost easyJet a vu son trafic augmenter de +3,8% le mois dernier par rapport à avril 2014, pour atteindre 6 millions de passagers.

Les statistiques publiées le 7 mai 2015 par a spécialiste britannique du vol pas cher montrent qu’elle a vendu 6.006.371 billets d’avions en avril, contre 5,787 millions pendant le même mois l’année précédente. Le coefficient d’occupation d’easyJet gagne un point en avril à 90,8%. En cumul sur les douze derniers mois, le total du trafic passager s’élève à 66,209 millions, en augmentation de +6,2% par rapport à la période précédente (le taux de remplissage atteint 91,0%, en hausse de 1,3 point).

EasyJet précise qu’elle a annulé 602 vols en avril 2015, contre 48 en avril 2014, une hausse explicable essentiellement pas la grève des contrôleurs aériens français.

http://www.air-journal.fr/2015-05-07-trafic-easyjet-38-en-avril-5143869.html

Commentaire(s)

  1. Pipoca
    Publié le 7 mai 2015

    Encore bravo aux low costs qui remplissent un contrat parfait: du point à point sans blabla à bon prix. Pendant que les autres airlines se la jouent acidulé, elles engrangent de sérieuses parts de marché aux détriment définitif de leurs consoeurs.

    • Publié le 7 mai 2015

      « Encore bravo aux low costs qui remplissent un contrat parfait: du point à point sans blabla à bon prix ». Pas faux … s’il y a une concurrence qui perdure. Quand AF était en grève les A/R Nice-Paris ou Toulouse-Paris à près de 1000 euros d’EasyJet difficile de les oublier. Pareil quand Ryanair était la seule low-cost à desservir Porto elle était certes moins cher qu’AIR PORTUGAL mais beaucoup plus cher que maintenant que Porto est desservie par EZY, TRANSAVIA et consorts. Il ne faut pas nier que les low-costs ont fait baisser les prix, mais si elles remplacent complètement les compagnies « traditionnelles » elles remonteront leurs prix comme l’a fait la grande distribution une fois qu’elle a pris une dimension « incontournable » face aux épiciers de quartiers.

      • J'me marre
        Publié le 7 mai 2015

        ..meme punition meme motif avec les compagnies du Golfe,tellement meilleur marche aujourd’hui que les majors européennes et meme asiatiques, à ce qu’on entend…quand elles auront sorti ces majors du marché Europe-Asie( deja MH et QANTAS ont été sorties, et Thaï est entrain de sortir), alors les prix remonteront en flèche…

        • Ainsi va le marché.
          Le défi des années à venir sera de consolider et maintenir leur position dominante face à des compagnies émergentes ou aux nouvelles compétitrices (des attaques des compagnies du Golfe intra Europe ??).

          Ryanair, Vueling, easyJet, Norwegian, Wizz et consor ont sonné le glas des compagnies traditionnelles qui n’ont pas su se restructurer à temps. Adieu CSA, Adieu Swissair, Adieu les futures qui survivent encore ou sont aux abois…

          Qu’on soit pour ou contre, c’est le marché.

  2. A contrario, Jme Marre, je ne considère pas les compagnies du Golfe comme étant moins chères que les compagnies européennes. Pour utiliser souvent EK sur le sud-est asiatique, je trouve très souvent moins cher ailleurs (LH par exemple…).
    Ce que j’apprécie chez EK, ce n’est pas le prix, mais l’accueil et le service !

  3. Pipoca
    Publié le 8 mai 2015

    @beber
    Les px varient selon l’offre et la demande, et personne ne se prive de plus pouvoir gagner sur une opération.
    @trolldetector
    Les messagers du pire ont rarement raison. Qu’une partie de la clientèle préfère perdre du temps au profit d’un service vendu comme meilleur, avec escales etc, soit. Et chacun sait, économiquement prouvé, que seule une partie de la clientèle transfère ses choix vers ces options. Raison pour laquelle, QR ou EY intègrent des alliances ou prennent des participations ds les cies comme AZ par ex, voyant les limites de l’expansion au travers du hub seul avec des tarifs ou services qui seraient plus attractifs.
    Imaginer qu’AF/LH/BA couleront à cause des GulfSisters, est, au mieux, naïf, et montre une totale méconnaissance des marchés. La faillite de Swissair/Sabena est ancienne et sans aucun lien avec les GS ou les low costs. L’amalgame est un à priori.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter