Ryanair: profit annuel en hausse de 66%

air-journal_Ryanair Tell_MOL

La compagnie aérienne low cost Ryanair a dévoilé mardi ses résultats annuels, qui voient entre autres son bénéfice net grimper de +66% à 867 millions d’euros.

Dans son communiqué du 26 mai 2015, la spécialiste irlandaise du vol pas cher précise que son chiffre d’affaires annuel a gagné +12% à 5,654 milliard d’euros, le bénéfice après impôts passant dans le même temps de 523 à 867 millions d’euros tandis que la marge nette passe de 10% à 15%. Le nombre de passagers transportés pendant l’année se terminant le 31 mars atteint 90,6 millions, contre 81,7 millions pendant la période précédente (+11%), et le coefficient d’occupation moyen grimpe de 83% à 88%. Les coûts unitaires hors carburant étaient stables l’année dernière, précise encore Ryanair, et ont reculé de 5% en tenant compte du fuel. Le CEO Michael O’Leary déclare être « ravi de fêter le 30e anniversaire de Ryanair avec cette augmentation de 66% des profits, qui démontre la force constante du modèle pris le plus bas/coût le plus bas, un modèle transformé par le succès du programme d’amélioration de l’expérience client Always Getting Better qui a amené des millions de nouveaux clients ».

La low cost note aussi que le lancement précoce des programmes de vol a entrainé une augmentation des réservations à l’avance, et qu’elle a été à l’origine l’année passée de la première commande du Boeing 737 MAX 200 (200 exemplaires commandés). Ryanair rappelle aussi qu’elle s’est développée dans les aéroports principaux des grandes villes, qu’elle a « ajouté des horaires pour voyageurs d’affaires » et qu’elle a prolongé des accords « de croissance low cost à long terme » avec les bases telles que Londres-Stansted et Dublin.

Le programme Always Getting Better est crédité pour avoir « transformé » l’expérience client, le service et la façon « dont nous écoutons les passagers et leur répondons ». Ryanair affirme avoir gagné des parts de marché et un trafic substantiels « dans tous les marchés », avec une position de premier ou second transporteur dans tous les pays sauf la France et l’Allemagne (« où nous sommes un numéro 3 en rapide croissance »).

Côté flotte, Ryanair a commandé 183 Boeing 737-800 livrables entre 2014 et 2018, et les 200 737 MAX 200 (dont la moitié en options) attendus entre 2019 et 2023 ; ce dernier modèle avec 8 sièges supplémentaires et des réacteurs plus économes de 18% « transformera nos coûts relatifs aux avions et nous permettra de baisser encore nos tarifs ».

Pour l’été 2015, Ryanair opèrera une flotte de 320 avions « suffisante pour répondre à la demande », avec six avions pris en leasing contre 7 en 2014 pour les pics de trafic. La moitié de la croissance de Ryanair viendra des aéroports principaux comme Bruxelles, Lisbonne, Rome, Athènes, Copenhague, Berlin, Cologne ou donc Dublin et Stansted.

Un passage est bien sûr réservé à Aer Lingus, dont Ryanair possède 29,8% du capital, et à l’ordre qui lui a été donné de s’en séparer – ordre présenté comme caduc maintenant que le groupe IAG a présenté une offre de rachat pour le transporteur national irlandais. La low cost « maintient sa position » sur cette offre, qui sera « examinée si et quand elle parvient au Conseil d’administration ».

http://www.air-journal.fr/2015-05-26-ryanair-profit-annuel-en-hausse-de-66-5144664.html

Commentaire(s)

  1. SapeurCamembert - 26 mai 2015 à 9 h 34 min
    SapeurCamembert
    Publié le 26 mai 2015

    Une politique qui déploie maintenant Ryanair dans les grands aéroports là où se trouve le vrai potentiel passagers, après avoir grandi grâce au financement public d’aérodromes locaux (que cette compagnie commence maintenant à abandonner). Pragmatisme cynique prometteur ? Non. Rien que le sens des affaires.

    • Aulongcourt
      Publié le 26 mai 2015

      Sur ce plan là,je suis tout à fait d’accord avec vous;les Affaires ne s’embarrassent pas de philosophie ou de morale..et c’est à ceux qui y trouvent à redire de peaufiner leurs arguments contre,(et il n’y a aucun mal à cela non plus)…et à les faire partager par les décideurs..Chacun joue ses cartes et que le plus persuasif gagne (je ne dis pas « le meilleur » intentionnellement car cela pourrait paraitre comme une approbation d’une des parties ce qui n’est pas l’objet de mon post!)

  2. Publié le 26 mai 2015

    Puisque MOL fait tant de bénéfices il serait temps qu’on arrête de lui payer des subventions déguisées…..

  3. Nico777
    Publié le 26 mai 2015

    Les gens se plaignent mais continues de voler avec cette M de compagnie…

    • Publié le 26 mai 2015

      Cette M de compagnie comme vous la nommez dessert des aéroports que les compagnies dites traditionnelles ne desservent plus ou n’ont carrément jamais desservi. Autour de ces aéroports il y a de la population satisfaite d’avoir des vols à proximité.
      Vous allez sans doute me rétorquez que Ryanair reçoit des « aides » pour desservir ces aéroports. Est-ce la faute de Ryanair si ses conditions sont acceptées par les élus locaux ? A Toulouse les conditions de Ryanair n’ont pas été acceptées par la CCI, la mairie, etc et Ryanair ne dessert pas Blagnac tout simplement (mais Carcassonne).
      Pour ce qui est des conditions de travail, le modèle Ryanair met en lumière les problèmes de la construction européenne actuelle (Europe de marché sans règles sociales communes).

  4. Publié le 26 mai 2015

    C’est sur que quand on pas d’employés ou très peu sur l’ensemble, principalement des auto-entrepreneurs (travail dissimulé puisqu’ils ne travaillent que pour Ryanair) qu’on méprise au plus haut point, et donc pas de charges! c’est plus facile de faire des bénéfices…
    Sans compter comme dit FCB les subventions déguisées!
    A votre avis, pourquoi aucune base en France, pourquoi après avoir tenté Marseille ils ont tout arrêté!
    Soumis au droit du travail Français, donc pas rentable! Pour le coup, il y aurait aussi peut être plus de pilotes français recrutés s’il y avait des bases en France.
    Mais la machine est bien en place, le rouleau compresseur n’en a pas fini! Et les conditions du personnel non plus…

  5. Bravo. En l’absence de « morale », la « philosophie » du tiroir caisse fonctionne à plein régime.
    Ryanair bénéficie d’aides telles qu’accordées par Bruxelles, et peu de cas ont fait l’objet de révision/remboursement.
    Modèle décrié mais efficace, et répondant à un nombre grandissant de pax

  6. Sam
    Publié le 26 mai 2015

    La ventardise de Ryanair… Bientôt, ce transporteur transportera des passagers comme si l’on coupait des poulets à la chaîne. Cette low cost aime faire des réformes d’élargissement (+383 avions d’ici 8 ans) mais comme tout modèle il y a des limites. L’intérieur de ses avions reste catastrophique, le service à bord déplorable et l’image de marque toujours « démodé » qui nécessite un nouvel habillage.

  7. Charles
    Publié le 26 mai 2015

    Non Gerald Ryanair est irlandaise 🙂 même si ce serait + prestigieux d’être américain ou israëlien, c’est vrai.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum