Etihad Airways à l’Europe : soyez audacieuse !

air-journal_Etihad Airways A380 vol2

Le soufflet sur les subventions ne retombant pas, la compagnie aérienne Etihad Airways a exhorté la Commission Européenne à adopter « des réformes audacieuses et passionnantes de calibre mondial » dans le cadre du Strategic Aviation Package pour la refonte de l’industrie du transport aérien européen, qui doit mettre « la concurrence et le client en premier ».

La compagnie nationale des Emirats Arabes Unis a préconisé lors d’une présentation à la Commission Européenne une politique « qui facilite activement la concurrence et le choix des consommateurs, s’attaque au déficit de l’infrastructure de l’aviation, et allège les restrictions sur l’accès au marché et les investissements des compagnies non-européennes ». Dans son communiqué du 15 juin 2016, Etihad Airways salue « l’occasion de contribuer à ce processus important, compte tenu de nos opérations importantes en Europe et de nos investissements dans un certain nombre de transporteurs européens. Nous pensons que cela nous donne une perspective unique sur l’environnement réglementaire actuel en Europe, ainsi qu’une idée de ce qui doit changer pour assurer une industrie dynamique et compétitive à l’avenir ». Et elle explique avoir proposé neuf principes de progrès :

  1. Mettre la concurrence et les consommateurs au centre de la politique de développement ;
  2. Penser globalement, pas localement;
  3. S’assurez que la connectivité est au cœur de la politique de l’aviation et des transports de l’UE ;
  4. Soutenir l’innovation dans les business model, et ne pas les contraindre artificiellement ;
  5. Promouvoir la transparence, l’efficacité et la sécurité juridique afin d’attirer les investissements étrangers;
  6. Adopter une approche holistique de la sécurité;
  7. Lutter contre les obstacles réglementaires et l’inefficacité de l’infrastructure, et intégrer pleinement les pratiques d’amélioration de la réglementation;
  8. Encourager les réformes structurelles dans l’industrie du transport aérien, et;
  9. Promouvoir le ciel ouvert.

Selon Etihad Airways, le Strategic Aviation Package proposé par la Commission européenne représente une « fenêtre d’opportunité significative pour renforcer le secteur européen du transport aérien comme un catalyseur économique et social, et un facteur clé de la croissance, grâce à des initiatives audacieuse, excitantes et de calibre mondial qui améliorent l’efficacité de l’industrie et augmentent la connectivité globale des vols ». La compagnie aérienne soutient son dossier avec l’expertise et les recherches de trois consultants mondiaux, Oxford Economics (« ses activités soutiendront en 2015 plus de 51,200 emplois européens et contribueront de 3,3 milliards d’euros au PIB de l’UE »), Edgeworth Economics (analyse « qui a montré une croissance significative des vols et de la demande entre l’Europe et les régions clés desservies par Etihad Airways, ainsi que l’impact de la concurrence et de la connectivité des investissements d’Etihad Airways et de ses partenariats de partage de code ») et The Risk Advisory Group (analyse « de l’aide gouvernementale reçue par les compagnies nationales européennes avant et après leur privatisation ; alors qu’Etihad Airways ne conteste pas le système européen, elle cherche à démontrer que ce système a créé un terrain de jeu déformé pour les nouveaux entrants »).

air-journal_Etihad Airways 787-9 new lookCommentant l’analyse de l’aviation européenne, le PDG d’Etihad Airways James Hogan a déclaré : « l’aviation en 2015 est globale, et non locale. En adoptant une approche stratégique et holistique des règles de l’aviation, la Commission européenne peut apporter un changement significatif, pas seulement pour l’Europe, mais aussi pour le bénéfice des voyageurs aériens et de l’industrie du transport aérien dans le monde entier, tout comme les viennent de le faire avec la politique visionnaire de Ciel Ouvert ». Il rappelle qu’Etihad Airways a investi dans cinq compagnies aériennes européennes – Alitalia (49 %), Air Berlin (29 %), Air Serbia (49 %), Aer Lingus (4,99 %) et l’opérateur régional suisse Darwin Airline, qui opère sous la marque Etihad Regional (33 %). En plus de renforcer ces compagnies aériennes et de fournir plus de choix pour les voyageurs de, vers et au sein de l’Europe, les investissements d’Etihad Airways ont soutenu plus de 17.000 emplois en Europe au sein des compagnies aériennes partenaires, et soutenu les économies européennes grâce à l’augmentation des vols, l’amélioration de la connectivité, les dépenses locales et les investissements. Le dirigeant ajoute : « La Commission européenne a déclaré qu’elle veut relancer l’Europe en tant que puissance économique, et en tant que plaque tournante pour les emplois, la croissance et l’investissement. Le transport aérien est essentiel dans un tel programme prometteur ainsi que pour le commerce international ».

Etihad Airways reconnaît l’énorme croissance réalisée par la libéralisation des opérations aériennes intra-européennes, et demande instamment à la Commission européenne d’être désormais « le catalyseur de réformes globales du transport aérien en allégeant les restrictions sur l’accès aérien des compagnies non-européennes aux Etats membres, ainsi que sur les investissements mondiaux dans les compagnies domiciliées sein de l’UE ». Cette libéralisation « permettrait de s’aligner avec l’engagement de la Commission à adopter des politiques qui créent l’investissement, l’emploi et la confiance économique, tout en donnant accès à de nouvelles sources de capital par l’investissement international ». Le package stratégique de l’aviation ouvre la voie à un nouveau cycle de changement, pas seulement pour l’aviation au sein de l’Europe, mais pour l’aviation européenne sur le marché mondial. La Commission européenne a donc selon Etihad Airways « une occasion rare et importante de mettre à l’ordre du jour des réformes audacieuses, passionnantes et de renommée mondiale, qui augmentent la concurrence, les avantages pour les consommateurs et stimulent la croissance économique ».

http://www.air-journal.fr/2015-06-17-etihad-airways-a-leurope-soyez-audacieuse-5145758.html

Commentaire(s)

  1. Robert
    Publié le 17 juin 2015

    Quel amalgame! Quelle soupe !
    Les pontes ayant phosphoré sur ces assertions ont simplement zappé l’histoire du continent auquel ils prétendent aujourd’hui donner des leçons, qd ce continent a forgé son histoire et son développement sur la découverte hors les murs et les croyances. Dc, la concurrence on connaît un peu et personne n’a attendu/n’attend EY en la matière. Dommage que certains roitelets ne s’investissent pas plus dsl’irrigation ou la lutte contre la désertification, ou l’éducation des femmes, mais c’est moins flashy.

    • DIPRI
      Publié le 17 juin 2015

      Les Emirats Arabes Unis et Abu Dhabi en particulier ont le système d’irrigation le plus vaste du monde où le désert n’a jamais été aussi vert. Les femmes y reçoivent une éducation à rendre jalouses de nombreuses nations européennes.
      Oui l’Europe a une histoire remarquable autant que les grecs ont inventé la démocratie mais vendent des Kebab aujourd’hui. On ne peut pas se venter de son histoire quand le présent et le futur sont menacés et pas uniquement dans le domaine aéronautique.

      • Pépère
        Publié le 17 juin 2015

        Je me range à l’avis de Père Denis et déplore que vs limitiez l’irrigation aux terrains de golf d’AbuDhabi qd le pb est mondial, et prétendiez l’ouverture en matière aéronautique comme une fin. Assez naïf,ma foi.. Deux poids deux mesures. Le flashy au détriment du long terme.
        Sur quoi fondez vs votre propre avenir si ce n’est sur votre histoire?! Sur le jardin du voisin? Où l’herbe vs parait plus verte? Brillant développement, bonne chance!

        • DIPRI
          Publié le 17 juin 2015

          L’histoire de votre faillite est de votre perte vous êtes en train de l’écrire. Sortez vos yeux du rétroviseur vous ne voyez pas le mur en face!! Merci et bonne chance à vous.

  2. Pere Denis
    Publié le 17 juin 2015

    Ben oui:  » une politique qui allège les restrictions sur l’accès au marché »…
    Curieusement, ETIHAD ne parle pas d’un  » accès équilibré au marché »…Remarquez, cela se comprend: Il n’y a quasi aucun marché de/vers le Golfe……Donc Etihad sait pertinemment que dans une optique d’équilibre, son pays n’y a rien à offrir en échange…..

    Car on rappellera que les droits aériens ne relèvent pas de l’OMC ou autre organisation internationale,mais sont de la compétence des Etats, et doivent se négocier de manière réciproque en la matière….

  3. Publié le 17 juin 2015

    Excellente nouvelle Qatar Airways arrivera à Lyon Saint- Exupery d’après les infos de Lyon Mag d’après les dires de son président

  4. Publié le 17 juin 2015

    Discussion intéressante entre Mr. De Juniac, PDG AFKL, et Mr. Antinori, VP Exécutif Emirates; pendant le Paris Air Forum.

    https://youtu.be/AO216WYFS-Y?list=PLZnPhUzdrcePCeit2NeXySOWvzRS4NXNY

    Ces messieurs sont d’accord pour dire que les Emirats et le Qatar considèrent l’aviation civile comme un secteur stratégique de l’arsenal économique et que ces gouvernements ont mis en place une politique favorable au développement.
    Mr. De Juniac a raison de demander à l’Etat Français d’assouplir les règles et réduire les charges qui pèsent sur AFKL. AF vient de recevoir 2 prix Skytrax qui viennent confirmer les efforts effectués par l’ensemble du groupe. Mais les efforts ne doivent pas venir que du groupe. Le gouvernement doit également ajouter sa pierre a l’édifice; non pas en bloquant l’arrivée des EK, EY et QR en France mais plutôt en encourageant AFKL à se développer.

    @Père Denis; il y a un marché de/vers le Golfe. DXB vise 20 millions de touristes par an à l’horizon 2020. on est très loin des chiffres de la France ou de l’Italie mais ceux sont des chiffres honorables pour une ville « artificielle au milieu du désert ». L’exposition universelle de 2020 se tiendra d’ailleurs à Dubai et Emirates va faire le plein de passagers. Quant a dire que les Emirats non rien a offrir, Mr. De Juniac lui même admet avoir besoin d’Etihad principalement pour accéder au marché Indien (1 milliards de consommateurs) et à certains point de l’Asie (KUL…)

    • Pere Denis
      Publié le 17 juin 2015

      Ah ça vous avez raison: 20 millions de touristes, ce sont 20 millions d’étrangers qui vont à DXB…et autant de clients que les compagnies du quartier souhaitent transporter elles mêmes le plus possible en allant les chercher dans les marchés des autres…Mais en retour qu’ont « les autres » à retirer du marché aérien local????: RIEN ou quasiment…Quant à l’expo universelle,on en reparlera…Dans le passé,ces trucs n’ont au mieux et partout générer que du

      Car c’est bien cela un « développement équilibré »: Vous venez piocher dans notre propre marché intérieur et nous en échange,nous allons piocher dans votre marché intérieur…Encore faut il qu’il y ait un marché intérieur dans chaque camp……ce qui n’est pas le cas ici!!!

      • Pere Denis
        Publié le 17 juin 2015

        ..sur l’Expo: ..que du traffic local et de voisinage,sans guère de gros flux…qui plus est, il ne s’agit que d’une manifestation temporaire…

  5. Sam
    Publié le 17 juin 2015

    Les compagnies du golfe disent offrir de meilleurs services aux clients, mais quels sont les clients visés? Les clients d’affaires surtout. Si Emirates, Ethiad et Qatar Airways s’intéressent aux lignes régionales autre que CDG / AMS / LON c’est parce qu’ils veulent aspirer le monde des affaires.

    Le touriste lui est mis de côté. Pour cet été par exemple, il n’y a qu’à voir le prix du billet d’avion CDG/DBX sur Emirates (830€) et AF (530€). Certes, le produit n’est pas le même mais le touriste voudra vouloir voyager moins chère et dans de bonnes conditions. Les low cost n’existeraient pas en Europe sinon.

    Pour en revenir à la décision de la commission européenne, ces règles ne permettent pas aux compagnies aériennes européennes de se développer sur le long terme. Si l’UE accorde plus de souplesse aux compagnies du Golfe, les Etats européens doivent accorder plus de souplesse à leur compagnie nationale. L’arrivée des compagnies du golfe sur le sol européen ne peut provoquer que désastres et ruines pour les compagnies européennes. Ce désastre se manifeste déjà par la suppression de lignes long-courrier voire d’une diminution de la fréquence (CF : AF – CDG/Tokyo). Bientôt, lorsque les compagnies du golfe entreront définitivement en Europe, faudra-t-il obligatoirement passer par DBX pour aller en Inde et en Asie-Pacifique ?

    Les gouvernements des Etats européens doivent soutenir leur compagnie nationale afin qu’ils puissent se développer et arriver à la hauteur des Cies du Golfe. L’open Sky est une bonne idée mais il doit se faire équitablement. On ne peut pas laisser des compagnies qui achètent des avions en masse face à des compagnies dont la croissance peine à reprendre. C’est une concurrence déloyale…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum