Subventions du Golfe : la scission se confirme aux Etats-Unis

air-journal_Hawaiian_Airlines_A330-200

Quatre compagnies aériennes américaines, dont Hawaiian Airlines et la low cost JetBlue Airways, ont annoncé avoir formé une coalition pour défendre la politique de ciel ouvert des Etats-Unis. Elles entendent surtout contrer les efforts d’American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines qui exigent des mesures contre les transporteurs du Golfe, accusés de toucher des subventions contraires aux règles de la concurrence.

Baptisée « U.S. Airlines for Open Skies », la coalition dévoilée le 3 août 2015 par Hawaiian et JetBlue inclut aussi les deux géants du fret, FedEx et Atlas Air Worldwide. Elle justifie sa demande de statu quo dans le ciel américain par une étude de Brookings Institution, selon laquelle les passagers américains économiseraient 4 milliards de dollars par an grâce à cet accord de ciel ouvert, qui permet en particulier à Emirates Airlines, Etihad Airways et Qatar Airways de lancer librement de nouvelles liaisons vers les Etats-Unis – un principe auquel veut mettre fin le « Partnership for Open and Fair Skies », mis en place par les trois grandes compagnies américaines. La nouvelle coalition souligne que 10% du trafic international actuel vers et depuis les Etats-Unis est une conséquence directe de ce ciel ouvert, et que sans lui des aéroports tels que Detroit, Las Vegas, Memphis où Minneapolis ne disposeraient probablement d’aucune ligne directe vers ou depuis l’étranger. Hawaiian ne pourrait pas voler vers Seoul ou Auckland, et JetBlue vers la Colombie ou la Jamaïque.

Les Big 3 (American, Delta, United) « ne parlent pas au nom de toutes les compagnies du pays », souligne le CEO de Hawaiian Airlines Mark Dunkerley dans une lettre ouverte au Département d’Etat et à celui des Transports, tandis que son homologue chez FedEx David Bronczek estime que leurs actions « provoqueraient des mesures de rétorsion ». La concurrence globale « fait partie des choses de la vie » et l’accord Open Skies a « ouvert d’immenses opportunités pour les compagnies américaines, bénéficiant aux passagers et à l’économie », déclare de son côté le PDG de JetBlue Robin Hayes ; quant au dirigeant d’Atlas Air Worldwide William Flynn, il utilise l’argument de la sécurité nationale : le ciel ouvert « a permis aux transporteurs de fret américain de développer des réseaux globaux, de faciliter le transport rapide de matériel militaires vers les terrains d’opération comme l’Afghanistan ou le Golfe », et toute restriction « aurait des conséquences négatives à long-terme » sur la capacité des Etats-Unis à se mobiliser.

La coalition « U.S. Airlines for Open Skies » affirme employer environ 350 000 personnes, contre 270 000 pour le groupement rival. Et elle cite une étude d’InterVISTAS concluant que la libéralisation du ciel a entrainé une augmentation de 16% du trafic aérien, de quoi soutenir 9 millions d’emplois directs ou indirects. Les 140 000 touristes et visiteurs étrangers transportés l’année dernière vers les Etats-Unis par Emirates, Etihad et Qatar Airways auraient dépensé près d’un milliard de dollars, et généré deux fois plus d’argent dans l’économie.

American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines accusent les trois compagnies du Golfe d’avoir accumulé 42 milliards de dollars de subventions en dix ans, et sont soutenues par Air France-KLM et Lufthansa – mais pas par le groupe IAG de British Airways et Iberia ou par Alitalia par exemple. En face, les trois grandes du Golfe ont répliqué en démontrant que les Big 3 et leurs consœurs avaient perçu 71,48 milliards de dollars en « avantages » depuis le début du millénaire.

http://www.air-journal.fr/2015-08-05-subventions-du-golfe-la-scission-se-confirme-aux-etats-unis-5148124.html

Commentaire(s)

  1. Les Sociétés US qui prônent « l’honnêteté » dans un business concurentiel..
    Ahahahahahah ahahahahahah!!!
    Eux, plein de morale et qui n’ont pas hésités une seconde à raser un pays (l’Iraq) sous le fallacieux prétexte de possession « d’Armes de destructions massives » afin de payer le plein de leur 4X4 V8 un Dollars de moins…

  2. A ce sujet, lire ce très bon article http://travelguys.fr/2015/07/28/comment-american-united-et-delta-desinforment-sur-les-compagnies-du-golfe/ qui remet bien les pendules a l’heure sur les compagnies américaines.

    Les requêtes de soit disant concurrence fausse de la part des AA, Delta et United laissent vraiment pantois, cf extrait de l’article que j’avais deja evoque dans un precedent commentaire mais qui parfaitement resume ici => « c’est ce qui permet de faire, sans aucun doute, le plus de profits, les compagnies américaines ont utilisé à loisir le Chapter Eleven, qui permet de déclarer Banqueroute, d’effacer ainsi ses dettes, la validité des contrats de travail, et de recommencer à zéro. C’est le reset de la console, ou le Joker Connerie. Un peu facile, et la ficelle s’est notamment vu avec American Airlines récemment : Elle se déclare en Banqueroute le 29 novembre 2011, annoncait sa fusion avec US Airways en 2012 et faisait les plus hauts bénéfices de son histoire en 2014. Pathétique »

  3. autant il est vrai que les gulf
    sisters touchent cet argent, par contre les compagnies US oublient de mentionner le « chapter 11 » (si je me souviens bien) où le gouvernement empêche les liquidations et renfloue comme un bon pays socialiste…. chercher l’erreur…. Quand à la CEE les
    lois interdisent tout aides d’état….

  4. Sam
    Publié le 5 août 2015

    Les trois compagnies américaines sont de bonnes compagnies sans doute. Toutefois, il est tout à fait logique d’affirmer que sans l’Open Skies prôné par les Etats-Unis, ces géants du transport aérien ne pourraient pas se développer et générer des bénéfices. Ils ont su tirer des avantages de l’Open Skies afin de se hisser sur le marché du transport de passager. Les compagnies du Golfe, avec ou sans subventions, sont en droit de conquérir le marché américain afin de proposer aux passagers le meilleur des services. Au nom du libéralisme et de l’Open Skies, l’opposition du « Big 3 » démontre leur mauvaise foi à l’égard des valeurs instaurés par eux-même à savoir la liberté d’entreprise, de circulation et d’un marché libéralisé.

  5. Publié le 5 août 2015

    Le libéralisme Américain ou l’arroseur arrosé. Je ne suis pas un supporter des cies du Golfe mais les Américains nous font bien rire parfois avec leur libéralisme à sens unique.

  6. Publié le 5 août 2015

    Jetblue qui s’entend plutôt très bien avec les trois sœurettes du Golfe, Atlas de même se rempli les poches plutôt bien en partenariat avec Etihad et FedEx qui n’attend qu’une ouverture du ciel le plus rapidement possible, c’est la bonne liste. Je serai curieux de connaitre l’avis d’Alaska (qui bosse avec Emirates aux passage), Frontier et Virgin là-dessus.

  7. Publié le 5 août 2015

    Et Southwest dans tout ça…?
    Par ailleurs, imaginons que certains pays européens pas nécessairement membres de l’Union accordent des dessertes en 5 ème liberté aux Gulf Sisters au dessus de la « flaque »… Un partage de code entre Easyjet, JetBlue et une Gulf Sister qui a des A380 à remplir… Ce serait passionnant…
    Cette 5 ème liberté existe déja entre Milan et New York pour Emirates…

  8. Trebor
    Publié le 17 août 2015

    Vous oubliez tous que le Peuple américain a été choisi par djeu lui-même pour gouverner le monde, là !

    Ine gOuod Oui trOuâst !

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter