Les pilotes de la low cost WestJet votent en majorité contre le projet de se syndiquer

air-journal_WestJet-737-800-new

Organisé par l’Association des pilotes professionnels de la low cost canadienne WestJet (Westjet Professional Pilots Association), le vote des pilotes révèle que 55 % d’entre eux refusent de se fédérer au sein d’un syndicat.

Après deux semaines de vote, 684 voix se sont prononcés contre l’idée de se regrouper au sein d’un syndicat sur un total 1 247 pilotes. Le collectif qu’est l’Association des pilotes professionnels de WestJet, qui a organisé le scrutin ne peut que constater que la majorité d’entre eux refusent de se constituer au sein d’un syndicat. Or,  il estimait qu’il était temps de s’y regrouper alors que la low cost poursuit son développement et sa recherche des bénéfices pouvait nuire à la qualité des services. « Bien que naturellement déçu » de ce résultat , l’Association espère tout de même sur sa page Facebook que  « les discussions ouvertes qui ont eu lieu dans le cadre de ce processus ouvriront la voie à un dialogue constructif entre nos pilotes et la direction WestJet. »

« Nous sommes satisfaits de voir que la majorité de nos pilotes ayant voté ont voté contre la représentation par un syndicat »,  se félicite Gregg Saretsky,  chef de la direction de WestJet. « Notre modèle de coopération et de représentation des employés par l’entremise de l’Association des pilotes de WestJet a permis un succès continu de nos pilotes et de notre entreprise. Malgré ce dénouement positif, il y a un travail qui doit continuer à être accompli pour mieux comprendre certains des enjeux touchant notre groupe de pilotes, et nous pouvons désormais concentrer nos efforts vers cet objectif ».

WestJet possède aujourd’hui une flotte de 139 avions (115 Boeing 737, 22 Bombardier Q400 et 2 B757-200), mais attend 92 avions en commande dont 25 737 MAX 7, 40 737 MAX 8 et 23 Bombardier Dash 8 Q400 NextGen.

http://www.air-journal.fr/2015-08-09-les-pilotes-de-la-low-cost-westjet-votent-en-majorite-contre-le-projet-se-se-syndiquer-5148301.html

Commentaire(s)

  1. un plus de 3000 h de vol - 9 août 2015 à 11 h 27 min
    un plus de 3000 h de vol
    Publié le 9 août 2015

    Cela devrait donner des idées à des pilotes dans d’autres pays …..mais il ne faut pas rêver …..C’est tout le problème !

  2. Aulongcours
    Publié le 9 août 2015

    Pour tous ceux qui seraient surpris de ce type de procédure;il est bon de connaitre les pratiques légales aux USA comme au Canada:
    Chez nous,l’adhésion a un syndicat est une affaire personnelle:au sein d’une entreprise, chacun peut se syndiquer ou pas…
    Aux USA/Canada, le concept est différent: C’est l’entreprise (par corps de métier)elle même qui est syndiquée ou pas…et pour décider si elle se syndique ou pas,cela se fait par un vote des employés par corps de métier (que la direction ne peut pas refuser) Si ce vote est majoritairement « oui » alors c’est TOUTE le corps de métier concerné dans l’entreprise qui est syndiqué d’office et tous les employés de ce corps de métier (même ceux qui ont voté « non ») se voient inscrits au syndicat et en paye les cotisations:il n’y a pas de choix personnel
    Si le vote est « non », alors c’est personne qui ne peut s’inscrire au syndicat…même ceux qui ont voté « oui »:il n’y a pas plus de choix personnel..
    Deux choses encore: Je dis AU syndicat ( au singulier) car dans chaque corps de métier il n’y a qu’ un seul syndicat,donc quand le vote est « oui » c’est celui-là et pas un autre (qui n’existe pas et ne peut pas exister légalement). Par ailleurs les votes se faisant par corps de métier,on peut avoir des résultats de vote différents selon les métiers…Par exemple les pilotes votent « non » ( et aucun pilote ne sera syndiqué) quand les PNC votent « oui » et tous les PNC seront syndiqués dans le syndicat des PNC…mais aussi par exemple,les techniciens (mécanique/maintenance) pourraient voter « oui » quand les commerciaux (personnels en aéroport, en agence..)voteraient « non »…ainsi une même entreprise peut avoir en son sein des corps syndiqués et d’autres qui ne le sont pas…..Ainsi va la vie…

    • Aulongcours
      Publié le 9 août 2015

      …et de la même manière,par vote des personnels concernés, des corps de métiers entiers qui sont syndiqués peuvent se « dé-syndiquer »…

  3. Publié le 9 août 2015

    Alexandre Juniac doit têver secrétement que la même chose arrive dans le groupe qu’il dirige !

    • Ce n’est pas l’existence de syndicats qui est un problème, ce sont les rapports -conflictuels ou non- entre syndicat et direction qui peuvent poser problème.
      Et le gros problème de notre pays, par rapport au Canada (ou Allemagne par exemple), c’est le dogmatisme dans lequel se sont enferrées les deux parties depuis des décennies.

      • Tamim Al Khaleyli ( MedMan ) - 9 août 2015 à 16 h 36 min
        Tamim Al Khaleyli ( MedMan )
        Publié le 9 août 2015

        Non Non Non, ce sont bien les syndicats qui posent problème. Les salariés n’ont pas à donner l’approbation pour quelque plan stratégique que ce soit.

        Un salarié est payé, on fait ce qu’on lui ordonne !

        • Ben voyons!
          Publié le 9 août 2015

          Conception moyen-ageuse des rapports sociaux dans l’entreprise,portée par un personnage à la mentalité moyen-ageuse exerçant ses activités dans une société moyen-ageuse….Rien a redire: la boucle est bouclée…

        • GUYARD
          Publié le 10 août 2015

          Un esclave aussi fait ce qu’on lui ordonne ! Et, cerise sur le gâteau, il n’est pas payé.

    • Publié le 9 août 2015

      C’est surtout une pensée moyen-ageuse de pensée que chaques employés sait qu’elle est la bonne stratégie de l’entreprise. Les pilotes n’expliques pas aux mécaniciens comment faire leur job alors pourquoi le ferai t’il à la direcion? chacun ses compétences…

  4. Arrêter de tout rapporter a AF !

    @TAMIM AL KHALEYLI que quoi je me mêle Rester a votre place.
    Si vous n’êtes pas content la porte et grande ouverte.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum