Transavia recrute pour sa future base de Munich

air-journal_Transavia nouvelle image©Studio Dumbar

La compagnie aérienne low cost Transavia cherche des commandants de bord pour sa future base à l’aéroport de Munich, la première hors des Pays-Bas et de France.

La filiale spécialisée dans le vol pas cher du groupe Air France-KLM est à la recherche de commandants de bords expérimentés sur Boeing 737-700 ou 737-800, selon une offre d’emploi déposée sur le site de CAE Parc Aviation. Le site précise que ces postes permanents sont destinés à une « future base à Munich » de Transavia, et précise les exigences aux candidats – dont au moins 3500 heures de vol sur monocouloir Boeing, y compris 1000 heures en tant que commandant de bord sur 737NG – un emploi qui doit être actuellement tenu par les candidats. Les entretiens se tiendront en décembre, précise CAE Parc Aviation, pour un travail devant débuter « début 2016 ». La société se présente comme le leader mondial de contrats intérimaires de navigants, avec plus de 1300 personnes en détachement chez 150 clients sur 20 types d’avions et dans 40 pays.

Transavia aux Pays-Bas avait commencé à discuter avec le syndicat de pilotes VNV dès le début septembre au sujet de la future base de Munich, censée accueillir quatre ou cinq 737NG. Selon La Tribune, les pilotes hollandais recrutés sur la base du volontariat auraient un contrat de travail Transavia Holland « avec un coefficient tenant compte du niveau de vie » ; ce qui ne changerait pas grand-chose dans le cas de l’Allemagne, mais aurait d’autres conséquences dans des pays au niveau de vie nettement moins élevé (comme par exemple le Portugal, Porto et Lisbonne ayant été nommées comme une possibilité dans le projet mort-né de Transavia Europe). La nouvelle base de Munich ne proposerait bien sûr aucun vol vers les Pays-Bas ou vers la France.

Rappelons que ce projet de base en Bavière correspond à l’annonce faite en juillet par Alexandre de Juniac, PDG d’Air France-KLM : il évoquait alors la reprise de négociations sociales sur le développement de la low cost Transavia hors de ses bases française et hollandaise. Les Pays-Bas ont sans surprise pris de l’avance, quand dans l’hexagone le syndicat de pilotes SNPL (dont la longue grève en 2014 faisait justement suite au projet de Transavia Europe) est en conflit ouvert avec la direction d’Air France. Mais Emmanuel Mistrali, porte-parole du SNPL Air France, expliquait aussi dans La Tribune que si le sujet est « sensible », des discussions informelles avaient bien lieu sur la création de bases hors de France entre la direction de Transavia et ses pilotes.

Air France-KLM est toujours en train d’étudier une nouvelle structure de l’actionnariat de Transavia, qui pourrait devenir une filiale directe du groupe au lieu d’être aujourd’hui aux mains de KLM (Transavia France étant elle-même une filiale de Transavia Pays-Bas à 60% et d’Air France à 40%). La compagnie nationale néerlandaise pourrait cependant choisir de conserver une partie de l’actionnariat de Transavia, même si elle reconnait que le développement de la low cost est « un des piliers de la stratégie du plan Perform 2020 » mis en place par le groupe.

 

http://www.air-journal.fr/2015-11-24-transavia-recrute-pour-sa-future-base-de-munich-5154001.html

Commentaire(s)

  1. Très bonne nouvelle pour le developpment de Transavia, la machine est en marche et espérons que les clampins du SNPL ou autres ne vont pas encore une fois faire des combat d’arriere garde et bloquer cela.

    La solution d’un contrat de travail hollandais avec un coefficient d’ajustement par rapport au cout de la vie local est la mesure la plus logique et equilibre qui soit afin de garder la compétitivité de la compagnie.

    • Justin Fair

      La solution d’un contrat de travail hollandais avec un coefficient d’ajustement par rapport au cout de la vie local …
      Et n’oubliez pas: « La nouvelle base de Munich ne proposerait bien sûr aucun vol vers les Pays-Bas ou vers la France. »
      Bien loin de ce que proposait Juniac avec Transavia-Europe

      • « La nouvelle base de Munich ne proposerait… », c’est au conditionnel, donc rien n’est moins sur. De plus Munich est deja desservi par Transavia France (Orly) et par Transavia Hollande (Amsterdam). C’est bien sur un point de départ, et vu l’obscurantisme de certains syndicat, le Direction avance pas a pas mais la direction est la bonne et a long terme, le réseau Transavia sera équivalent a d’autres acteurs importants du low cost.

        • Justin Fair

          C’est au conditionnel…oui,dans l’article! Je ne pense pas que VNV l’ait compris comme ça… Cela dit, je leur fais confiance pour négocier un éventuel accord gagnant-gagnant ; ils ont déjà obtenu, et c’est l’essentiel, que ce soient des PN sous contrat de travail hollandais qui effectuent les lignes …Et pourtant, il s’agit de Munich, pas de Porto ou Bucarest…

  2. Airbid

    Au lieu d’aller disputer des parts de marché aux Allemands, ils feraient mieux de se battre sur la marché intérieur… pour autant que Transavia ait un avenir en France …..à moins que la stratégie soit de desservir les villes Françaises à partir des bases étrangères? Avec ce groupe on peut s’attendre à tout .

    • Justin Fair

      « .à moins que la stratégie soit de desservir les villes Françaises à partir des bases étrangères. »
      C’était (c’est?) le projet de Juniac, avec des PN sous contrats locaux… Portugais pour commencer.

    • Le marche intérieur en France est principalement pour Hop et développer Transavia dessus ferait de la concurrence inutile.

      • Sam

        Tout à fait d’accord. Il faut avoir une grille d’analyse cohérente d’une cartographie des compagnies aériennes associées au groupe AF-KLM.

        1/ Hop!AF opère au niveau régional (sur le territoire français et les aéroports européens proche : Rome Bâle etc…)

        2/ Transavia (France, Pays-Bas et Munich) devrait se concentrer sur les destinations européennes loisirs en ouvrant des bases partout en Europe

        3/ Les majors Air France et KLM assurent toujours les vols moyens et long courrier en renforçant les liaisons et en séduisant une clientèle d’affaire mais aussi de loisirs.

      • Airbid

        Marche intérieur n’est pas le bon terme effectivement. Je voulais dire que Transavia pourrait faire ce que font EasyJet ,Volotea, Vueling et autres Ryanair, c’est à dire s’intéresser aux villes Françaises autrement que symboliquement. Mais peut être que bas côut ne saurait être Français.

  3. C’est moi ou j’ai raté un épisode et les mecs lancent ça en mode « surprise »!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum