Brussels Airport : trafic record en 2015, baisse des prix en 2016

air-journal Brussels_airport aeroport

L’aéroport de Bruxelles Zaventem (Brussels Airport) a franchi le cap des 23 millions de passagers depuis le début de l’année 2015, a-t-elle annoncé dans un communiqué du 23 décembre 2015, un record absolu pour la plateforme belge. Elle annonce en outre une baisse de ses tarifs de 5,2 % en 2016.

Un jour avant le réveillon de Noël, Brussels Airport a accueilli son 23 millionième passager cette année. Impossible de déterminer exactement l’heureux 23 millionième passager mercredi dernier, mais des pralines belges ont été distribués à tous les passagers pour fêter l’événement.

L’aéroport bruxellois avait peu avant annoncé les tarifs pour l’utilisation de l’aéroport pour la période du 1er avril 2016 au 31 mars 2021, en concertation avec les compagnies aériennes et le Service de régulation de l’aéroport. Ces tarifs baissent en moyenne de 5,2% en 2016, pour atteindre un tarif de 26,38 euros pour les passagers au départ pour une destination locale et jusqu’à 16,76 euros pour les passagers en transit. À partir de 2017, les tarifs augmenteront chaque année de 1,7% en plus de l’inflation dans le cadre du plan d’investissement de Brussels Airport.

« Les tarifs aéroportuaires à Brussels Airport peuvent baisser grâce à la forte augmentation du nombre de passagers sur notre aéroport en 2014 et 2015 ainsi qu’à une attention permanente accordée à la maîtrise des coûts. Fort de cette baisse de tarifs, Brussels Airport renforce sa compétitivité. Par rapport aux grands aéroports voisins des Pays-Bas, de France ou d’Allemagne, notre aéroport reste nettement plus avantageux pour les compagnies aériennes et donc pour les passagers. Il offre aux compagnies l’opportunité de poursuivre leur croissance à Brussels Airport et de créer des emplois en Belgique », précise Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport Company.

Le tarif est déterminé par quatre facteurs : un tarif fixe pour les passagers par vol et un tarif variable par vol lié au poids de l’avion, à un facteur environnemental et à l’heure de départ ou d’atterrissage.

Dans le cadre de son engagement pour l’environnement et de l’utilisation efficace de l’aéroport, Brussels Airport Company instaure progressivement un rééquilibrage entre ces tarifs. Cela se traduit par un glissement annuel entre taxes passagers et redevance pour atterrissages et décollages. De quoi encourager les compagnies aériennes à viser un taux d’occupation supérieur. Au travers des tarifs aéroportuaires, Brussels Airport Company fournit en outre des incitants financiers supplémentaires aux compagnies aériennes qui recourent à des appareils peu bruyants ou ne volent que de jour. Les avions les plus bruyants paieront jusque 2,8 fois plus que les appareils les moins bruyants pour l’atterrissage et le décollage. Les vols de jour sont également 3 fois plus avantageux que les vols de nuit.

Brussels Airport Company investira jusqu’en 2020 plus de 550 millions d’euros dans l’infrastructure pour offrir aux passagers et aux partenaires aéroportuaires un environnement encore plus agréable et moderne, et adapter la capacité et la qualité de l’aéroport à leurs besoins croissants. Afin d’y parvenir, les tarifs augmenteront chaque année de 1,7% en plus de l’inflation.

http://www.air-journal.fr/2015-12-27-brussels-airport-trafic-record-en-2015-baisse-des-prix-en-2016-5155703.html

Commentaire(s)

  1. Belle perf !
    En attendant votre compagnie nationale Air France ne se pose toujours pas à cette aéroport. Signe d’un rejet de Bruxelles et de l’Europe ?

    • Hé, l'Americain.... - 27 décembre 2015 à 11 h 38 min
      Hé, l'Americain....

      Il se trouve que Paris-Bruxelles fut l’une des toutes premières lignes régulières de ce qui allait un jour devenir AF…
      Il se trouve que cette ligne à ete exploitée sans discontinuer pendant des décennies…
      Il se trouve qu’une ligne de TGV a ete construite entre Paris et Bruxelles et fonctionne très bien.
      Il se trouve que cette ligne met Paris- ville a moins de 2 heures de Bruxelles avec de nombreuses fréquences….
      Il se trouve qu’il y a aussi une ligne TGV entre BruxellesVille et CDG aeroport…
      Il se trouve que l’avion n’est plus compétitif sur cette ligne qui a donc été fermée….

      Aucun rejet fantasme de l’Europe dans cette affaire……

    • Signe que le train est peut être plus concurrentiel que l’avion pour cette ligne ?

    • Pourquoi (et quel que soit le sujet d’origine) tout ramener a Air France.

      Vous pourriez rejeter la faute au SNPL si un raton laveur se faisait écraser sur une piste en Australie.

      A un moment, il faut arrêter de raconter de la merde !

      • PIE

        Pierre, les ratons laveurs n’habitent pas en Australie. Les métaphores c’est bien, encore faut-il les utiliser correctement! Faire une recherche sur la répartition géographique des ratons laveurs à l’heure d’Internet me paraît accessible à tous.
        A bon entendeur!!

    • Ils vous aura pas échappé que Bruxelles se trouve pile au milieu des deux hubs d’AF KLM donc AF KLM a opté pour une solution que je trouve très intelligente pour la desserte locale c’est la dessert de Bruxelles par le thalys qui relie le centre de Bruxelles à l’aéroport d’Amsterdam presque toutes les heures
      Sinon Hop dessert l’aéroport de Bruxelles depuis au moins Nantes Bordeaux et Lyon

    • A moins de prendre un vol en correspondance, je ne vois pas trop l’intérêt de prendre l’avion, où le temps d’attente à l’aéroport sans le vol, est supérieur au temps de trajet en Thalys.

    • Air France est déjà présente à Bruxelles mais à Bruxelles-Midi où ils ont un comptoir pour remettre les cartes d’embarquement et où ils enregistrent les bagages du lieu de départ jusqu’au lieu d’arrivée. Le trajet en TGV n’est pas spécialement long et ce n’est pas moins pratique que de prendre l’avion. KLM par contre n’est pas présente à Bruxelles même si elle propose des billets train+avion au départ d’Anvers et de Bruxelles-Midi et également des vols Zaventem-Schiphol.

  2. Michant

    Il reste à voir si cette baisse des tarifs sera répercutée sur le prix des billets de Brussels Airlines, par exemple. On peut en douter ! Brussels Airlines ne répercute que les hausses, jamais les baisses. C’est la même chose pour le prix du baril de fuel … quand il baisse, on fait mine de rien; quand il augmente, on applique immédiatement des surcharges.

  3. L'autre type

    Je voudrais ajouter que Paris est relié à Bruxelles avec Brussels Airlines en A320 pour le transit vers l’Afrique et Amsterdam relie Bruxelles en E175 pour le transit également…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum