Aéroport de Nice : le cap des 12 millions de passagers franchi

air-journal_aeroport Nice

L’aéroport de Nice-Côte d’Azur a pour la première fois de son histoire franchi le cap des 12 millions de passagers l’année dernière, un trafic en hausse de +3,1% par rapport à 2014.

Le 31 décembre 2015 a « clôturé l’année en beauté avec le franchissement du cap des

12 millions de passagers », écrit l’aéroport azuréen dans son communiqué, précisant que le total pour l’année passée est de 12.017.000 voyageurs. Nice-Côte d’Azur enregistre donc la cinquième année consécutive de croissance ; et « signe fort », c’est l’international avec +4,1% de progression qui consacre « cette nouvelle étape phare dans le développement du second aéroport de France ». L’aéroport a enregistré 7,66 millions de passagers sur ses lignes internationales, contre 4,358 millions sur les routes intérieures (+1,2%).

Autre fait marquant, le Groupe Aéroports de la Côte d’Azur a prévu de réaliser des investissements records en 2016 (>75 M€) consacrés à la refonte de ses deux terminaux, proposant « un parcours passager toujours plus haut-de-gamme assorti d’une qualité de service améliorée », sur ses trois plateformes de Nice, Cannes et Saint-Tropez. Parallèlement, le Groupe a proposé une baisse de ses redevances aéronautiques d’hiver pour l’aviation commerciale régulière (atterrissage, passage et stationnement des avions) de -2,5% à compter de novembre 2016. Ces redevances seront par la suite, au minimum, gelées pendant 9 ans, confirmant l’engagement du Groupe sur le chemin de la compétitivité.

L’aéroport Nice-Côte d’Azur « joue plus que jamais son rôle déterminant de fer de lance économique au service du territoire écrin dont il est le miroir », souligne son gestionnaire : « en ce qui concerne l’aviation commerciale, notre mission est de convaincre les compagnies aériennes de développer les liaisons directes, de point à point, vers notre Territoire, afin d’en décupler les retombées économiques. L’annonce du programme Eté 2016, dans le courant du mois, le confirmera », commente Dominique Thillaud, Président du Directoire du Groupe Aéroports de la Côte d’Azur. Rappelons que l’état va privatiser la gestion de l’aéroport en 2016, vendant sa part de 60% dans le capital d’ADA ; une opération qui pourrait rapporter entre 1,5 et 1,8 milliards d’euros, et attire de très nombreux prétendants français ou étrangers.

L’aéroport niçois rappelle qu’il est le deuxième aéroport de France après Paris avec 12 millions de passagers en 2015, 100 destinations directes et 55 compagnies régulières desservant 34 pays. En dehors de Paris, il est aussi le seul aéroport français à proposer une ligne quotidienne sur New York et Dubaï. Le Groupe Aéroports de la Côte d’Azur se positionne au 2ème rang en Europe en matière d’aviation d’affaires.

http://www.air-journal.fr/2016-01-06-aeroport-de-nice-le-cap-des-12-millions-de-passagers-franchi-5156126.html

Commentaire(s)

  1. LSO
    Publié le 6 janvier 2016

    ce qui fait de NCE le 3eme aéroport Français après ORY ET CDG ?

  2. Belle réussite qui prouve une fois de plus que le tout Paris a ses limites.
    AF pourrait prendre exemple sur LH qui exploite avec succès 2 hubs, Francfort & Munich qui sont distants de moins de 400km.
    Pour un voyageur habitant en région Paca, faire une escale à Paris ou à Dubaï, Istanbul, Londres, Rome, Amsterdam etc… cela ne fait pas beaucoup de différence.
    De plus vu le nombre de navigants AF qui habitent en région Paca, AF ne devrait pas avoir de problème pour baser des équipages LC à Nice ou Marseille.

    • L’Allemagne est beaucoup moins centralisée que la France … ce qui justifie la nécessité de 2 hubs en Allemagne pour Lufthansa. Si les vols long courriers pouvaient être si rentables en région française plusieurs compagnies proposeraient des vols vers l’Amérique du Nord (accords de ciel ouvert entre l’Amérique du Nord et l’Europe donc pas besoin d’accords de la France pour opérer des vols entre ces 2 continents). D’autre part les tentatives de vols entre Lyon et les USA ont pour le moment été des échecs et la liaison entre Nice et NYC est maintenue à 1 fréquence quotidienne en B757 car la demande ne justifie pas +.

  3. Koalactus
    Publié le 6 janvier 2016

    Nice ou Marseille ne sont pas viables en tant que bases car pour la première, en dehors de la saison estivale c’est complètement mort (et pas de trafic business -hors tourisme) et pour la 2e il n’y a presque pas de trafic affaires que ce soit en saison estivale ou pas.
    La seule base qui tiendrait hors Paris c’est Lyon, mais ca ne serait pas viable pour AF

    • fred06
      Publié le 6 janvier 2016

      Amusant d’ignorance: rien qu’à Cannes chaque mois de septembre à juin un grand congrès mondial de plus de 50 000 participants sans compter les plus modestes en permanence (de 5000 à 20000!). Citons le TaxFree, MipTV, Mipim, Midem….sans oublier le Festival avec plus de journalistes que pour les JO.
      Mais de temps en temps il y en a un qui se barre (je l’ai constaté en résident au Novotel World Trade Center à Dubaï)…..à Dubaï qui jn’est qu’à 7h de l’Asie….Nice à mini 16h et très enclavé, pas encore de second vol quotidien d’EK et on attend toujours le retour de Qatar.
      Une industrie en péril!

  4. British Airways a son hun principal à heathrow et un secondaire à Gatwick, deux aéroports londoniens. Donc le centralisme n’est pas une spécificité française. Tant mieux pour Nice et sin aéroport qui ne subit pas la concurrence du TGV contrairement à d’autres villes de province. Et que dire de Lille qui est entre Gatwick, brussels, Paris voire Amsterdam.

    • Dans ce cas on peut dire qu’AF a une base à CDG et une autre à ORY …
      Par ailleurs les créneaux à Heathrow pour les obtenir c’est pire qu’à ORY … ce qui justifie en partie la base secondaire de BA à Gatwick

  5. Publié le 6 janvier 2016

    Depuis quand Paris est-il un aéroport ? 😉

    Plus sérieusement, à l’heure actuelle, aucune liaison long courrier au départ de la province n’est économiquement viable ; les liaisons d’EK sur NCE et LYS ne servant qu’à alimenter le hub de DXB. AF le sait très bien et n’est pas fou, inutile de rêver à une stratégie multi-Hubs. NCE comme LYS sont des aéroports de point à point, point final. Certains pourront regretter cette hyper centralisation française (mais regardez l’Angleterre, le Japon ou la Russie !), mais c’est comme ça.

    • Votre conviction est forte, donc je la respecte.
      Attention cependant à ce que le futur proche ne vienne pas vous donner un tout petit peu tort.
      A Nice, EK & TK pompent déjà tous les jours + de 500 clients potentiels AF vers leur hub respectif puis vers leurs destinations multiples en Asie.
      Cette année Qatar va ouvrir à Nice & Lyon et va encore augmenter ce phénomène d’aspiration.
      A force de ne rien faire pour endiguer ce phénomène, j’ai peur que dans quelques années on entende les pleureuses d’AF gémir sur les méfaits de la concurrence LC dans les aéroports de province.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum