Un drone frôle un Airbus A380 à l’atterrissage

air-journal_drone@FAA

Le PDG d’Airbus Fabrice Brégier a demandé une législation sur l’utilisation des drones civils, indispensable surtout près des aéroports. Un Airbus A380 de la compagnie aérienne Lufthansa est passé à une soixantaine de mètres d’un de ses engins alors qu’il se préparait à atterrir à Los Angeles.

« Il faut légiférer, c’est indispensable notamment dans les endroits à basse altitude, c’est-à-dire proche des aéroports » : interrogé sur France Inter, le patron d’Airbus réagissait à l’incident ayant impliqué un A320 de la compagnie aérienne Air France à Paris-CDG le 19 février 2016. Il rappelle toutefois que même en cas de choix avec le drone, « on aurait pu éviter un drame », une position adoptée par les associations françaises d’usagers de drones. La DGAC estime le nombre de drones de moins de deux kilos à entre 150 .000 et 200.000 en France ; leur utilisation est évidemment interdite près des aéroports. En décembre dernier, elle avait publié un arrêté relatif à leurs « conditions d’insertion dans l’espace aérien ».

Un nouvel incident s’est d’ailleurs produit le 18 mars 2016 à une vingtaine de kilomètres de l’aéroport de Los Angeles : selon les déclarations du commandant de bord de l’A380 de Lufthansa à la FAA, le drone est passé à une soixantaine de mètre du superjumbo, qui se trouvait alors à environ 1520 mètres d’altitude (5000 pieds). L’A380 a continué sa route sans manœuvre particulière, et s’est posé sans problème. On notera que la FAA a lancé en janvier un programme d’enregistrement de drones civils, obligatoire pour tous les appareils de plus de 250 grammes et moins de 25 kilos ; ils sont interdits d’utilisation à moins de 8 kilomètres des pistes et à plus de 400 mètres d’altitude.

Plus de 200 cas similaires ont été enregistrés par les autorisés de l’aviation civile dans le monde depuis six ans – jusque là sans conséquence grave

http://www.air-journal.fr/2016-03-21-un-drone-frole-un-airbus-a380-a-latterrissage-5159925.html

Commentaire(s)

  1. Vincent
    Publié le 21 mars 2016

    Le plus étrange reste que, lorsque les drones ont commencé a envahir les jardins et espaces verts, personne n’ait songé au danger qu’ils représentaient.

    Autoriser leur vente au grand public est simplement irresponsable ! ! !

  2. Tout a fait d’accord avec Vincent sur ce point. C’est totalement irresponsable et suicidaire d’avoir autorise la vente libre de ce type d’engin. Si les autorités ne bougent pas RAPIDEMENT, il est clair qu’un accident arrivera un des ces jours. Les gens sont stupides et irresponsables, ils s’amusent avec ces engins proche d’aéroport, sous prétexte de faire une video YouTube et en mettant la vie de centaines de personnes en danger. On va me répondre que les interdireest contre le progrès ou autre stupidité du meme genre et je répond par avance que je n’en ai rien a battre !!! La vie des passager n’a pas de prix et les drones doivent être interdits au grand public ou alors limite a une hauteur de 20 metres maximum. Pas de compromis sur la sécurité !!!!

  3. Publié le 21 mars 2016

    +1

    Mais quand il y a de l’argent en jeux, l’irresponsabilité a une toute autre définition..

    • Ben si, il y en a... - 21 mars 2016 à 10 h 26 min
      Ben si, il y en a...
      Publié le 21 mars 2016

      …au moins pour les compagnies d’assurance..et des millions même!!! Ca devrait les motiver pour faire du lobbying pro-règlementation-interdiction intense…

  4. En même temps, je serais plus inquiet pour la vie du drone que celle des passagers dans le cas present avec un 380. Ce dernier aurait pulvérisé le drone en question sans réelles conséquences pour la sécurité des passagers.

  5. Publié le 21 mars 2016

    Interdire complètement l’utilisation des drones sera quasiment sans effet maintenant. On peut trouver des pièces et fabriquer soit même assez facilement, donc les personnes qui font voler leur machines aujourd’hui avec les interdictions déjà existantes, continueront toujours à la faire, malheureusement. Brailler qu’on en a rien a battre de l’avis des autres (progrès, inutilité de l’interdiction) n’y changera rien.
    Après, que faire, car il est certain que cela pose un problème de sécurité, ça ce n’est pas simple. Peut être faut-il pensez à équiper les avions de ligne de moyen de protection nouveau ou de norme permettant, par exmple de garantier qu’un réacteur pourrait ingérer un drone tout en conservant un minimum de puissance ?

    • Je répondrais simplement que quand on veut on peut… les solutions ne manquent pas quitte a mettre en place des systemes de brouillage autour des aéroport et des détecteurs de drones avec système automatique de capture (système existant), etc…. Ne rien faire serait la pire des solution et générera un jour un hangar bien triste rempli de body bags….. Est cela que vous souhaitez ?????

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum