Malaysia Airlines : fortes turbulences, une quarantaine de blessés (photos)

air-journal_malaysia airlines A380 flight

Une quarantaine de passagers et membres d’équipage ont été légèrement blessés à bord d’un Airbus A380 de la Malaysia Airlines qui a été pris hier dans de fortes turbulences entre Londres et Kuala Lumpur.

Transportant 378 passagers et membres d’équipage, le gros porteur a rencontré de violentes turbulences au-dessus du golfe du Bengale avant son arrivée à Kuala Lumpur (Malaisie). Malgré le signal d’attacher les ceintures, 34 passagers et 6 membres d’équipage ont été légèrement blessés. Ils ont été évacués par des équipes médicales à l’atterrissage.

C’était donc  la grosse frayeur à bord. Les photos postées plus tard sur les réseaux sociaux par les passagers montrent la violence et les dégâts causés par les turbulences.

air-journal malaysia a380 turbulences 2

air-journal malaysia a380 turbulences 4

air-journal malaysia a380 turbulences 1

air-journal malaysia a380 turbulences 5

 

http://www.air-journal.fr/2016-06-06-malaysia-airlines-fortes-turbulences-une-trentaine-de-passagers-legerement-blesses-photos-5164121.html

Commentaire(s)

  1. Publié le 6 juin 2016

    Bigre, c’était violent !
    Et pas de chance, en plein repas…

    La question que je me pose, en tant que non spécialiste qui s’assume, est la suivante: n’y a-t-il pas moyen, avec la technologie dont on dispose aujourd’hui, de détecter, et donc d’éviter, ces zones de fortes turbulences ?

    S’agit-il d’une impossibilité technique ?
    D’une question de coût des équipements ?
    D’une pression économique qui dissuaderait les pilotes de contourner ces zones ?

    Encore une fois, pas de polémique, seulement des questions.

  2. Dakota
    Publié le 6 juin 2016

    D’après les photos, c’était du sérieux dans le genre « turbulences »… En général, ça secoue surtout dans la zone de convergence intertropicale, mais dans l’autre sens (contre le mouvement de la terre).

  3. Publié le 6 juin 2016

    Bon point positive dans tout sa l’A380 était remplie à un peu près 75%
    En sachant qu’en 2015 des A380 de cette compagnie effectuait encore des Paris-Kuala Lumpur avec seulement 70 passagers…

  4. Pat
    Publié le 6 juin 2016

    Plus de peur que de mal. Encore heureux parce que s’il y avait eu un crash ça aurait fait mal à Malaysian

  5. Publié le 6 juin 2016

    Ce fameux jet stream pour bouger un 380 ca du être une zone à éviter…

  6. Publié le 6 juin 2016

    Et encore paraît que le 380 « amorti » bien les turbulences….

  7. Il s’est produit la même chose dans la même région dans un A380 de Singapore Airlines en juin 2013 (vol Singapore-Londres)

  8. garjp
    Publié le 7 juin 2016

    Tant comme passager que autrement, tant en voiture qu’en avion : je la boucle.

  9. Publié le 7 juin 2016

    Les zones de turbulences sont liées à plusieurs phénomènes. Certaines zones sont connues pour être actives quand elles sont liées à des zones orageuses ou des endroits particulièrement connus pour être actifs à travers le monde (zone de convergence intertropicale, passage du FIT, pot au noir dans l’atlantique central…). Les cartes météo les présentent de manière assez fiable. D’autres sont « prédites » par des calculs théoriques des services de la météo (courant jet ou rencontre de masses d’air différentes) mais la précision n’est pas très bonne ni très fiable. D »autres enfin sont reportées par les avions précédents quand il y en a. Tous les pilotes qui rencontrent des turbulences marquées en font part au contrôle aérien pour reporter aux autres avions.
    Malheureusement on rencontre parfois des zones de turbulences en ciel clair (CAT), donc invisibles, qui ne sont pas prévues ni reportées. Raison pour laquelle l’équipage demande à ce que les ceintures soient attachées quand on n’a pas à se déplacer dans l’avion.
    Les pilotes n’aiment pas plus que les passagers ces zones de turbulences fortes. Au stade de la préparation du vol, ils envisagent un niveau de vol différent pour les éviter si elles sont prévues au niveau initial de leur vol. Ensuite ils les contournent ou changent de niveau de vol chaque fois qu’ils en sont avertis afin d’avoir un maximum de confort et de sécurité.
    Dans le cas de cet A380, les consignes étaient de mettre sa ceinture, l’équipage avait sans doute conscience que ça allait bouger mais sans doute pas à ce point… La zone dans laquelle c’est arrivé est connue pour être assez remuante.

  10. Publié le 7 juin 2016

    Pour répondre à Shogun, il y a des études pour detecter les zones de turbulence, avec des systèmes Lidar, mais il y a plusieurs problèmes. Le premier c’est que la turbulence d’air calme CAT est quasiment indétectable. Ensuite les Lidar n’ont pas une très grande portée. Le plus fiable restant l’avertissement de l’avion précédent.

  11. Publié le 7 juin 2016

    Merci à CAIPI et à MAV31 pour leurs éclaircissements.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum