Crash évité de peu : 400 000 euros pour un pilote de China Eastern

air-journal-incident-shangha11-oct-2016

Un pilote de China Eastern Airlines a su garder son sang-froid et éviter un crash qui semblait certain… s’il n’avait accéléré pour décoller à temps. Seuls 19 mètres séparaient alors les deux avions. Son employeur l’a gratifié de 400 000 euros pour cette manoeuvre héroïque.

Le 11 octobre dernier et selon les médias chinois, le pilote, nommé He Chao, était aux commandes d’un Airbus A320-200, se préparant à décoller de la piste 36L de l’aéroport international de Shanghai Hongqiao. Alors que les pilotes étaient en train d’accélérer sur la piste, un deuxième avion China Eastern Airlines – un Airbus A330-300 arrivant de Pékin – est entré sur son chemin. He Chao a choisi de continuer à accélérer et a effectué un décollage abrupt, évitant une collision de seulement 19 mètres, selon People’s Daily Online. Les rapports indiquent qu’il y avait un total de 413 passagers et 26 membres d’équipage à bord des deux avions. De même, l’Airbus A320 avait atteint 240 km/h quand l’autre avion a croisé son chemin sur la piste.

Cet acte héroïque a valu 3 millions de yuans (près de 400 000 euros) de récompense au pilote selon les médias chinois plus 600 000 yuans (80 000 euros) au co-pilote. D’un autre côté et suite à l’enquête, les autorité chinoises ont révoqué la licence de deux contrôleurs de la circulation aérienne responsables de l’incident, et ont réprimandé 13 responsables du contrôle de la circulation aérienne du Bureau de contrôle aérien de l’Est de la Chine.

https://www.youtube.com/watch?v=ScZbi3tvAkU

Ou cliquer ici.


air-journal-air-journal-incident-shanghai11-oct-2016_flightradar24

 

Le pilote He Chao a été officiellement remercié.

air-journal-air-journal-incident-shangha11-oct-2016_he-chao air-journal-he-chao

http://www.air-journal.fr/2016-11-06-crash-evite-de-peu-400-000-euros-pour-un-pilote-de-china-eastern-airlines-5172195.html

Commentaire(s)

  1. Pet

    Et le prochain, combien aura-t-il ?
    La roulette russe de la sécurité vient d’être lancée !
    Et les 4 PNT, ils lisaient le journal ?

  2. A330-200

    19 mètres ce n est rien…
    Quelle énorme erreur des contrôleurs,de nos jours et par beau temps avec la technologie des radar de piste cela ne devrait pas pouvoir être possible.

    D un autre côté les pilotes de l A330 auraient du vérifier qu’il n’y avait aucun mouvement sur la piste avant de la traverser.

  3. TIM

    Je pensais qu’en cas de risque de collision on devait décélérer le plus fortement possible pour immobiliser son avion avant l’impact. Le 20 Juin 2011 c’est ce qu’avait fait un pilote de Lufthansa pour éviter que son a340-600 ne heurte un 777-300er d’EgyptAir qui s’était engagé sur la même piste.
    Le 27 Mars 1977 un pilote de KLM avait tenté de décoller pour éviter la collision entre le 747-200 qu’il manoeuvrait et un 747-100 de la Panam, il en avait résulté 583 morts.

    • Je pense que cela dépend aussi de la situation, d’après les animations même en décélérant l’A320 serait sûrement venu tamponner l’A330…

    • Justin Fair

      « Je pensais qu’en cas de risque de collision on devait décélérer le plus fortement possible  »
      Tout dépend de la distance entre les deux avions et la vitesse atteinte par l’avion au décollage quand l’autre à pénétré sur la piste ( en bout de piste,mais à savoir quelle était la limitation de l’avion au décollage.). Le CDB a pris la décision et les commandes,en pensant que l’arrêt-décollage n’était plus possible. C’était la bonne puisqu’il n’y a pas eu d’accident, après les experts pourront toujours ergoter.( l’enquête n’est pas close, à priori.)
      Pour l’accident de Ténérife ( le plus meurtrier à ce jour), il y avait du brouillard et les pilotes ne se sont vus qu’en toutes dernières secondes si je me souviens bien…Plus rien à faire…

    • Chaque problème à sa solution.
      Ici a 240 km/h le freinage aurait envoyé les 2 coucous a une collision certaine.
      Peut être avait-il passé V1
      KLM ils n’avaient aucune visi, c’est pas comparable

    • Dans L’accident de Ténérife il était pratiquement impossible de stopper le 747 de son décollage car il y avait un brouillard monstre il ont aperçu l’autre 747 quelques secondes avant l’impact il était donc obliger de « décoller » ce n’est donc pas la même chose qu’en 2011 ou les pilotes avait bien vu le 777-300er au loin.

  4. Trololo

    Ciao Chao !

  5. Liz

    Tout dépend à quel moment est pris la décision de l’arrêt décollage . Si vous n’avez pas la longueur de piste suffisante pour arrêter l’avion ( d’autant plus si un avion qui n’a rien à faire là vous coupe la piste pour moitié devant vous ) il peut être salvateur d’augmenter la poussée pour pouvoir décoller avant l’obstacle. Imaginez un avion qui roule à 200 km/h, vous n’allez pas l’arrêter en 50 m. Également , la météo peut parfois être très mauvaise et on ne voit pas forcément un avion qui serait sur la piste en train de décoller . Pour autant bien sûr , beaucoup de moyens de sécurité s’additionnent pour normalement ne pas arriver dans des situations comme celles ci. Tous les pilotes doivent écouter attentivement les échanges radios , les contrôleurs doivent vérifier que le collationnement des pilote est correct ( honnêtement ça se perd d’ailleurs ) , les mouvements des avions sont suivis sur écran par le contrôleur , il y a aussi des signaux lumineux au sol etc etc. L’équipage chinois, et donc notamment le commandant de bord qui est celui qui décide d’un arrêt décollage ou de la poursuite du décollage en fonction de la situation, a pris une excellente décision dans un moment extrêmement stressant . S’il avait pris la décision d’arrêter le décollage , au vu du contexte, tout le monde serait mort. C’est pour cela qu’un équipage , et à fortiori un commandant de bord, est payé . Ce n’est pas pour faire du baby sitting de pilote automatique, mais pour prendre les décisions qui vont bien.

  6. Jean-Luc

    Le K.L.M. avait le plein pour retourner à Amsterdam alors qu’il devait se rendre à Las Palmas…

  7. EPL 1986

    S’il avait passé V1, il pousse jusqu’à Vr et prend une assiette à cabrer conséquente.

    Sur une simu windshear au décollage avec MTOW, on passe à 10 mètres au dessus des maisons si les PNT ont eu le réflexe de rentrer le train….

  8. SYMO

    Je crois qu’il n’y a pas de quoi priver le malheureux canard de sa troisième patte! les pilotes ont fait leur boulot correctement selon la marge que leur offre les circonstances de l’instant. Une chose est sûre: un dramatique accident a été évité de justesse. En faire des héros, me paraît un peu tiré par les cheveux, si ce n’est qu’une simple affaire de communication de la part de la compagnie aérienne en question! mais bon, ça n’engage que moi…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum