Crash en Colombie : panne de carburant et témoignages

air-journal_crash-lamia-siteantioquia-police-dpt

Un enregistrement du contrôle aérien confirme la panne sèche et les problèmes électriques rencontrés par le vol charter de la compagnie aérienne LAMIA Bolivia qui s’est écrasé lundi près de Medellin en Colombie, entrainant la mort de 71 des 77 personnes à bord – principalement des membres de l’équipe de football de Chapecoense. Des rescapés ont raconté les derniers instants du vol.

L’enregistrement des échanges entre les contrôleurs aériens de l’aéroport de Medellin-José María Cordova et Miguel Quiroga, le pilote de l’Avro RE85 de LAMIA Bolivia (Línea Aérea Mérida Internacional de Aviación), a été « fuité » dans la presse colombienne le 30 novembre 2016 : « Mademoiselle, Lamia 2933 est en panne totale, panne électrique totale, sans carburant », déclare le pilote dont le vol avait mis en attente pour permettre l’atterrissage d’urgence d’un avion de la low cost VivaColombia. « Urgence carburant », a-t-il ajouté avant que l’avion ne s’écrase sur le flanc d’une colline près de la ville de La Union. Cet enregistrement confirmerait donc la version donnée la veille par un pilote d’Avianca lui aussi en attente d’atterrissage. L’aéroport de Medellin avait déjà confirmé l’envoi d’un mayday mentionnant des problèmes électriques à lundi à 22h00, peu avant que l’appareil disparaisse des écrans radar. Rappelons que les deux boîtes noires ont été récupérées en très bon état, selon l’Autorité de l’aviation civile colombienne (CAAC) qui avait aussi constaté sur le lieu de l’accident l’absence de toute trace de carburant.

air-journal_lamia-rj85youtubeLes neuf membres d’équipage étaient boliviens, et les 68 passagers brésiliens. Parmi les six survivants du crash se trouvent trois joueurs de l’équipe de Chapecoense, un technicien de LAMIA, une hôtesse de l’air et un journaliste (une septième personne sortie vivante des débris de l’Avro est morte à l’hôpital. Dans son témoignage des circonstances de l’accident diffusé par Radio Caracol, le technicien Erwin Tumiri a expliqué qu’il avait survécu grâce à l’application stricte des consignes de sécurité (« sac entre les genoux et position fœtale »), alors que « beaucoup de passagers se sont levés et se sont mis à hurler » en plein vol. La PNC Ximena Suarez a précisé que les lumières se sont éteintes une minute avant le crash selon des officiels ; les deux membres d’équipage s’en sont sorti avec des contusions, leur vie n’est pas en danger. En revanche le gardien de but de Chapecoense Jackson Follmann a subi l’amputation d’une jambe, le défenseur Helio Neto est en soins intensif avec des fractures du crâne et du thorax, et l’autre défenseur Alan Ruschel a été touché à la moelle épinière ; le journaliste Rafael Valmorbida (l’un des vingt présents dans l’avion) est lui aussi en soins intensifs avec un poumon touché.

Tous les corps ont été récupérés, et le processus d’identification a été lancé avant leur rapatriement vers le Brésil et la Colombie par des avions militaires ; 45 passagers et membres d’équipage auraient déjà été identifiés selon des officiels, principalement par leurs empreintes digitales puisque aucun incendie ne s’est déclenché à l’impact.

Les enquêteurs colombiens ont été rejoints par des collègues brésiliens, boliviens et de l’AAIB (équivalent britannique du BEA français), ainsi que des membres de British Aerospace. Interrogé par la presse à Santa Cruz de la Sierra en Bolivie, où le vol 2933 avait fait escale, le CEO de LAMIA Gustavo Vargas a déclaré qu’il était « de la responsabilité du pilote de s’assurer qu’il disposait de suffisamment de carburant », ajoutant que l’équipage disposait avec l’aéroport de Bogota d’une « alternative » s’il pensait ne pas avoir assez de fuel pour atteindre Medellin.

On retiendra aussi que le vice-président du club de Chapecoense Luiz Antonio Palaoro a expliqué que LAMIA était régulièrement utilisée pour transporter des équipes de football dans tout le continent sud-américain, et qu’elle avait déjà été utilisée par son club. Et il a déclaré que la priorité était de s’occuper des familles des victimes ; le temps des questions légales viendra plus tard.

air-journal_lamia-crash-commemoration

http://www.air-journal.fr/2016-12-01-crash-en-colombie-panne-de-carburant-et-temoignages-5173423.html

Commentaire(s)

  1. La réaction du CEO de LAMIA est pour le moins surprenante… Il est un peu tôt pour tirer des conclusions sur la chaine de responsabilités… Ce n’est pas très respectueux pour les victimes et d’un point de vue communication de crise pour LAMIA, ça n’est même pas vendeur (le message sous-entend que les PNT sont mal formés et prennent les mauvaises décisions…).
    Tragique accident.

    • Shôgun

      Le fait est qu’il est bien de la responsabilité des pilotes de s’assurer d’avoir suffisamment de carburant pour aller au bout du vol, avec une marge de sécurité suffisante pour pouvoir gérer des boucles d’attente, d’éventuelles remises de gaz ou encore un déroutement sur un autre aéroport. En l’état des informations diffusées, si elles sont vérifiées, l’imprudence fautive est patente.

      Cependant, l’engagement de la responsabilité de l’équipage ne saurait disculper la compagnie, bien au contraire. Les dirigeants de LAMIA devraient avoir à s’expliquer sur de nombreux points. Par exemple:
      – Comment se fait-il que cette compagnie programme des vols directs d’une distance supérieure aux capacités de l’appareil utilisé ?
      – Quelles pressions subissent les pilotes pour en arriver à commettre des fautes aussi énormes que de ne pas s’assurer d’avoir une réserve de carburant suffisante pour pouvoir atterrir en toute sécurité ?
      – Comment sont formés les pilotes de cette compagnie ?
      – Quelles directives leur sont données ?
      – etc, etc, etc…

      Bref, si le commandant de bord est fautif, il n’est sans doute pas le seul. Trop facile d’accabler exclusivement un mort.

  2. Airbid

    on manque pour l’instant de précisions. Est ce une panne d’électricité qui empêche les pompes à carburant de fonctionner ou un manque réel de carburant? Mais cela ne change rien ,hélas, aux conséquences.

  3. Panne carburant totale…il aurait bouffé sa réserve de route, sa réserve de dégagement (s’il en avait pris une) et sa réserve finale. Combien d’attente aurait-il fallu pour ça?

    • L’avion n’etait pas très loin de son autonomie maximale et si de plus le vent était défavorable….
      Il est étrange que le pilote n’est pas signalé le manque de carburant avant. (low fuel zone = 30 min a un régime économique)
      Car si c’etait le cas c’est de la responsabilité commune de l’ATC et du pilote. 2 urgences peuvent être gérées.

  4. Pour répondre à SpongeBob, d’un coté le CEO de LAMIA n’a pas tord, c’est bien de la responsabilité du commandant de s’assurer du fuel planning, mais ça me fait penser à certaines compagnies qui elles aussi rappellent qu’il est de la responsabilité de l’équipage de s’assurer du fuel planning, mais par contre ils doivent se justifier à chaque fois qu’ils prennent 1kg de Jet A1 supplémentaire.

    Je crois qu’il y a eu une pression commerciale sur les pilotes pour accepter ce vol qui semble bien être bien trop à la limite de l’autonomie de l’avion afin de garder un client régulier.

    Se sachant à la limite, ils ont probablement fait une decision point procedure avec peut-être Bogota ou un autre aéroport. Ça se fait souvent lorsque l’on est un peu trop limité par la contingence, ce qui semblait être le cas.

    Le holding n’a duré, depuis l’entrée jusqu’au crash que 13min, ce qu’il veut dire qu’ils étaient déjà gravement en emergency au moment d’y entrer.

  5. L’avion aurait patienté 15 minutes après avoir été mis en circuit d’attente. D’après une reconstitution du vol en simulateur, après ce circuit d’attente il aurait dû lui rester 17 min d’autonomie (ce qui est très peu). Peut-être que de forts vents de face inattendus ont réduit cette autonomie.
    L’équipage n’a, soit pas signalé à temps l’urgence extrême à la contrôleuse, soit mal évalué la situation, ce qui, dans les deux cas, est une faute gravissime.
    Il est clair également que, compte tenu de la distance à parcourir pour ce vol, l’autonomie de l’avion ne permettait pas de l’effectuer en toute sécurité (réserve de carburant insuffisante en cas de déroutement ou de remise des gaz).

  6. Crewpower

    Bonjour mesdames et messieurs 😂😂😂😂😂😂😂😂encore une fois .nous nous sommes retrouvés dans une situation très très difficile à vivre. Et à accepter. Dans ces pays les conditions de travail et les pressions psychologiques et de physiques sont bien réels .le mauvais temps c’est une chose. Le respect de la masse de l avion c’est une autre. Le plein de fuel .réserve comprise. En-cas de problèmes ..je pense qu’il faudra beaucoup de temps pour les autorités locales et internationaux. .arrivent à tirer des conclusions sur cet accident .il y a aussi une procédure en cas de mauvais temps. Le pnt doit demander aux occupants de l avion D etteindre tout les appareils électroniques. Ou panne électrique .quelques choses de ce genres .où est passé le carburant de l avion. ? .il manque quelque chose. 🤓🤓🤓🤓

  7. Je ne vois pas ce que vient faire la dernière photo sur ce site sinon de donner dans le pathos…..

  8. Il semble que cette compagnie aérienne à l habitude de transporter des équipes de foot en Amérique du sud recemment l equipe d’argentineje suis passé proche de cet avion stationné aéroport tancredo névés il avait comme l on dit des heures et des heures de vol moi je n y serait pas monté !le marché des transports pour les équipes de foot est à revoir

  9. Shôgun

    Deux avions en situation d’urgence à l’atterrissage, au même moment, pour un même aéroport… Cela interpelle quand même fortement quant aux normes et pratiques en matière de sécurité aérienne dans cette région du monde, non ? Il y aurait peut-être du ménage à faire parmi les compagnies autorisées à opérer.

  10. Autre info la compagnie lamia possède 3 avions du même type en tout dont deux sont en maintenance et le seul en fonction s est crashé le pilote de l avion étant co propriétaire de la compagnie

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum