La compagnie aérienne Air New Zealand a finalement opté pour rester chez Boeing avec sa dernière commande de long-courriers, huit 787-10 Dreamliner devant rejoindre ses quatorze 787-9. Les nouveaux appareils seront motorisés par GE et non plus Rolls Royce.

La compagnie nationale néo-zélandaise basée à l’aéroport d’Auckland a annoncé le 27 mai 2019 la signature d’une lettre d’intention portant sur huit 787-10 fermes, plus douze en option modifiable en 787-9, pour une valeur de 2,7 milliards de dollars au prix catalogue. Air New Zealand précise que ces avions attendus entre 2022 et 2027, et qui remplaceront ses 777-200ER, seront équipés de moteurs GE Aviation GEnx-1B, alors que ses 787-9 (13 livrés sur 14 commandés) disposent de Rolls Royce Trent 1000.

Pour le directeur général de la compagnie de Star Alliance Christopher Luxon, les 787-10 se sont avérés « l’avion idéal pour sa stratégie centrée sur le pourtour du Pacifique » : « le 787-10 est plus long et encore plus économe en carburant. Cependant, le fait que nous ayons travaillé en étroite collaboration avec Boeing nous a permis de nous assurer que le 787-10 répondra aux besoins de notre réseau, y compris la capacité d’effectuer des missions similaires à celles de notre flotte actuelle de 777-200. C’est une décision extrêmement importante pour notre compagnie aérienne. Avec le 787-10 offrant près de 15% d’espace supplémentaire pour les clients et le fret par rapport au 787-9, cet investissement crée la plate-forme de notre future direction stratégique et ouvre de nouvelles opportunités de croissance », a-t-il déclaré dans un communiqué.

D’une longueur de 68 mètres, le 787-10 peut accueillir jusqu’à 330 passagers en configuration standard à deux classes, soit environ 40 de plus que le 787-9 (ceux d’ANZ sont configurés en trois classes Affaires, Premium et Economie – avec option Skycouch  dans ce dernier cas, pour un total de 275 ou 302 sièges). Ses huit 777-200ER seront mis à la retraite d’ici 2025 ; Air New Zealand estime qu’avec les moteurs GEnx, les nouveaux Dreamliner offriront une consommation de carburant 25% inférieure, et réduiront de 190.000 tonnes ses émissions de CO2.

La compagnie aérienne avait commencé il y a dix-huit mois les négociations sur le renouvellement de sa flotte long-courrier, et ces dernières semaines la rumeur ne retenait que les Boeing 787 et Airbus A350 comme candidats plausibles. Tous ses gros-porteurs sont des Boeing (elle opère aussi huit 777-300ER), tandis que sa flotte de monocouloirs est exclusivement européenne : 26 A320, trois des six A320neo commandés et quatre des quatorze A321neo attendus.

Air New Zealand prendra des Boeing 787-10 1 Air Journal