Trafic aérien en France: +2,9% en 2014

air-journal_Budapest_aeroport-3

Le nombre de passagers franchissant les portes des aéroports français a progressé de +2,9% l’année dernière selon la DGAC, dans un environnement mondial incertain auquel s’ajoutent les effets du conflit social qui a contraint la compagnie aérienne Air France à réduire de plus de moitié son activité lors de la seconde quinzaine de septembre.

Dans son indice mensuel TendanCiel publié le 21 janvier 2015, la Direction Général de l’Aviation Civile (DGAC) détaille surtout la « bonne note » sur laquelle l’année 2014 s’est achevée, avec une progression du trafic de +3,2% en décembre, malgré les effets des mouvements sociaux ayant affecté le contrôle aérien en Europe (Belgique, Italie, Grèce…) ou les transporteurs aériens (grève des personnels d’easyJet basés en France lors des fêtes de fin d’année). Le mois décembre a été « mitigé » pour le pavillon français dont la part de marché en passagers a baissé de -1,8%, concurrencé par les low cost comme par les compagnies du Golfe et de Turquie qui ont connu une forte croissance.

En décembre, le trafic national est demeuré stable grâce à la bonne tenue des liaisons radiales (+1,2% et +4,3% sur Paris – Toulouse) alors que les transversales (-1,4%) et encore plus significativement les liaisons entre la Métropole et l’Outre-mer (-1,7%) et le trafic intérieur ultramarin (-1,7%) ont enregistré un repli. Sur l’ensemble de l’année, le trafic intérieur est orienté à la baisse (-1,9%), seul le marché domestique ultramarin affiche des résultats en progrès (+0,6%).

Le trafic international est en hausse de 4,2% en décembre conformément à la tendance enregistrée sur l’ensemble de l’année. Une nouvelle fois ce mois-ci, le marché est animé par les zones Europe (+6,9% en décembre et +5,3% sur l’année) et Asie-Pacifique (+5,0%). Les zones Afrique (-1,9%) et Amérique (-0,7%) fléchissent en décembre mais demeurent en tendance annuelle sur des progressions mesurées (respectivement +0,9% et +1,2%). Parmi les destinations majeures, Émirats Arabes Unis (+11,6%), Turquie (+11,5%) et Algérie (+9,4%) sont celles dont le gain d’attractivité a été le plus significatif en décembre. Sur l’ensemble de l’année, Espagne (+6,5%, notamment grâce à excellent second semestre) et Japon (+6,4% malgré un premier trimestre atone) ont renoué avec une forte croissance. A l’inverse, Maroc (-0,3%) et États-Unis (+1,2%) affichent sur l’année des résultats plutôt décevants après un premier semestre prometteur (respectivement +5,5% et +6,5%).

En termes de pavillon, le resserrement du différentiel de croissance en défaveur des acteurs nationaux noté le mois précédent se poursuit en décembre : -2,6 points mesurés en pax et -4,9 points en PKT. Cet écart s’alimente principalement en décembre sur l’international long courrier. Sur l’ensemble de l’année, le différentiel en défaveur des transporteurs nationaux demeure très marqué par l’épisode conjoncturel de septembre et s’établit à 7,5 points en pax et 7,1 points en PKT.

En décembre, la hausse de fréquentation s’est vérifiée sur la quasi-totalité des principales plateformes françaises. A l’instar de l’ensemble de l’exercice, Bâle-Mulhouse (+12,7% en décembre, +11,1% sur 2014) et Bordeaux (respectivement +6,9% et +7,1%) sont les aéroports dont la croissance a été la plus spectaculaire. Les résultats des terrains parisiens en décembre leur permettent d’achever l’année sur des taux de croissance très significatifs (+2,8% pour CDG, +2,1% pour Orly). Parmi les quatre premiers aéroports en région, seul Nice parvient à obtenir sur l’année, un résultat positif (+0,9%) alors que Lyon, Marseille et Toulouse sont en baisse (entre -0,7% et -1,1%). Au final, et pour la première fois, dix bases françaises ont franchi le cap des 4 millions de passagers en 2014. En décrochant la neuvième place, Nantes modifie la hiérarchie des aéroports nationaux.

La progression des mouvements d’appareils contrôlés en France métropolitaine se poursuit en décembre (+1,9%) en parfaite conformité avec la tendance annuelle (+2,0%). Le diagnostic se vérifie pour l’ensemble des catégories de vols : forte progression des survols (+4,1% en décembre, +5,3% sur 2014), croissance modérée des liaisons avec l’international et l’Outre-Mer (respectivement +1,1% et +0,7%), fléchissement continu des vols domestiques métropolitains (respectivement -1,9% et -4,6%).

Tous les numéros de la publication sont disponibles ici.

QlikView Printingair-journal_TendanCiel_2014_2

http://www.air-journal.fr/2015-01-22-trafic-aerien-en-france-29-en-2014-5134010.html

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter