Corsair International: bons résultats avant la vente

air-journal_Corsair A330-300

La compagnie aérienne Corsair International a vu ses résultats financiers trimestriels progresser, avec un coefficient d’occupation et une recette unitaire en hausse – des chiffres de bon aloi alors que sa maison-mère est en « négociation exclusive » avec un repreneur qui pourrait être Air Caraïbes.

Dans son communiqué du 10 février 2015, la filiale française du groupe TUI Travel précise que son résultat opérationnel a augmenté de 4,2 millions d’euros au premier trimestre de l’année fiscale en cours (octobre à décembre 2014). La recette au siège kilomètre offert (RSKO) a gagné +7%, et le coefficient d’occupation a pris 6 points à 87% principalement sur les liaisons aériennes vers l’Afrique et les Antilles. Corsair International explique que cette croissance est aussi due à la baisse du prix du baril de pétrole (qui a permis à elle seule une hausse de 1,2 millions d’euros du résultat opérationnel), et à la forte progression de l’activité fret avec une augmentation de 16 % du chiffre d’affaires par rapport à l’exercice précédent.

Pour le PDG de Corsair International Pascal de Izaguirre, « les résultats du premier trimestre sont très prometteurs pour le Tour Operating et pour Corsair, et ceci dans un environnement économique qui reste très difficile ». Il ajoute que « nos fondamentaux sont désormais solides et renforcent notre capacité d’adaptation, essentielle pour améliorer notre compétitivité et pour répondre aux attentes de nos clients en constante évolution ».

Le dirigeant avait annoncé fin janvier aux syndicats que Corsair International est à vendre, le groupe TUI France ayant des difficultés pour équilibrer ses comptes. La presse avait alors avancé le nom d’Air Caraïbes comme favori, une décision étant attendue le mois prochain. L’intérêt de cette compagnie, avec qui Corsair International partage ses codes depuis 2012 entre Paris et les Antilles, « permettrait de rationaliser l’offre sur la Réunion et les Antilles, deux axes qui souffrent de surcapacités avec la présence de deux autres acteurs, Air France et XL Airways », expliquait alors La Tribune. La rationalisation des deux flottes ne poserait guère de problèmes, Corsair opérant quatre Airbus A330 et Air Caraïbes cinq ; la première dispose aussi de trois Boeing 747-400, tandis que la seconde a commandé trois A350-900 et autant d’A350-1000.

Rappelons que Corsair International a déjà mené à bien son plan de restructuration Take Off 2012, ayant abouti à la suppression de 450 postes, la compagnie comprenant aujourd’hui près de 1 250 salariés. Basée à l’aéroport de Paris-Orly, elle dessert les aéroports d’Abidjan, Dakar, Antananarivo, Antigua, Cayenne, Dzaoudzi (Mayotte), Fort-de-France, La Romana, Montréal, Pointe-à-Pitre, Port-Louis (Maurice), Punta Cana, Saint-Denis de la Réunion, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Sint Marteen-Juliana, et Sainte-Lucie, certaines destinations étant en partage de code avec Air Caraïbes.

http://www.air-journal.fr/2015-02-11-corsair-international-bons-resultats-avant-la-vente-5136082.html

Commentaire(s)

  1. Si c’est effectivement Air Caraïbes comme pressenti, j’ai peur que le consommateur Antillais, qui paye déjà bien cher, voie une nouvelle fois s’effriter la concurrence et une hausse prix des billets par la même occasion…

    • J'me marre

      « …. le consommateur Antillais qui paye déjà bien cher…. »

      C’était la blague du jour!!!!!!

      • Samuel75014

        La critique c’est toujours bien mais argumenter c’est encore mieux… Certes hors des pics saisonniers les tarifs restent parfois abordables (400/500EUR a/R) sinon on passe vite a 800/1000 EUR pour PAR/FDF-PTP et RUN c’est hors compèt! Alors seul et salaire correct ça va mais avec une famille…cela reste difficile.

      • Je suis originaire de la Martinique. Je pense être mieux placé que vous pour parler du coût de la vie là bas, le prix des billets en particulier.

        @Samuel: +1.

        • J'me marre

          Le coût de la vie LA BAS : on s’en fiche royalement,c’est votre problème!
          Pour ce qui est des billets d’avion le prix payé au KM parcouru est sensiblement inférieur a ce qui se fait en moyenne ailleurs,tant pour les périodes de basse demande,que pour celles de forte demande :c’est pareil partout et dans les deux cas vos billets restent moins chers au km…. Donc « les Antillais ne payent PAS DÉJÀ si cher » Vous vivez juste dans le déni des réalités….
          C’est quand même la faute a personne si les distances sont grandes…

  2. les salariés vont encore morfler je sens…

  3. Pour ceux qui pensent que le consommateur Antillais ne paye pas cher, je les invite à mieux se renseigner, et à avancer des chiffres plutôt qu’à en faire « la blague du jour ».

    Je réside moi-même dans un DOM, et quand je vois que pour 3h de vols pour aller en Guyane on paye 1.000 € (situation de monopole sur la ligne PTP-CAY), je ne me considère pas comme un « privilégié » en matière de prix ! (sans même parler du coût en général de la vie dans les DOM).

    Sinon pour aller dans le sens du premier commentaire, réduire la concurrence fait effectivement craindre une hausse des tarifs qui, n’en déplaise à certains, restent élevés.

    • 1000 euros pour 3h de vols !!!!! C’est sûr qu’à côté le vol Paris-Antilles c’est pas cher.
      « j’ai peur que le consommateur Antillais, qui paye déjà bien cher, … » Il faut quand même tenir compte du fait que sur cette ligne la demande est très fluctuante selon la période de l’année mais qu’il faut maintenir une fréquence assez élevée … ce qui sont deux causes de coûts importants pour les compagnies se positionnant sur cet axe. Le problème de saisonnabilité a d’ailleurs eu des conséquences sur les résultats d’XL sur l’axe Paris-Martinique. Si vous voulez de la concurrence regardez ce qui se passe pour les vols pour la Corse, beaucoup de concurrence l’été et le printemps, et que la CCM le reste de l’année (juste qques vols hebdomadaires effectués par Volotea et EZY en automne).
      A noter aussi que sur les lignes Orly-Tlse ou Orly-Nice, plus de 2 millions de passagers annuels chacune, il n’y a que 2 compagnies … et le problème de saisonnabilité est bien moindre (l’été moins de vols … mais ça tombe bien car à ce moment là il y a besoin d’avions sur d’autres destinations).

      • Je suis bien d’accord au sujet de la saisonnabilité. C’est un fait on ne peut pas le nier.

        Mais qu’on paye 1 100 € un A/R (ce qui m’est déjà arrivé), c’est quand même prohibitif vu les prix proposés sur d’autres lignes.

        A moins de payer des mois à l’avance, comme je l’ai fait pour les vacances d’Avril, dur dur d’avoir moins de 800 à 1000 € sur cette période. Entre autres.

  4. Samuel75014

    4 opérateurs c’était gagné d’avance qu’un des 4 en aurait fait les frais… XL a réduit la voilure, AF supprime quelques fois son traditionnel bi quotidien pr FDF/PTP pendant les vacances sco. Air Caraibes a l’air de s’en sortir pour l’instant (je ne sais pas si cela est dû à la défiscalisation d’appareil(s) mais ils sont en positifs). Dommage on ne reverra plus les 747-400…

  5. Pour ce qui est des tarifs, j’invite les « Domiens » à comparer avec un billet de TGV de métropole. Prenez un aller simple LYON-PARIS d’environ 450 km que vous payez en moyenne 80 € en 2ème classe. Vous ramenez aux quelques 6500 km du Paris-PTP, ça vous fait un aller-simple aux alentours de 1150 €.
    On peut donc dire, que vous payez votre déplacement 2 fois moins cher qu’un métropolitain qui prend le TGV, lequel ne bénéficie par ailleurs pas de service de restauration gratuit à bord.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum