La FNAM : baisse des taxes et compétitivité

air-journal_Budapest_aeroport-3

La Fédération nationale de l’aviation marchande (FNAM) a demandé hier une baisse des redevances aéroportuaires pour les cinq ans à venir, et réclamé l’extension de la taxe Chirac à tous les moyens de transport.

La FNAM, qui représente plus de 95% du secteur du transport aérien français (dont les compagnies aériennes Aigle Azur, Air Caraïbes, Groupe Air France, Corsair International ou XL Airways), a abordé lors d’une rencontre plusieurs sujets concernant la compétitivité : les redevances aéroportuaires, la Taxe de solidarité dite taxe Chirac et les coûts de sureté « dans un contexte de concurrence internationale exacerbée et parfois déloyale ». Dans son communiqué du 16 mars 2015, la FNAM par la voix de son président Alain Battisti (également président de Chalair) insiste particulièrement sur le nouveau Contrat de Régulation Economique (CRE3) couvrant la période 2016-2020, qui doit être signé entre Aéroport de Paris et l’Etat français cette année. Elle demande une baisse annuelle de 2,5% de l’index moyen des redevances aéroportuaires et un retour à la caisse unique, afin de « permettre au pavillon français de faire face aux concurrents intra ou extra européens, qui bénéficient sur leurs bases de coûts d’accès à l’infrastructure aéroportuaire plus faibles ». En posant la question du mode de calcul des redevances, la FNAM « met en avant la problématique rencontrée par le système dit de double caisse ». Un retour à la caisse unique « permettrait aux compagnies aériennes françaises d’économiser des dizaines de millions d’euros et de redistribuer une partie des recettes des boutiques d’ADP aux compagnies aériennes ». Par ailleurs, la fédération estime que la croissance annuelle naturelle de 2,5% du trafic d’ADP, monopole géographique de fait, entraînerait une hausse mécanique de son chiffre d’affaires.
Ces augmentations continues des redevances aéroportuaires « nuisent à la compétitivité du transport aérien français », explique la FNAM selon qui depuis deux ans « les grandes plateformes européennes n’augmentent que très peu leurs redevances. Pour mémoire, l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol en lien capitalistique avec ADP a décidé de diminuer de -7,7% en 2015 ses redevances aéroportuaires, contre une augmentation de +2,4% pour ADP ». Elle rappelle que les compagnies aériennes françaises « ne sont pas en mesure aujourd’hui d’accepter et de supporter économiquement les augmentations tarifaires » telles qu’elles sont déclinées dans le document public relatif au CRE3, avant de souligner que les investissements proposés seront financés par l’augmentation des redevances payées pour moitié par les compagnies françaises, mais destinés pour l’essentiel à des infrastructures de capacité utilisées par des compagnies non basées.
Par ailleurs, la FNAM demande également que le transport aérien ne soit pas le seul secteur d’activité à supporter la taxe Chirac, qui crée « un déséquilibre important » entre les compagnies aériennes étrangères et les compagnies aériennes françaises. Cette taxe représente un coût de 90 millions d’euros pour le Pavillon français et conduit à la destruction d’emplois dans le secteur, affirme la fédération. Autre sujet abordé, les coûts de la sûreté en France : ils sont aujourd’hui supportés à 100% par les compagnies aériennes et leurs clients, « alors que s’il l’on prend l’exemple des USA (…) 50% sont assumés par l’Etat ». Il faut donc urgemment revoir ce principe économique qui pénalise une fois de plus le secteur ».
Parmi les nombreux rapports sur le secteur aérien « mettant en évidence les déséquilibres qui existent tout au long de la chaine de valeur au détriment du transport aérien français », seul le rapport Le Roux a fait l’objet d’un début de mise en œuvre selon la FNAM. Qui cite par exemple la décision des députés en novembre dernier d’exonérer les passagers en correspondance de la TAC (Taxe Aviation Civile), à hauteur de 50% sur l’année 2015 et à 100% en 2016, ce qui représenterait environ 100 millions d’euros en année pleine. Et souligne que la Commissaire Européenne aux Transports Violetta Bulc, qui prépare un rapport sur le transport aérien européen, « a rencontré plusieurs fois Bruno Le Roux et va s’inspirer de ce rapport afin de l’élargir au niveau européen ».
La FNAM rappelle que les compagnies françaises ne sont pas fermées à la concurrence, pour peu qu’on s’assure que celle-ci soit loyale. Elle rappelle l’étude menée par Delta Air Lines, American Airlines et United Airlines, selon laquelle les 3 principales compagnies du Golfe auraient bénéficié de plus de 40 milliards de dollars de formes de soutien diverses durant les 10 dernières années. La FNAM souligne que ces compagnies aériennes « ont pour objectif un siphonage commercial » des passagers en provenance d’Europe ; cette réalité négative pour la compétitivité de notre secteur n’est pas que franco-française mais concerne l’ensemble de l’Europe, et même l’Amérique du nord…

http://www.air-journal.fr/2015-03-17-la-fnam-baisse-des-taxes-et-competitivite-5140877.html

Commentaire(s)

  1. un plus de 3000 h de vol - 17 mars 2015 à 8 h 13 min
    un plus de 3000 h de vol
    Publié le 17 mars 2015

    Amsterdam Schipol , un des meilleurs aéroport Européen avec Stuttgart diminue ses taxes aéroportuaires de 7,7% en 2015 , alors que Paris CDG ,loin d’être à la hauteur des précédents , les augmente de 2,2% …cherchez l’erreur !…J’ose espérer que c’est pour améliorer ses prestations ..mais je n’en suis pas sûr!

  2. La taxe Chirac doit supprimé oui ! Car est ce qu’elle profite vraiment à ceux qui en ont besoin ? Pas sûr.

  3. GeorgeAbidbaule - 17 mars 2015 à 10 h 29 min
    GeorgeAbidbaule
    Publié le 17 mars 2015

    « La FNAM souligne que ces compagnies aériennes « ont pour objectif un siphonage commercial » des passagers en provenance d’Europe ; cette réalité négative pour la compétitivité de notre secteur n’est pas que franco-française mais concerne l’ensemble de l’Europe, et même l’Amérique du nord »…L. Il y a que chez les naifs pour penser que la compétition doit être saine. Pourquoi les Compagnies du golfe seraient « gentilles » et ne devraient pas se lancer dans le siphonage de clients?? C’est sur que en France la compétition était faussée, car le marché n’était pas fully open au profit de l’ancienne compagnie nationale. Les compagnie du golf ont leurs moyens de leurs ambitions.

  4. Publié le 17 mars 2015

    Faire payer la sûreté aérienne à l’état, donc à l’ensemble des contribuables français … D’un autre côté il est demandé à l’Etat de faire des économies. Faire supporter une charge supplémentaire à l’Etat tout en lui demandant de moins dépenser…

    • Aulongcourt
      Publié le 17 mars 2015

      Mais la sûreté des citoyens est une fonction régalienne de l’Etat qui se doit d’en assurer le coût…et donc à travers lui ,oui,l’ensemble des citoyens…Ce n’est pas la SNCF qui paye pour les divers contrôles,ni les institutions religieuses pour la garde de leurs lieux de culte,nii les passants dans les rues pour les patrouilles de militaires/gendarmes,…etc….

  5. SEMPERIDEM
    Publié le 18 mars 2015

    Il est quand même paradoxal de lire que le Président de la FNAM demande des mesures pour « permettre au pavillon français de faire face aux concurrents intra ou extra européens », alors que sa propre compagnie exploite des avions portugais, pilotés par des équipages étrangers payés en Angleterre, sur le territoire français…

  6. GeorgeAbidbaule - 18 mars 2015 à 13 h 30 min
    GeorgeAbidbaule
    Publié le 18 mars 2015

    SEMPERIDEM, la fnam est surtout là pour représenter les responsables des compagnies aériennes (pas les employés) dont leurs but est de faire un maximum de profit. Maintenant comment est composé la FNAM? et bien au vus des quelques échanges que nous avons eu avec eux sur les sujets environnementaux l’emploi et la maintenance. Leurs principales activités et d’organiser des groupes de travaux (en gros des journées/ après midi à présenter des powerpoints montrant les « y a qu’a, faut qu’on » sur divers sujets allant de « faut réduire les émissions de CO2 à « faut que les élèves mécanos parlent anglais »… Ces groupes de travails sont « pilotés » par des petites nanas mignonnes d’une vingtaines d’années en tailleurs mango, ce qui motive les managers des compagnies aériennes à venir assister à ces groupes de « travail », leurs permettant de côtoyer leurs futures collaboratrices après avoir échangé les numéros de portable à la pause café. La notion d’éthique n’est donc pas la priorité dans cette fédération…C’est en loccurence l’une des principales raison qu’un groupe d’exploitant d’avion anglosaxon avec une base a CDG ne souhaite pas adhérer à la FNAM. Cela ne correspond pas à leurs standards de productivité et à leurs esprit pragmatique.

    • bonjour george

      y’a du vrai sur le fait que ça ne sert à rien, mais vous vous trompez sur l’objectif de la FNAM. Cette fédération n’a pour principal objectif que de donner une raison d’être aux directeurs des compagnies aeriennes et autres secteurs d’activités , qui pour prouver une sorte d’utilité pour leurs entreprises (car leurs résultats sont souvent accablants) , ont besoin d’aller voir des actionnaires en disant  » vous voyez , je suis important , je suis membre de la fnammmm et j’oriente par mes décisions le transport aérien » , une sorte de brosse à reluire pour nul , ou tout le monde se regarde en se disant  » je suis forttttt  » .Ceci étant , dans la Fnam c’est comme partout ailleurs, y’a des gens sympas dans le personel je voulais le dire . Mais au niveau de l’utilité de cette organisation, ca ne sert à rien et une des raisons principales, c’est leur président imposteur … le mossieur qui fait tout le contraire de ce qu’il dit …

      • GeorgeAbidbaule - 18 mars 2015 à 15 h 42 min
        GeorgeAbidbaule
        Publié le 18 mars 2015

        Lors de la première prise de contact lors d’une conférence la FNAM nous a été présenté, par une charmante brunette en mode jeune cadre dynamique, comme une fédération des acteurs du transport aérien Français (mais principalement les compagnies aériennes) et dont l’une des missions est de représenter les intérêts du pavillon aérien Français à l’échelle européenne voir mondiale (sourire de la part de mon supérieur !sic!). le tout suivi d’une présentation de 2h30 sur le développement de l’aviation d’affaire et une invitation à un échange dans leurs locaux à Paris quelques semaines suivante afin de nous convaincre d’y adhérer. Afin de remettre en question la première idée que nous nous faisions de cette fédération mon groupe assista à un coloc, et comme vous le présentait dans votre commentaire, ce fut une journée pleine de flagornerie, d’hypocrisie, et de propos complétements décolérés des réalités opérationnelles, avec en prime l’impression d’être en « mode flirt au club med » durant les pauses (mon exemple d’échange de contact entre les responsables de compagnies aériennes et la jeunes fille qui cherchait apparemment à intégrer cette compagnie tricolore. Tout ca pour conclure que notre groupe n’avait aucun intérêt à cotiser pour la FNAM sauf pour perdre de l’argent… je serai ravi de continuer à échanger sur le sujet en forum

      • GeorgeAbidbaule - 18 mars 2015 à 15 h 54 min
        GeorgeAbidbaule
        Publié le 18 mars 2015

        Mais oui je vous rejoins, tout à fait il y a des gens forts sympathiques au demeurant

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum