Des low cost européennes à Tbilissi ?

air-journal_Georgian_Airways_737-500@Nikiforov Konstantin

Un ministre de Géorgie affirme avoir conclu des accords avec les compagnies aériennes low cost easyJet et Ryanair, ainsi qu’avec Air Berlin, afin qu’elles lancent de nouvelles liaisons vers la Géorgie.

Selon le vice-ministre de l’économie Ketevan Bochorishvili, cité le 21 avril par agenda.ge, les négociations avec les spécialistes britannique et irlandaise du vol pas cher et avec la compagnie privée allemande ont été « conclues », même si aucune route, date de lancement (à part un vague « en juin ») ou fréquence n’a été précisée. Les négociations avec certaines compagnies « en sont au stade final », a expliqué le ministre avant de reconnaître que le processus est « sans fin puisque nous désirons accueillir toujours plus de low cost en Géorgie ».

L’aéroport de la capitale Tbilissi n’accueille à ce jour que deux low cost étrangères, Flydubai depuis Dubaï et Pegasus Airlines depuis Istanbul-Sabiha Gökcen. Et le nombre de compagnies européennes y reste limité, avec Aegean Airlines, Aeroflot, S7 Airlines et Transaero (depuis l’hiver dernier), Alitalia, airBaltic, Lufthansa, LOT Polish Airlines ou Turkish Airlines entre autres. Si l’on excepte les compagnies russes et ukrainiennes, Pegasus (le mois prochain) et Wizz Air desservent Kutaisi, et l’aéroport de Batumi accueille Pegasus encore et Turkish Airlines. Georgian Airways de son côté relie Tbilissi à Paris, Amsterdam ou Vienne entre autres.

http://www.air-journal.fr/2015-04-27-des-low-cost-europeennes-a-tbilissi-5143367.html

Commentaire(s)

  1. Oh oui un Dole Tbilissi quotidien!

  2. wad
    Publié le 27 avril 2015

    C’était surement plus judicieux d’encourager le développement des compagnies Géorgiennes dans un premier temps.

    • Pierreantoine
      Publié le 27 avril 2015

      Il ne s’agit pas de développer les cies locales, mais attirer rapidement un maximum de visiteurs Occidentaux pour favoriser le buzz sur le pays.. Le scénario Ukrainien est ds les mémoires, plus vite le pays sera occidentalisé, plus difficile serait une « reprise en mains »
      Voyez la Russie.

    • Les deux ne sont pas forcément opposé. Une compagnie « nationale » peut servir d’étendard et pour ouvrir des destinations de façon « diplomatique ». Mais peut -être que passer par des compagnies étrangères est plus rapide et moins cher.
      De toute façon, vu l’évolution économique du pays et ses taux de croissance, ces compagnies arriveront bientôt. Reste la situation géopolitique…

  3. loloboyer
    Publié le 27 avril 2015

    Intéressant. Tbilissi et la Géorgie offrent des paysages variés et une nature colorée : montagnes, plantations de thé, plateaux, reliefs… . Sans oublier les lieux culturels, touristiques… et son patrimoine religieux richissime datant de plusieurs centaines d’années. Par contre, un vol de plus de 3h avec Ryanair… moi perso, j’dis non ! Trop inconfortable leurs sièges (mais pas pire qu’avec AF sur les A318 aux sièges ne s’inclinant plus) ! Je rentre justement d’un GRO/RAK (2h) avec FR et tout simplement « insupportable ». Suis arrivé cassé ! Mais qu’attend donc la commission européenne pour imposer des normes dans l’assise, l’inclinaison, l’espace entre les sièges des pax…. . Elle le fait bien pour le bétail, non ! Ah, mais oui… eux voyagent certainement qu’en Business… .
    Par contre, la Géorgie (pays de la Pope Star : Staline), vaut vraiment le détour !

    • J'me marre
      Publié le 2 mai 2015

      Est ce que je fais erreur ou bien les A328/319/320/321 AF avec ièges ne s’inclinants plus ne sont qu’à usage de vols métropolitains, c’est à dire de 1H/1H30 maxi…..On serait loin des 3 H alors….

  4. Publié le 2 mai 2015

    Et de Bruxelles, cela fait plus de 20 ans qu’on attend de voir partir des vols vers la Géorgie sans escale. Une compagnie géorgienne a bien mis en place un vol direct, le temps d’une demi-saison seulement alors que tous les vols étaient complets. Incompréhensible. Et c’est donc à chaque fois la galère pour dénicher un vol avec un minimum de confort et dans des prix raisonnables à partir de la capitale européenne, et surtout sans devoir attendre des heures dans des aéroports de transit. Mais, c’est vrai, une fois en Géorgie, on oublie ce disconfort : tant d’émerveillements sur un si petit (relatif) territoire que je n’hésiterais pas à m’y rendre à la nage!

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter