Air France-KLM: recul du trafic en avril

air-journal_air france klm transavia

La compagnie aérienne Air France-KLM et HOP! ont transporté 6,52 millions de passagers le mois dernier, en baisse de -2,0% par rapport au même mois l’année dernière. La filiale low cost Transavia continue de progresser.

Dans les statistiques publiées ce 11 mai 2015, le groupe franco-néerlandais affiche une baisse globale du nombre de passagers transportés de -1% à 7,3 millions. Le trafic en PKT (passager kilomètre transporté) est stable avec 0,0%, sur des capacités en SKO (siège kilomètre offert) en hausse de+0,8% ; le coefficient d’occupation s’établit à 84,5% (-0,7 point). Une « stricte gestion des capacités » est évoquée pour l’activité « passage réseaux » d’Air France, HOP! et KLM : l’activité moyen-courrier a vu son trafic en PKT reculer de -4,4%, sur des capacités en SKO (siège kilomètre offert) en baisse de –5,5% ; le coefficient d’occupation gagne 0,9 point à 80,0%. Sur le long-courrier, les deux compagnies nationales affichent un trafic en PKT en hausse de +0,7%, sur des capacités en SKO en hausse de +1,9% ; en conséquence le coefficient d’occupation perd 1,1 point à 85,2%. La seule région connaissant un recul du trafic et l’Afrique – Moyen Orient (-2,5%), l’Amérique du nord étant parfaitement stable. La croissance la plus forte est pour Caraïbes – Océan Indien (+3,6%) devant l’Amérique latine (+2,5%).

Transavia de son côté affiche une hausse de trafic en PKT de +4,6% sur des capacités en SKO en hausse de +7,1% ; le coefficient d’occupation perd 2,1 points à 88,4%. La low cost a transporté 0,8 million de passagers le mois dernier, Transavia France poursuivant son « développement rapide » avec une hausse des capacités de +24%.

Air France-KLM évoque pour le mois d’avril 2015 une pression accrue sur les recettes unitaires en avril, incluant l’effet du décalage de Pâques. La recette unitaire au siège kilomètre offert (RSKO) hors change est en baisse comparée à avril 2014, « traduisant les équilibres attendus d’offre/demande sur les différents réseaux, en ligne avec les perspectives anticipées pour l’année 2015 ». La quasi-totalité des économies attendues sur la facture carburant pourrait être absorbée par la pression sur les recettes unitaires et l’effet change négatif.

La restructuration de l’activité cargo s’est poursuivie le mois dernier avec une baisse de 30% des capacités tout-cargo. Le trafic en TKT (tonne kilomètre transportée) perd -14,9% sur des capacités en TKO (tonne kilomètre offerte) reculant de -7,0%, le taux de remplissage perdant 5,5 points à 59,3%.

Depuis le début de l’année, le groupe Air France-KLM toutes filiales comprises a transporté 26,36 millions de passagers, en hausse de +0,6% par rapport aux quatre premiers mois de 2014. Le trafic en PKT a gagné +01% sur des capacités en SKO en hausse de +0,3% ; le coefficient d’occupation moyen perd 0,3 point à 83,3%.

 

http://www.air-journal.fr/2015-05-11-air-france-klm-recul-du-trafic-en-avril-5144040.html

Commentaire(s)

  1. Jean pomelos
    Publié le 11 mai 2015

    Résultats décevants pour ne pas dire mauvais… on ne voit pas une seule réelle zone de croissance tant en volume qu’en résultat (à part Air France Industries). A croire qu’AF devrait se limiter à réparer des zincs plutôt qu’à organiser du transport de passagers et de fret… c’est très très dommage et n’augure absolument rien de bon au moment où le Groupe AF-KLM se fait attaquer sur tous les front, notamment sur ses deux hubs par les offensives meurtrières d’Emirates et de Qatar, le retrait dans une stratégie de conquête de Delta et dans une moindre mesure d’Etihad (qui devait devenir un allié de poids), etc. etc. etc.

  2. Antoine Delaveuve - 11 mai 2015 à 10 h 50 min
    Antoine Delaveuve
    Publié le 11 mai 2015

    Ces chiffres ne sont pas bons, voire mauvais. Le Moyen Courrier perd encore de l’argent, le Long Courrier n’en gagne pas, les parts de marché s’effritent, le nombre de passagers haute contribution qui engendrent le maximum de recette ne croit pas ou beaucoup trop peu pour renverser la mauvaise tendance du LC, le trafic global croît peu, ce qui signifie que le volume – trop faible – n’arrive pas à pallier le manque de recette, etc. C’est encore une fois la recette unitaire par passager qui est la clef, le revenu par siège, et ces chiffres ne sont pas bon du tout… Il faudra encore beaucoup de réformes structurelles sur le réseau, les coûts, la masse salariale, les structures, etc. et malheureusement dans une société mastodonte comme AF, tout est beaucoup trop long… Les offensives sans précédent des compagnies du Golfe sur le vieux continent (qui à défaut d’augmentation des fréquences faute d’autorisation, augmentent la capacité d’emport en multipliant les vols en 380) qui pompent littéralement le trafic lucratif du LC, le désengagement progressif annoncé d’Alitalia (sous l’influence d’Etihad) qui va multiplier les vols longs courrier au départ de Rome et Milan au détriment de CDG et Schiphol, le désengagement de Delta qui joue de plus en plus cavalier seul (notamment avec Virgin) – AF ayant été incapable de réagir rapidement à cette JV très rapidement créée -, l’incapacité d’AF à créer une JV lucrative vers la Chine, la montée en gamme hallucinante des compagnies du Sud Est Asiatique et du Golfe qui va plomber les efforts – nécessaires – mais beaucoup trop tardifs et trop lents à être proposés par AF, à proposer des produits compétitifs et haut de gamme, la lenteur à faire croître Transavia, etc. etc. etc. etc. sont autant de facteurs qui vont handicaper encore plus AF en 2015 pour se refaire une santé… Bref, je ne vois pas AF revenir à des bénéfices à court terme… il y a trop de chantiers, trop de défit pour une compagnie qui n’a pas su prévoir, anticiper, investir, innover… « Gouverner c’est prévoir »… Chez AF, on suit… on suit péniblement… L’avenir d’Air France est très sombre.

  3. benny hill
    Publié le 11 mai 2015

    vivement que AIR FAILLITE soit racheter par une compagnie du golfe. car c’est la seule solution pour qu’elle sorte la tete de l’eau

  4. Isabelle Poignet - 11 mai 2015 à 10 h 52 min
    Isabelle Poignet
    Publié le 11 mai 2015

    La croissance du trafic ne sert à rien si la recette unitaire ne suit pas… il faut mieux des avions moins remplis avec des sièges mieux vendus, que des avions qui débordent avec des sièges mal vendus : déalement, des avions plein bien vendus, c’est l’idéal. Cela s’appelle l’optimisation de la recette unitaire. cqfd ! Des avions pleins ne sont absolument pas le gage d’une bonne santé économique et d’une satisfaction passagers…

  5. Geerd De bryuyne - 11 mai 2015 à 10 h 54 min
    Geerd De bryuyne
    Publié le 11 mai 2015

    Ce qui est inquiétant c’est que le trafic augmente très légèrement, on pourrait même dire qu’il stagne alors que le trafic Transavia lui augmente fortement. Donc quand le trafic global du groupe reste sensiblement le même, ca veut dire que le trafic d’Air France et de KLM baisse, n’est ce pas ? Plus de trafic chez Transavia, moins chez AF et KL, donc à la fin pas d’augmentation globale.

  6. easy sleeping pilot - 11 mai 2015 à 11 h 01 min
    easy sleeping pilot
    Publié le 11 mai 2015

    La nouvelle « stratégie  » d’Air France dans la présentation de ses comptes , intégrer et mélanger HOP dans Air France pour masquer la misère … Surtout pas de distinguo purement HOP qui prend un bouillon !

  7. Pierreantoine
    Publié le 11 mai 2015

    Mauvais chiffres. Un recul de 2% est énorme. Comme l’indique Antoine Delaveuve, gouverner c’est prévoir.
    Expliquer que les vacances de Pâques ont changé de dates est inconsistant et peu crédible.Ça discrédite le sérieux du discours officiel..

  8. un plus de 3000 h de vol - 11 mai 2015 à 11 h 12 min
    un plus de 3000 h de vol
    Publié le 11 mai 2015

    Et l’Etat qui vient de reprendre 1,7% du capital ..ce n’est pas un bon signe !!…
    On est encore loin de Malaysian qui vient d’être pour ainsi dire ,renationalisé,avec reprise du capital par l’état Malais …mais la lenteur de la modernisation et du dégraissage du Mammouth AF/KLM (sans oublier les Bureaux ..!!!.. pas uniquement PNT et PNC dans les avions … ne lui permet pas de s’adapter assez vite à la concurrence et à une recette unitaire en berne …

  9. Publié le 11 mai 2015

    AF et affiliations, avec una « qualité » des services comme les autres compagnies, low cost compris, a des prix non compétitives, rien de tout ça ne pas vraiment surprend.

  10. 0 commentaires quand c’est un article sur le traffic ou les résultats d’autres compagnies mais immédiatement une louche de commentaires négatif quand ça parle de AF/KLM. Pitoyable…

  11. Aulongcourt
    Publié le 11 mai 2015

    J’ai souvent fait mention ici du site capa aviation et de ses analyses sur de nombreux acteurs économiques du monde aerien sur toute la planète…En date du 8 mai il y a une étude comparée intéressante des RASK entre IAG,le groupe LH et AFKLM……
    La difficulté de AFKLM à maintenir une recette unitaire meme en LC dans un contexte global de sur offre,semble pour ces analystes un signe de l’inadéquation du produit AF pour la clientèle visée par rapport à la concurrence….inadéquation qui obliga AFKLM a baisser ses prix plus bas que les autres (IAG/LH dans l’étude) pour maintenir sa part de marché et remplir ses avions..,Car le RASK n’est pas à la baisse chez les deux autres majors européennes contrairement à AF….Ces analystes ne mettent pas en cause le reseau et les fréquences qu’ils jugent tres concurrentiels par rapport aux deux autres,mais bel et bien le produit vol en général, et en particulier la lente-très lente-trop lente mise en place du nouveau produit Affaire pour cette clientèle et côté Eco l’aménagement a 10 de front sur 777 ( représentant une très grande partie de l’offre Eco d’AF ) qui de fait ne s’étant pas généralisé a ce jour dans les compagnies régulières ,tire aujourd’hui AF vers le bas puisque AF est une des rares régulières sur le marché à avoir à destination de tous les pax Eco, un équipement que l’on trouve ailleurs à destination d’une autre catégorie de clientèle visee….
    Ainsi pour capa,AFKLM sur les deux segments visés ( Affaire et Eco  » standard ») offre à chaque fois des prestations de qualité inférieure au standards de ses concurrents avec pour conséquence immédiate en ces temps de sur-offre globale une chute du revenu par passager, en dépit d’un  » strict controle des capacités » nécessaire pour minimiser cette chute, mais insuffisant pour enrayer le phénomène…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum