Ryanair pressée en Allemagne, ignorée à Copenhague

air-journal_Ryanair aircrafts

La compagnie aérienne low cost Ryanair a avancé de deux mois son retour sur le marché intérieur allemand, le lancement de la nouvelle liaison entre Cologne et Berlin étant désormais prévu début septembre. En revanche elle peut dire adieu aux voyages officiels des employés municipaux de Copenhague : le maire de la capitale du Danemark l’accuse de dumping social.

Initialement prévue le 25 octobre 2015, la nouvelle liaison de la spécialiste irlandaise du vol pas cher entre sa base à l’aéroport de Cologne-Bonn et sa future base à Berlin-Schönefeld sera finalement inaugurée dès le 3 septembre. Cinq rotations quotidiennes sont désormais au programme en semaine, avec des départ à 6h45, 10h05, 13h25, 17h10 et 20h40, et des retours de la capitale allemande à 8h25, 11h45, 15h05, 18h50 et 22h20. Deux vols quotidiens sont prévus le samedi, et quatre le dimanche. Ryanair sera en concurrence sur cette route avec Germanwings (Tegel plus Schönefeld le 5 octobre prochain) et Air Berlin (Tegel).

La low cost avait annoncé au printemps le renforcement de sa base de Cologne-Bonn, avec deux Boeing 737-800 rejoignant celui déjà basé sur place et six autres nouvelles liaisons : Copenhague (1 quotidien), Gran Canaria (1 par semaine), Milan-Bergame (2 quotidiens), Porto (4 par semaine), Valence (3 par semaine) et Varsovie-Modlin (1 quotidien). Au total, elle y opèrera l’hiver prochain 129 vols par semaine. Quant à l’aéroport de Berlin-Schönefeld, il doit accueillir en octobre la sixième base allemande de Ryanair (73 au total), avec le lancement de 16 nouvelles routes : Alicante (3 vols par semaine), Athènes (quotidien), Barcelone (quotidien), Bari (3 par semaine), Bologne (quotidien), Bratislava (quotidien), Bruxelles (3 quotidiens), Glasgow (4 par semaine), Madrid (2 quotidiens), Malaga (2 par semaine), Palerme (2 par semaine), Palma de Majorque (3 par semaine), Riga (quotidien), Rome-Ciampino (2 quotidiens), Valence (3 par semaine) et Venise (3 par semaine), pour un total de 22 destinations.

En revanche, l’annonce de huit nouvelles lignes à la rentrée vers et depuis l’aéroport de Copenhague, une base depuis fin mars, n’a pas amadoué le maire local : Frank Jensen a interdit aux 45 000 employés municipaux de réserver des voyages professionnels avec la low cost, qu’il accuse de dumping social. Absence de convention collective danoise et bas salaires sont les principaux reproches adressés par la mairie à Ryanair ; des arguments « mal informés » et rejetés par le porte-parole de la compagnie dans le quotidien BT, qui préfère souligner le cadeau ainsi fait à SAS Scandinavian Airlines. Copenhague suit ainsi l’exemple d’une petite dizaine de villes danoises, à la veille de négociations sur les contrats de travail avec les syndicats.

http://www.air-journal.fr/2015-05-19-ryanair-pressee-en-allemagne-ignoree-a-copenhague-5144350.html

Commentaire(s)

  1. Publié le 19 mai 2015

    Toujours pas de Beauvais – Berlin grrrr !

    • Publié le 19 mai 2015

      D’un côté au départ de Paris vous avez déjà Germanwings et AirFrance qui font du CDG-Berlin et de l’autre Air Berlin et EasyJet qui font du Orly-Berlin, dans tous les cas plusieurs fois par jour et à des tarifs déjà très intéressants. Donc pas une ligne prioritaire pour Ryanair. Vous allez sans doute me répondre que RYR fait du Beauvais-Madrid, Barcelone, Rome, Porto etc qui sont aussi soumises à une forte concurrence mais au moment où Ryanair les a lancé la concurrence était bien moins forte (et RYR les maintient car elle a réussi à se faire une place sur ces marchés et est désormais bien connue sur ces lignes)

  2. Publié le 19 mai 2015

    Belle initiative du maire de Copenhague, les nôtres en France devraient s’en inspirer !

    • Publié le 19 mai 2015

      Initiative, soit, mais contraire aux lois de libre concurrence telles que votées des deux mains par les Danois à Bruxelles. Que Monsieur le Maire ait une opinion, justifiable, ne l’autorise pas à exclure le prestataire au prétexte d’un manquement à des règles non exigibles par son pays, mais seulement contestables moralement.
      Si Monsieur le Maire considère qu’il y a manquement à la loi, que ne dépose-t-il pas un recours près le tribunal d’instance? ce serait responsable mais ferait moins de buzz qd on entre ds une période de négo avec les syndicats..

      • Il serait peut-être bon de souligner que les lois de « libre concurrence » votées par nos « défenseurs » à Bruxelles l’ont été sous la pression lobbyiste d’entreprises telles Ryanair (parmi beaucoup d’autres).
        Et le code des marchés publics n’est peut-être pas le même au Danemark, ce qui permet d’éliminer un fournisseur si besoin. La déontologie, même si en voie de disparition dans ce monde de l’ultra libéralisme, n’a rien d’immoral…
        Ce qui n’empêche pas ledit fournisseur de continuer à proposer ses services dans le pays.

  3. Anto95
    Publié le 19 mai 2015

    5 rotations quotidiennes pour un lancement !! eh ben…

  4. gerald
    Publié le 19 mai 2015

    il existe visiblement, des gens pour s’opposer à l’hégémonie de la compagnie  »irlandaise » à capitaux et direction américano-israeliens !

    bravo monsieur le maire pour ce moment de lucidité !

  5. groovy
    Publié le 19 mai 2015

    Gerald on s’ en fou que le boss est juif il aurait pu etre breton cette compagnie est pourri et tout le monde le sait.

  6. Pipoca
    Publié le 19 mai 2015

    À tous les aficionados de maires Danois, simple rappel: le Danemark a inventé, tout seul, la FlexiSécurité, ou Misère à Mi Temps en ratiboisant sévèrement les droits et conditions de vie des autochtones. Le truc ne marche plus, est loin des promesses etc..Bon voyage !

  7. IguazuAR
    Publié le 20 mai 2015

    M. le Maire… Frank Jensen.. élu « soit disant » démocratiquement par le peuple.. n’a aucun intérêt ? Il me semble pourtant qu’il a des billes dans le groupe « Scandinavia System »… . TOUS POURRIS !

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum