Singapore Airlines : perte de puissance et A380 SG50

air-journal_Singapore Airlines A380 SG50

L’incident rencontré par la compagnie aérienne Singapore Airlines, dont l’Airbus A330-300 a connu une perte de puissance de ses deux moteurs lors d’un vol entre Singapour et Shanghai, est inexpliqué. Elle a d’autre part dévoilé deux A380 en livrée spéciale anniversaire SG50.

L’A330-300 de la compagnie nationale singapourienne avait décollé le 23 mai 2015 de l’aéroport de Singapour-Changi avec 182 passagers et 12 membres d’équipage, à destination de Shanghai-Pudong. Mais alors qu’il se trouvait au-dessus de la Mer de Chine du sud à une altitude de 39 000 pieds (11 900 mètres), environ trois heures et demie après le décollage, les pilotes ont rencontré des « conditions météorologiques défavorables ». Singapore Airlines explique dans un communiqué que les deux moteurs « ont connu une perte temporaire de puissance et les pilotes ont suivi les procédures opérationnelles afin que les moteurs fonctionnent à nouveau normalement. Le vol s’est poursuivi jusqu’à Shanghai où l’appareil s’est posé sans encombres à 22h56 locales ». Les deux réacteurs ont alors fait l’objet d’une inspection et de « est rigoureux » sans qu’aucune « anomalie » ne soit détectée. Airbus et Rolls Royce évaluent l’incident avec Singapore Airlines, conclut la compagnie.

aj_singapore airlines a330L’incident serait probablement passé inaperçu si Flightradar24 n’avait pas décelé une perte d’altitude pendant le vol SQ836, « une énorme tempête » entrainant la descente de l’A330-300 de 13 000 pieds. Singapore Airlines a confirmé qu’il ne s’agissait donc pas d’un simple trou d’air. L’incident n’est pas encore listé dans ceux sur lesquels le BEA enquête.

On imagine que la compagnie de Star Alliance se serait bien passée de cette histoire, forcément accompagnée par des titres mentionnant la terreur des passagers ou le crash évité… D’autant qu’elle a dévoilé les deux Airbus A380 parés de la livrée spéciale SG50 (cinquantième anniversaire de l’indépendance), un drapeau singapourien de 10 mètres de haut sur 40 de long décorant désormais le fuselage – après que douze employés ont travaillé pendant sept jours pour enlever la livrée habituelle. Le logo SG50 figure aussi sur les réacteurs du superjumbo. Les deux avions seront déployés le mois prochain et en juillet, précise Singapore Airlines. « Le succès de la compagnie est lié de près » à celui de la cité-état, a déclaré le CEO Goh Choon Pang, « il n’y a pas de meilleure façon de fêter SG50 en faisant voler avec fierté notre pavillon national autour du monde sur le plus grand avion du monde ».

air-journal_Singapore Airlines A380 SG50 close

http://www.air-journal.fr/2015-05-28-singapore-airlines-perte-de-puissance-et-a380-sg50-5144750.html

Commentaire(s)

  1. pourquoi le BEA listerait cet incident-ci sur sa liste ? il s’ennuie à ce point en France ?

    certes l’appareil est de fabrication française, mais la compagnie, le motoriste et le continent ne sont pas liés directement aux autorités françaises à ce que je sache !

    donc une explication claire serait la bienvenue si des réels experts sur ce site peuvent nous la donner..

    • Publié le 28 mai 2015

      <>

      Hé ben voila pourquoi si ils en ont la possibilité les expert du BEA devraient se pencher sur cet incident GRAVE à mon sens. Si il n’ont vraiment rien à faire tant mieux pour eux par contre le jour ou ça arrivera sur une compagnie Française ou sur une autre compagnie avec un avion chargé de familles Françaises qui parte en vacance faudra

    • Publié le 28 mai 2015

      <>

      Hé ben voila pourquoi si ils en ont la possibilité les expert du BEA devraient se pencher sur cet incident GRAVE à mon sens. Si il n’ont vraiment rien à faire tant mieux pour eux par contre le jour ou ça arrivera sur une compagnie Française ou sur une autre compagnie avec un avion chargé de familles Françaises qui parte en vacance et que ça se terminera très mal faudra pas venir pleurer en disant « Mais pour quand y’a eu cet incident chez Singapore le BEA Sachant l’avion fabriqué en France (et que sais je encore) n’a pas enquêté sur les causes potentielles… »

    • Publié le 28 mai 2015

      Le BEA peut être appelé à travailler sur tous les incidents concernant des avions construits en France (d’où une expertise inégalée dans les enquêtes).
      D’après d’autres articles lus, l’avion n’est pas descendu à 13 000 ft, mais est descendu DE 13 000 ft, et les passagers ne s’en seraient pas rendu compte puisqu’il s’agit du taux de descente normal pour un avion de ligne (pente de 3°).

    • Publié le 28 mai 2015

      Le BEA peut-être appelé sur un incident/accident dès lors qu’il s’agit d’un avion d’une compagnie française, que l’incident/accident s’est produit en France ou encore si le constructeur de l’avion est français (pour ce cas là, c’est Airbus, car l’assemblage de l’avion se fait en France). J’espère avoir répondu à votre question

  2. vodka.martini.shaker - 28 mai 2015 à 13 h 07 min
    vodka.martini.shaker
    Publié le 28 mai 2015

    Dans tout incident/accident impliquant un Airbus, fabriqué en France, le BEA intervient. Les « BEA » des pays d’immatriculation, de fabrication et du lieu d’occurence sont concernés. Voila tout. En revanche une « perte de puissance » sur les deux moteurs d’un bimoteur certifié pour voler à 3h ou plus d’un aérodrome de dégagement est un incident très sérieux, ce n’est pas un évènement banal.

  3. forza
    Publié le 28 mai 2015

    Voila peut être de quoi faire réfléchir les partisans du Bi-réacteur par tout et pour tout ?
    En tout cas, je l’espère.

  4. Publié le 28 mai 2015

    Givrage ou Fadec?
    Si les entrées d’air réacteur ont givré, on peut supposer que d’autres parties ont aussi été touchées.
    Heureusement que les pitots semblent avoir fonctionné correctement!
    A suivre…..

  5. juju
    Publié le 28 mai 2015

    Sur un autre site dédié à l’aéronautique , on parle d’un arrêt des 2 moteurs !
    Sur un 330 d’Air Transat , extinction des 2 réacteurs suite à réservoirs à 0 !
    Sur d’autres compagnies , extinction réacteur suite à ingestion de poussières volcaniques !
    Sur d »autres compagnies également , un des 2 moteurs passe tout seul au ralenti !
    Histoire de « fadec » !!!! , affaire à suivre si on veut bien nous en dire plus …

  6. J’adore cette nouvelle livrée, elle est a mon sens nettement plus belle, dynamique et moderne que la livrée habituelle.

  7. easy sleeping pilot - 28 mai 2015 à 17 h 36 min
    easy sleeping pilot
    Publié le 28 mai 2015

    Air Journal , l’appareil n’a pas chuté À 13.000 pieds , mais est descendu DE 13.0000 pieds ( du FL390 au FL260)

    Selon l’annexe 13 de l’OACI c’est l’Etat du lieu d’occurence de L’accident ou incident qui est responsable de l’enquête . Cet incident s’étant produit dans les eaux internationales c’est l’état d’immatriculation ( Singapour) qui est responsable de l’enquête . Ensuite l’état responsable de l’enquête INVITE les organisme de l’état de const action de l’appareil et des réacteurs , étant un incident purement réacteur , seul l’AAIB au Royaume-Uni pour les réacteurs Rolls-Royce a été invité . Le BEA n’a rien à voir ici .

    Quand a la terreur des passagers , je ne suis pas persuadé qu’ils se soient rendus compte d’une perte de puissance , et d’une descente quasi normale . Éventuellement la zone semblait surtout possiblement tres turbulente et probablement inconfortable

  8. @ olivier Nilsson,
    s’il vous plait supprimez de votre vocabulaire le terme « trou d’air » d’un journal à vocation aéronautique . Ce terme est erroné et faux . Par ailleurs, descendre de 13000 ft et « à » 13000 ft sont différents et la nuance est importante pour ceux qui vous lisent .Par contre merci d’ironiser sur les expressions « terreur et crash » utilisés à tout bout de champ pour faire du sensationnel d’un pet de sansonnet .
    respects .

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum