Aéroport de Lyon : la privatisation se précise

air-journal_Lyon futur terminal 1 ext

Les actionnaires de l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry, au premier rang desquels l’état, se sont réunis hier à Paris. L’appel d’offre pour sa privatisation devrait être lancé en octobre, et conclu dans le courant de l’année prochaine.

Après Toulouse-Blagnac dont 49,9% du capital a été vendu en avril au consortium sino-canadien SNC Lavalin et Symbiose, l’aéroport lyonnais sera la seconde plateforme hexagonale partiellement privatisée. L’état, qui possède 60% du capital d’ADL (Aéroports de Lyon, gestionnaire de Saint Exupéry et Bron) contre 25% à la chambre de commerce et de l’industrie de Lyon et 15% aux collectivités locales, devrait lancer l’appel d’offre au mois d’octobre une fois le cahier des charges établi, avec une décision espérée pour le premier semestre de l’année prochaine. Comme pour Toulouse et Nice-Côte d’Azur bientôt, il s’agit de transférer au secteur privé la majorité du capital de la société exploitant Saint Exupéry ; les pistes et le foncier ne sont pas concernés par le processus, l’état conservant un droit de regard sur les taxes d’aéroport – et la DGAC le contrôle de l’ouverture de nouvelles liaisons aériennes.

Selon le président de la Région Rhône-Alpes Jean-Jacques Queyranne, interrogé par Lyon Capitale après la réunion, plusieurs candidats se sont déjà déclarés pour entrer dans le capital du troisième aéroport français, avec 8,5 millions de passagers par an : Aéroports de Paris, Vinci, la Caisse des Dépôts (CDC), mais aussi des investisseurs étrangers non précisés mais parmi lesquels se trouve le gestionnaire de l’aéroport de Genève. L’état souhaiterait en outre vendre l’intégralité de ses parts, « mais peut-être reviendront-ils à 49,9 % plus tard dans le processus, comme ils l’avaient fait dans le cas de l’aéroport de Toulouse », précise le dirigeant. La CCI, favorable sur le principe à la sortie de l’état du capital d’ADL, a toutefois rappelé « la nécessité de pouvoir répondre positivement aux attentes des compagnies qui souhaitent ouvrir des liaisons aériennes depuis Lyon » – un appel sans réponse à ce jour, même si la presse affirme que Qatar Airways a obtenu des créneaux de vol à Saint-Exupéry en échange de la vente d’avions Rafale à son pays d’origine…

http://www.air-journal.fr/2015-07-21-aeroport-de-lyon-la-privatisation-se-precise-5147502.html

Commentaire(s)

  1. S’ils veulent des repreneurs bien fumeux ils n’ont qu’à se renseigner auprès de Toulouse-Blagnac…

  2. J’ai du mal à imaginer ce que Aéroport de Paris ferait de Saint Exupery… Ils ont expliqué que si ils se lançaient ce serait pour développer l’aéroport, mais j’ai du mal à y croire…

  3. Vincent

    Les socialos continuent de brader les bijoux de famille.

    Et dire que certains se moquent des grecs, quand la France cumule plus de 2 000 milliards de dettes ! ! !

    Ca sent vraiment le roussi, sinon franchement le brûlé !

    • Dans le passé , assez récent, certains gouvernements (de droite!) ont vendu des bijoux de famille bien plus prestigieux que les Aeroports ( Paribas, les Banques, saint Gobain, Elf etc, etc..). Et se sont empressés de le dépenser sans penser à l’affecter au remboursement de la dette, et c’est un patrimoine que les socialos, , comme vous dites, avaient constitué, mais peut- être n’étiez- vous pas encore né il y a moins de trente ans.

    • La privatisation des aéroports de Toulouse, Nice et Lyon a été décidée avant 2012 … On peut reprocher beaucoup de chose à Hollande et son gouvernement mais pour le coup ils ne font que suivre ce qui a été décidé et organisé avant.

    • Vincent

      Convenons-en, il faut bien trouver un avocat (2 dans ce cas) à ces guignols !

      La privatisation des aéroports de Toulouse et de Lyon n’a pas été décidée sous Sarkosy, mais envisagée, avant que le dossier soit définitivement abandonné peu après. Les socialos au pouvoir ont eu moins de scrupules, tout leur est bon pour brader la France !

      Quant à celle de Nice, c’est une invention de la loi Macron.

      Je ne suis pas sarkosyste, mais je tiens à la vérité des faits.

  4. Koalactus

    Si je me souviens bien, ADP veut participer dans un consortium avec Vinci. Puis ADP avait aussi dit qu’ils étaient moins intéressés par LYS que NCE du fait de la proximité du premier de paris avec le TGV. C’est pourquoi dans une interview ADP disai5 clairement que LYS n’était pas leur cible principale mais NCE l’était

    • Airbid

      Si ADP se jette sur Niçe, le pire est à craindre..pour Niçe. ADP et AF même combat pour le « tout pour Paris ». Depuis des siècles la France pédale pour Paris, rien à voir avec le développement bien partagé de l’Allemagne, notre histoire est tres différente.

  5. Aéroports de Paris repreneur de l’aéroport Saint-Exupéry de Lyon, on aura vraiment tout vu dans ce pays pourri par l’esprit jacobinard. Si cette quasi catastrophe et non-sens total politico-économique devaient arriver, LYS peut dire adieu à son expansion. Mais comme c’est un peu le souhait des élites politiques parisiennes (cf les derniers refus d’ouverture pour brider le développement lyonnais et rhônalpin)… Et après il y a 5 millions de chômeurs…

  6. allons

    Sans les millions d’ ADP , AF n’existerais plus…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum