A deux dans le cockpit : pas pour les pilotes de Lufthansa

Air-journal_pilote-equipage_Lufthansa

Le principal syndicat de pilotes de la compagnie aérienne Lufthansa s’est insurgé hier contre les recommandations de l’AESA sur la présence en permanence de deux personnes dans le cockpit, parlant de mesure contre-productive.

L’Agence européenne pour la sécurité aérienne (AESA) avait recommandé toute une série de mesures après le crash du vol 4U9525 de la low cost Germanwings, dont le copilote Andreas Lubitz avait volontairement écrasé l’Airbus A320 dans les Alpes le 24 mars dernier, entrainant la mort des 150 personnes à bord. Selon un communiqué du syndicat VC (Pilotenvereinigung Cockpit) le 10 août 2015, les pilotes de la maison-mère Lufthansa rejettent catégoriquement l’une de ces mesures, la présence obligatoire de deux personnes dans le cockpit à tous les instants du vol. Pour VC, cela comporterait des risques pesant « plus lourd que les gains de sécurité présumés », notamment en rendant l’ouverture de la porte du cockpit plus prévisible ; et le nombre de PNC n’a pas été augmenté, même si plusieurs compagnies ont volontairement mis en place cette règle. Toujours selon le syndicat, la mesure n’empêcherait en rien qu’un pilote décidé neutralise la deuxième personne, voire en soit complice.

Autres mesures condamnées par VC, la mise en place d’un référentiel européen de données aéromédicales contraire à la préservation du secret médical, et d’un programme de lutte contre la drogue ou l’alcool s’appuyant sur des contrôles aléatoires. Le porte-parole Markus Wahl souligne comme une évolution positive la mise en place d’un réseau de soutien aux pilotes en difficultés, présenté comme le seul moyen de s’assurer « que les concernés ne veuillent plus se cacher, mais cherchent plutôt de l’aide en temps voulu » ; mais les contrôles aléatoires « qui mettent les pilotes en doute a priori » auraient selon le syndicat l’effet inverse, d’autant que la présence d’alcool ou de drogue chez le copilote n’a pas été avérée à ce jour.

La Commission européenne va examiner les recommandations de l’AESA, en tenant compte des avis reçus d’autres sources, telles que le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses français (BEA) français qui a mené une enquête indépendante sur l’accident (voir son rapport préliminaire ici). Si des mesures législatives s’imposent, l’AESA sera invitée à élaborer des propositions concrètes, qui seront ensuite prises en considération dans les règlements de l’UE en matière de sécurité aérienne.

http://www.air-journal.fr/2015-08-11-a-deux-dans-le-cockpit-pas-pour-les-pilotes-de-lufthansa-5148376.html

Commentaire(s)

  1. Surprenant de la part des pilotes de LH de refuser des tests aléatoires de dépistage de la drogues et de l’alcool.

    Ce refus parait très suspicieux.

  2. Captainmarvel
    Publié le 11 août 2015

    Un dépistage aléatoire de stupéfiants/alcool chez les PN révèlerait de nombreuses surprises, rappelons nous de ce copi d’air Tahiti nuis et de son trafic d’ecstasy. Il m’a été donné aussi l’occasion de voir de la poudreuse dans une soirée d’une école de PNT privé du sud de la france et certains de ces consommateurs transportent des passagers actuellement

  3. Publié le 11 août 2015

    Enfin une position raisonnable et réfléchie.
    Aucune mesure ne pourra jamais empêcher un pilote déterminé à détruire un avion. Si l’opinion publique ne peut se satisfaire de ces faits, c’est dommage mais c’est comme ça.

    • FRED LA MARMOTTE - 11 août 2015 à 9 h 34 min
      FRED LA MARMOTTE
      Publié le 11 août 2015

      « Raisonnable », le camarade Pnt corpo, syndicalo, demago vient de s’exprimer…

    • RAISONNABLE ET RÉFLÉCHIE…….vous rigolé là non??

    • Aulongcours
      Publié le 11 août 2015

      Je n’a sais pas si c’est  » raisonnable et réfléchi », mais je suis d’accord avec vous sur le fait que rien n’empêchera jamais quelqu’un de déterminer a faire une monstruosité a réussir un jour ou l’autre a passer a l’acte, que se soit un pilote dans son cockpit,ou un chauffeur de demi remorque devant une école,ou celui d’un car plein de passager sur un pont,ou un conducteur de train accélérant a l’approche d’une courbe sévère ou d’une entrée en gare avec plein d’aiguillage,ou d’un gars descendant de chez lui avec un grand couteau et entrant dans un magasin…il y a dans la vie mille et une possibilité de disjoncter grave avec des conséquences funestes pour tout ceux qui sont au mauvais endroit,avec la mauvaise personne au mauvais moment…Effectivement,il faut d’un certain côté avoir le courage de regarder cette vérité en face avec un certain fatalisme…
      Ayant dit tout cela pour vous prouver que je comprends et partage en partie votre position, il est aussi DU DEVOIR des autorités de mettre en place tout systeme et procédure preventif de suivi ( régulier et/ou aléatoire) pour minimiser autant que possible ces cas de passage à l’acte,et également DU DEVOIR des personnels concernés de s’y soumettre…

  4. air france luthansa meme combat

    le concours qui fera sauter le plus d avion ?

  5. @THAIIIII

    En effet la Thaïlande n’est pas un modèle pour la sécurité aérienne

    Donc la prochaine garder vos commentaires stupides

    • SYJ skanyery
      Publié le 11 août 2015

      Toujours a critiquer AF.1:Je te rappelle que thai airways n’est en aucun cas un exemple de la sécurité aérienne.2:Drapeau rouge de L’OACI c’est très très pénalisant non??.3:Les accident d’air france étaient dus aux mauvaises conditions météorologiques.. A l’avenir si c’est pour dire des âneries garde tes commentaires débiles et évite de nous saoulés sur chaque article MERCI.!!!!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum