Air France : et maintenant ?

air-journal_air france 777 60e

Les réactions se sont multipliées après les violences de lundi autour du CCE de la compagnie aérienne Air France, souvent pour supporter la direction. Le déroulement des semaines à venir est nettement moins clair, y compris pour le rôle éventuel de l’Etat.

Une enquête a été ouverte le 6 octobre 2015 par le parquet de Bobigny pour violences aggravées, dégradations et entrave au déroulement du Comité Central d’Entreprise la veille à la demande de la compagnie nationale française, des plaintes individuelles ayant également été déposées. L’identification des fauteurs de troubles ne devrait pas être trop difficile vu le nombre de vidéos disponibles, Air France affirmant qu’il s’agissait de salariés. Un point contesté par certains syndicats, mais d’autre accusent dans le Canard Enchainé de ce mercredi la CGT de ne pas avoir envoyé ses « gros bras » comme d’habitude (même si ce sont clairement des membres de ce syndicat qui escortent les membres de la direction avec leurs chemises arrachées). « La décision d’interrompre la réunion du CCE a été ‘planifiée’ par les durs de plusieurs syndicats afin de lancer un coup de semonce décisif à la direction », affirme un responsable dans l’hebdomadaire. Dans son propre communiqué, la CGT condamne « les agressions physiques qui ont eu lieu ce jour », et condamne « tout aussi fermement l’attrition et les licenciements que la direction s’apprête à mettre en œuvre ».

D’autre condamnations sont venues du BAR France, le Board of Representative Airlines qui représente 70 compagnies présentes dans l’hexagone : « les évènements violents qui ont suivi la réunion du CCE d’Air France hier ont profondément choqué la communauté du transport aérien et, en particulier, les compagnies aériennes membres de BAR France », explique l’association dans un communiqué, tout en rappelant son « attachement aux valeurs du dialogue et de la négociation pour régler les conflits sociaux » et, « sans interférer dans les relations entre les parties », formant des vœux « pour qu’ils reprennent dans des conditions apaisées ». Le président de Twin Jet Olivier Manaut déclare de son côté être « scandalisé » par les incidents de lundi : « certains syndicats alimentent la haine au lieu de construire la paix qui est la seule voie d’avenir. Ils divisent là où ils devraient rassembler », affirme-t-il, certains syndicats prenant selon lui « des postures idéologiques qui n’ont aucun sens avec la réalité économique », et n’œuvrant pas pour l’avenir des salariés mais « travaillant, surtout, pour justifier leur présence ». Ce syndicalisme français est selon le dirigeant « un frein à la croissance, au développement, au dialogue, et un catalyseur de haine ce qui entraîne les événements affolants que nous avons pu observer ».

aj_pilote_air-france2Le président du SNPL Air France Philippe Evain s’est dit sur Europe 1 « abasourdi » par les images du CCE et « condamne sans réserve » les violences, avant de déclarer « toute son amitié va à ce directeur des ressources humaines, à ce commandant de bord matraqué et à cette hôtesse de l’air qui a reçu des gaz lacrymogènes ». Mais il explique aussi que la violence sociale dans les entreprises atteint un « niveau critique », qui s’exprime « par la voie des salariés mais également par la voie des directions ». Et il se dit prêt à reprendre les négociations sur Perform 2020, « dès lors que tous les acteurs qui peuvent avoir une influence sont présents », en particulier l’Etat qui détient 17% d’Air France : « la solution passera par ce troisième acteur, qui reste bien silencieux », assure Philippe Evain, qui regrette attendre « depuis des mois » d’être reçu par le gouvernement, sans réponse.

Le monde politique s’est bien sûr emparé de l’affaire, avec l’indignation attendue sur la façon dont l’image de la France avait été abîmée par les images de violence syndicale. On ne reviendra pas sur ces joutes sans rapport avec les enjeux d’Air France, mais il faut rappeler le rôle pas forcément positif de l’Etat, pourtant premier actionnaire de la compagnie : taxe Chirac pour le développement de la santé dans le tiers monde, qui coûte environ 75 millions d’euros par an à Air France, accord systématique pour l’augmentation des taxes par Aéroports de Paris, sûreté payée par les transporteurs, prélèvements sur la taxe de l’aviation civile… Mais ce rôle de l’Etat, dont les syndicats réclament l’intervention, ne suffit pas à expliquer le manque de compétitivité d’Air France, pas plus que les compagnies du Golfe ou les low cost selon March Rochet, président du directoire d’Air Caraïbes : interrogé par La Tribune, il affirme que la compagnie nationale doit se réformer, l’amélioration de ses comptes ne devant pas être « une excuse pour repousser les réformes » comme dans le passé, « sauf sous Christian Blanc ». Il cite en exemple la « toile d’araignée paralysante » que forme la multitude d’accords collectifs chez Air France (La Tribune cite un syndicaliste selon qui il y en aurait 250 pour les pilotes) et de textes administratifs. Son conseil : un tour de table de toutes les parties prenantes « pour partager le diagnostic ».

Et comme si la situation n’était pas assez tendue comme ça, Le Canard Enchainé révèle une autre information : citant « des documents que n’auraient pas dû recevoir certains syndicalistes », il affirme qu’Air France prépare 5000 suppressions d’emplois supplémentaires après 2017, qui viendraient s’ajouter aux 2900 mentionnées lundi lors du CCE. Les syndicats CGC et FO se sont dits surpris par le nombre sur Francetv.info, tandis que Miguel Fortea de la CGT Air France n’était pas étonné : « au total, cela ferait 8000. Cela rejoint notre analyse. Cela colle avec les estimations que l’on avait calculées », explique-t-il, avant d’ajouter : « lors du comité central d’entreprise, on a senti que la direction avait bégayé sur le sujet ». Air France a immédiatement démenti ces affirmations, déclarant qu’il n’existe « aucun plan concernant les évolutions d’effectifs » à partir de 2018.

 

 

http://www.air-journal.fr/2015-10-07-air-france-et-maintenant-5151452.html

Commentaire(s)

  1. phil1969
    Publié le 7 octobre 2015

    Vu le contexte actuel … vous les pilotes qui n’arrêtez pas de mettre en avant la sécurité des vols si vous volez de trop (pauvres petits choux..) je vous pose donc une question évidente .. quand sera t il de la sécurité des vol aujourd’hui entre PNT, PNC et personnes du sol? car je vous le rappelle Mrs… ce plan social est de votre faute ! (selon les médias et la direction d’AF… puisque c’est le message qui n’a de cesse de passer en boucle.)…
    ne valait il pas accepter de travailler plus? sincèrement?
    il y a de quoi être en colère quand quasiment tout le monde réussit a atteindre les objectif de transform 2015 sauf les pilote avec seulement 65%.. et pourquoi?
    encore la faute a la direction? la faute aux autres?
    PRENNEZ VOS RESPONSABILITES… relevez vos manches et aller bosser !! c’est dingue ca!

  2. FRED LA MARMOTTE - 7 octobre 2015 à 7 h 20 min
    FRED LA MARMOTTE
    Publié le 7 octobre 2015

    Ben au boulot, ou chez pole emploi, que les PNT signent, si il y a trop de PNT dans les effectifs cadre, eh bien que le ménage soit fait (sachant que la plupart sont là pas volonté du SNPL). Que l’on dégraisse le back office, et désolé pour les PNC, quand bien même les 20% de « perform » sont confirmés, pour coller aux concurrents européens, ne vous déplaisent le compte n’y est pas.

  3. Que l’état assume son rôle … Suppression de la taxe Chirac que seules les compagnies françaises paient . Baisse des taxes aéroportuaires… Les aéroports parisiens sont les plus chères d’Europe. Pendant que les autres baissent les taxes , la france continue de les augmenter. Prise en compte du rapport Le Roux . Et si l’état ne veut pas assumer , AF doit délocaliser son siège à Amsterdam … 20% de charges sociales en moins …
    En revanche , on n’a pas besoin du parachutage du chef de cabinet adjoint de Valls comme DRH …

  4. Publié le 7 octobre 2015

    Les 787 seront il annuler ? Comme le dise certain média .

    • Mykel
      Publié le 7 octobre 2015

      La livraison est pour l’instant seulement retardée.
      A moins que rapidement le SNPL signe cet accord Perform 2020 et surtout qu’ils finissent leurs accords Transform 2015 !!!! Lol
      Il paraîtrait que les 787 pourraient être exploités pour du LC loisirs, par Transavia par exemple. Pendant un temps, ces vols avaient même été prévus avec les A340 réconfigurés en version Haute Densité. Mais visiblement, malgré le fait que ces derniers ne soient pas si vieux, la direction d’AF ne leurs donne pas un long avenir. Dommage…

  5. Mykel
    Publié le 7 octobre 2015

    Que l’état fasse du ménage dans les taxes que seule AF paye. Qu’ils arrêtent aussi ces augmentations de taxes alors que les autres grandes plateformes européennes baissent leurs taxes!
    Enfin, chez AF, il est temps de comprendre que leurs accords actuels ne sont plus en adéquation avec la concurrence. Ils auront beau crier à haute voix que les compagnies du golfe font de la concurrence déloyale, ils ne pourront pas leurs imposer notre système social et nos charges! Donc, déjà mettez vous en ordre de bataille pour être à armes égales avec les autres grandes majors européennes !
    Côté flotte, bcp d’économies à faire avec la sortie des 747 et A340 (perso, ça reste mes deux avion préférés chez AF, malgré le fait qu’ils n’ont jamais eu de rétro fit en cabine). Chez HOP! aussi du ménage est à faire afin de passer au moins à deux fournisseurs (ATR et Bombardier ou Embraer, ce dernier ayant malheureusement une nette préférence).
    Je rentre de Vancouver ce vendredi, et repars avec AF (comme tjr) fin octobre à Rio; j’espère ne pas avoir de soucis

  6. Publié le 7 octobre 2015

    Bonjour à tous.
    Il y a bcp de commentaires de personnes qui ne connaissent eb rien sur AF,sf via la presse avec des articles « ciblés »! La vérité doit être dite et non  » déroutée ou oubliée par des journalistes partiaux!
    Exemple
    Que savez vous du décalage horaire,le temps nécessaire pour récupérer la notion temps?
    Ceux qui font des nuitées en brigade, ceux là le savent,,après une descente de nuit,vous ne savez plus quel jour est!
    Donc,critiquez en connaissance de cause,pas pour dire n’importe quoi.
    Pour commencer un vol,il faut être à la DO 2 heures avant(~)pour préparer le vol(non compris en heure de travail).certains PN (T/C)font du-h,+h,-h+,+h dans leur planning( decalage horaire,-,+,-,+),bonjour la fîn du mois pour récupérer!tout le monde ne peut vite récupérer ce changement d’horaire..
    Une heure de vol engendre 2h en sus pour preparer le vol.
    Le personnel AF a signé pour faire leur travail, mais quand la direction se trompe en mettant des sièges »toboggans »en club,faut être aveugle pour signer un achat pareil ! Aucun cadre decideur n est sanctionné pour leurs erreurs !même en premium,le repose pieds est inadapté ! Et la direction continue toujours à émettre des »plans »commerciaux aussi « bêtes »,à croire qu ils n’ont jamais pris l’avion!et echec commercial,sur qui on « tape »,le personnel,pnt/pnc,ps…pas la direction qui a fait les erreurs »!!
    Quelques exemples sur le fonctionnement de la cie,,
    Donc,messieurs, veuillez bien se renseigner avant de dénigrer le personnel AF
    Chaque métier a ses pbms,mais critiquer en connaissance de cause ,c est plus positif que dire des bêtises
    merci

    • Mykel
      Publié le 7 octobre 2015

      Je te rejoins à 100% !
      Que d’erreurs dans le passé…
      Maintenant, ce que j’aimerai savoir : est-ce plus dangereux de prendre un vol LH ou BA avec des pilotes qui ont des accords similaires au plan Perform 2020 proposé aux pilotes AF ?
      Je ne le pense pas.
      Merci d’avance aux experts pour vos réponses.

  7. Sans surprise ce sont les mêmes qui demandent à l’état d’assumer son rôle et qui crient à l’interventionnisme de l’état lorsqu’il le fait. Bref, yakafokon semble une politique fort répandue dans ces lignes…
    Et pour répondre à clams92 NON Paris n’est pas l’aéroport où les redevances (et non les taxes, ce qui montre son ignorance en la matière) sont les plus élevées en Europe.
    Quant à ceux qui prônent de délocaliser AF à AMS pour économiser 20% de charges, il faudra demander au SNPL de travailler sur un contrat de droit néerlandais, avec surtout une sensible diminution des privilèges -y compris fiscaux! C’est loin d’être gagné!

    • Mykel
      Publié le 7 octobre 2015

      Merci pour ces infos!
      Est-ce que tu as des sources sur le web montrant les différences de redevances aéroportuaires des plus grandes plateformes européennes ?
      Et d’une manière générale, de toutes les taxes et redevances que les compagnies doivent s’acquitter ?
      Merci

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum