Air France : PDG et syndicats auditionnés, Transavia unifiée ?

air-journal_equipage_air-france

Le PDG de la compagnie aérienne Air France a écarté hier la nécessité d’un médiateur dans les négociations avec les syndicats, ces derniers continuant à dénoncer l’inertie de l’état. La CGT menace d’un conflit sans précédent en cas de sanctions contre les salariés impliqués dans les violences du début octobre, tandis que la low cost Transavia France pourrait être fusionnée avec sa consœur néerlandaise.

La direction et les syndicats de la compagnie nationale française étaient auditionnés par l’Assemblée nationale le 4 novembre à Paris, et ils ont sans surprise campé sur leurs positions. Pour le PDG Frédéric Gagey, le dialogue social n’est pas du tout en panne chez Air France : il rappelle que la compagnie négocie « avec trois catégories de personnels – au sol, navigants et pilotes – qui fonctionnent avec des règles différentes. Cela rend le dialogue social plus compliqué », reconnait-il, « mais nous signons chaque année avec les partenaires sociaux une centaine d’accords. Nous avons renoué le dialogue avec les pilotes, et l’intervention d’une personne extérieure ne nous aidera pas à résoudre nos problèmes ». Interrogé sur l’accusation de semer la division entre ces catégories de personnel, il affirme « tout faire pour maintenir la cohésion ». Et les pilotes ne sont menés en justice que parce qu’ils n’ont « pas respecté leurs engagements, contrairement aux autres catégories de personnels ».

Les efforts des salariés, qui font face à un nouveau plan de suppressions de postes, « n’ont pas été vains : nous sommes à la moitié du chemin », explique-t-il quand les députés l’interrogent sur les résultats financiers dévoilés la semaine dernière. Et de souligner qu’alors qu’Air France perdait 600 millions d’euros en 2011, « elle engrangera quelques millions cette année. Nous avons mis six ans à sortir du rouge », ce qui ne veut pas dire « être sorti d’affaire ». Frédéric Gagey ajoute que la compagnie a besoin d’un « résultat de 740 millions d’euros pour nous développer sans recourir à l’endettement. Ne rien faire aujourd’hui serait la pire des options ». Et il se veut même rassurant sur les conséquences des images du 5 octobre, montrant les cadres d’Air France la chemise déchirée fuyant devant des salariés en colère : « cela n’a eu aucun impact sur les réservations », 14 millions de clients ayant reçu un courriel d’excuses et d’explication.

L’Assemblée nationale auditionnait ensuite les syndicats, qui eux aussi sont restés sur leurs convictions : pour Philippe Evain du SNPL majoritaire chez les pilotes, « les salariés ne peuvent que constater l’inertie de la direction d’Air France et du gouvernement face aux problèmes auxquels la compagnie est confrontée ». Il accuse en particulier la direction de ne « pas respecter les instances représentatives » en communiquant directement dans la presse, en une « stratégie du rouleau compresseur (…) malgré les tentatives de débats » lancées par les syndicats. Et dénonce un « Etat qui s’est montré passif ces dernières années », alors que pour Miguel Fortea de la CGT Air France « on a besoin d’un Etat stratège ». Selon Arnaud Dole de l’UNSA-PNC, « les salariés ont l’impression de ne pas avoir un retour sur les efforts »

Si la CGT a de nouveau réclamé une réunion tripartite entre la direction, les syndicats et le gouvernement, elle a d’autre part haussé le ton à propos des suites données aux incidents du 5 octobre : elle a promis « Spartacus » si des licenciements étaient prononcés à l’encontre des 18 salariés impliqués dans les violences lors du Comité Central d’Entreprise, et selon Miguel Fortea cité par Le Figaro « on sera tous sur la place et on aura un conflit sans précédent ». Le syndicat, dont certains membres figurent parmi les 18, affirme que ces salariés ont été « pris au hasard » et qu’ils sont « condamnés d’avance » même si il n’y a « rien dans les dossiers disciplinaires ». Rappelons que cinq employés comparaitront en correctionnelle le 2 décembre.

©Studio-Dumbar

©Studio-Dumbar

Pas de changements dans les positions des uns et des autres donc, mais les choses pourraient encore empirer si les informations publiées par La Tribune sur une unification de Transavia venaient à se vérifier : rappelons que c’est le projet Transavia Europe qui avait déclenché la grève de quinze jours des pilotes d’Air France en septembre 2014. Selon des sources internes citées par La Tribune, le groupe Air France-KLM envisagerait de créer une holding regroupant 100% des parts de la filiale spécialisée dans le vol pas cher, et rattachée au groupe aux côtés d’Air France et de KLM. Rappelons que Transavia Hollande est détenue à 100% par KLM, tandis que Transavia France est détenue à 60% par Air France et 40% par Transavia Hollande. Le projet serait à l’étude « depuis plusieurs mois », s’inspirant évidemment de l’exemple de Lufthansa avec Eurowings, et permettrait à la low cost d’envisager une ouverture du capital, voire l’acquisition d’autres compagnies pour poursuivre son développement. La Tribune souligne que l’opposition la plus vive à ce projet viendrait pour l’instant des pilotes de KLM, même si leur syndicat VNV n’y est pas hostile a priori (il vient d’ailleurs de signer des accords de productivité avec KLM et Transavia).

On notera enfin la rencontre entre la direction d’Air France et les employés à l’aéroport d’Ajaccio, relatée par France3 : cette escale devrait d’ici 2019 perdre 76 postes à temps plein sur 175, via « des départs volontaires, mutations volontaires dans un autre aéroport ou reclassement en temps partiel ». Objectif : économiser en quatre ans 5,2 millions d’euros. « On ne nous parle pas de licenciements mais de négocier des leviers qui seraient susceptibles de faire diminuer les coûts. En ces termes là, toute la discussion est ouverte, mais c’est le flou total », explique Valérie Cau, déléguée CGT Air France, évoquant les inquiétudes de tous les syndicats.

http://www.air-journal.fr/2015-11-05-air-france-pdg-et-syndicats-auditionnes-transavia-unifiee-5153064.html

Commentaire(s)

  1. Je ne peux que souhaiter a la Direction de rester ferme sur ses positions et sa stratégie de développement. Les résultats positif de ce moment sont fragile et se doivent d’être renforce. AF/KLM est un géant qui a énormément d’atouts et peut/doit réussir comme l’a fait AIG, LH, etc.. et donc pour cela, ils leurs faut:
    1. Ne rien céder sur le projet Transavia Europe (Bases locales et contrat locaux)
    2. Ne rien céder sur les 18 personnes actuellement en justice
    3. Ne rien céder sur les nego avec le SNPL manipulateur/menteurs qui ne respecte pas ses propres accords signes.
    4. Degraisser le back office
    5. Etre très aggressf sur la stratégie commercial
    6. Mettree en place au plus vite olitique salariale cohérente avec de ne pas être plombe encore une fois par des absurdité comme les salaires pilotes AF…

  2. un plus de 3000 h de vol - 5 novembre 2015 à 8 h 10 min
    un plus de 3000 h de vol

    On va tout droit vers un hiver « Chaud » chez Air France -KLM!
    1/La solution de fusion des 2 Transavia ( avec une flotte homogène de plus de 100 Boeing 737 mi 2016) est la solution qui semble logique pour tout gestionnaire sensé …..sauf pour les Syndicats
    2/ Continuer de dégraisser le Mammouth Air France pour le faire rentrer dans les normes de la concurrence est logique aussi , …sauf pour le SNPL
    3 /Diminuer de moitié l’escale d’Ajaccio ou le clientelisme a permis d’avoir plus de 170 personnes à l’escale pour quelques avions quotidiens !
    4/Il semble logique pour tout citoyen que les casseurs et les agresseurs de la Direction d’Air France soient condamnées ….sauf pour la CGT … bien sûr ….
    Bon courage à tous les passagers de notre chère compagnie pour la saison Novembre 2015-Avril 2016…..

  3. La menace d’un conflit pour début Décembre va avoir pour immédiate conséquence de faire grimper le prix des vols Easy Jet et d’autres, donc augmenter leurs trésoreries et leurs resultats en France.
    Bien vu..

  4. RICHIERRSA, il faudra m’expliquer en quoi un syndicat a la possibilité de ne pas respecter un accord, ce n’est pas lui qui met en place les mesures, c’est l’entreprise. Les efforts de Transform qui n’ont pas été faits par les pilotes étaient, selon l’accord Transform, conditionnés à des actions de l’entreprise. Or l’entreprise n’a pas mis en oeuvre lesdites actions, de ce fait les efforts qui y étaient associés n’ont pas été faits. D’ailleurs le juge des référés, s’il a décidé que la direction pouvait arbitrer le conflit, a refusé d’ordonner les efforts aux pilotes, les conditions n’étant pas réunies…

    Quant aux bases locales/contrats locqux, c’est juste de la délocalisation. Quand cela concerne les ouvriers d’une usine envoyés en Roumanie on hurle au scandale, quand ce sont des navigants envoyés au Portugal on applaudit, cherchez la logique ! Après je peux accepter que vous n’aimiez pas la France au point de souhaiter la délocalisation de ses emplois et la fuite de ses revenus fiscaux. C’est votre droit de ne pas aimer votre pays.

    • @RB: Je suis français et vraiment fier de l’être. Mon propos est tout simplement réaliste, l’utopie n’existe pas dans ce monde. La France n’est plus la 1ere puissance mondiale depuis des siècle et elle est maintenant une nation de 2nd rang. La delocalisation est un mal, tout a fait mais vous devriez ouvrir les yeux. Vous avez le choix entre suivre l’exemple de IAG, LH, etc.. et sauver une belle entreprise au prix de sacrifice ou continuer dans votre logique passéiste et le seul résultat qui tombera sera la disparition de cette belle entreprise !!!
      Il est clair que les syndicats chez AF font preuve d’un obscurantisme délirant totalement hors de la réalité et qui conduit peu a peu l’entreprise a la faillite. Merci a la CGT pour le torpillage d’entreprises comme le Port de Marseille, SNCM, Sealink, etc….
      En conclusion, je ne souhaite personnellement pas les delocalisations mais je suis réaliste et si vous voulez vous battre a armes égales contre des voyous de type Ryan Air, la seule option viable est Transavia Europe avec bases locales et contrats locaux. Le reste n’est que manipulation et mensonge.
      C’est quand même marrant que vous défendez les pilotes sur le plan Transform mais rien sur les salaires délirants des pilotes AF… comme quoi la vérité fait mail !!!!

  5. Vincent

    « La CGT menace d’un conflit sans précédent en cas de sanctions contre les salariés impliqués dans les violences du début octobre »

    Le dictateur Staline reste toujours l’icone de ce syndicat bolchévique qui ne représente que lui-même !

    Quoiqu’il en soit, la situation d’AIR FRANCE est simple : c’est catastrophique.

    La seule solution serait de tout remettre en plat, mais personne n’en aura le courage. La destinée d’AIR FRANCE est donc de disparaître, à moins que l’Etat mettre la main à la poche … avec nos impôts, bien sûr !

  6. VIVE LES SYNDICATS AF qui se battent pour ne pas finir comme arcelor,psa,alstom,General electric etc.., toutes nos entreprises française qui font des profits mais qui ne sont jamais assez pour eux ( 481M d’euros en un trimestre, RECORD HISTORIQUE)C’est surement pas grâce a la CFDT et a la CFE-CGC que le gouvernement met en place partout pour détruire de l’emploi et remercier par la suite les syndicalistes comme edouard martin a devenir député européen. CONTINUEZ FRANCAIS A DORMIR ON EN REPARLE DANS 10 ANS MAIS CA SERA TROP TARD! VOS GRANDS PARENTS DOIVENT SE RETOURNER DANS LEURS TOMBES

  7. ForUsingCalvinKlein - 5 novembre 2015 à 9 h 17 min
    ForUsingCalvinKlein

    Un article sur Air France équivaut à un os à ronger !!!

    A mes voisins du dessus, vous avez oublié de rajouter, augmentation annuelle et systématique de tous les cadres dirigeant et ceci peu importe le résultat (ah oui j’avais oublié, ça s’est déjà fait…)

    C’est bien connu, l’employé est le seul levier d’ajustement et les erreurs de management… ben on s’en fout !!!

  8. Nos Grands Parents n’auraient jamais été assez cons pour couler une entreprise avec ce genre de « revendications »..
    Bon vol.

  9. un plus de 3000 h de vol, travaillant a l’escale d’ajaccio, je fais parti des 170 nantis, ou pas !

    Faut quand meme préciser que dans ces chiffres car apparemment c’est énorme, ca comprend tous les services a savoir la vente, le passage et la piste, l’encadrement, les bureaux etc…

    Apres faut aussi préciser que rien n’est sous traité, du tri au ménage, au chiotte etc..

    Vous croyez qu’il faut être combien pour faire tourner 30 a 40 rotations lissé de 5h du mat a 23h30 ? 7/7j ?

    Ha oui on peut tous sous traiter, mais au final le chiffre pour faire ces avions reste le même, y a juste les contrats précaires au smic a temps partielle année après année donné par les sous traitant, oui effectivement vous devez surement faire partie de ces personnes qui craignent absolument rien pour votre emploi et qui adore craché sur les travailleurs !

    Apres concernant le dialogue social, quelle fumisterie, ils arrivent avec le chiffre de 5 millions d’euros par an a réalisé, pas a 2019 mais 2017 ! Aucun plan de développement d’activité, la seul chose retenu c’est de se séparer de 76 personnes. Aucune stratégie, aucune création de ligne pour augmenter la productivité, au contraire il font tout pour la baisser. Toutes les propositions sont balayé.

    Apres faudra pas s’étonner si il y a des mouvements de greve vu qu’aucune solution n’est envisagé mais bon comme ils le précisent, nous aussi on fera greve sur la base du volontariat 😉

    PS : Allez, lâchez vous bande jaloux. AF c’est le mal et encore plus leur employés c’est bien connu. d’ailleurs comme je paye pas l’avion je vais aller me boire un café a Paris. (ou pas)

    • Votre obscurantisme et utopiste en est triste a pleurer. La France plonge tous un peu plus a cause de gens comme vous qui refusent le changement et qui font tout pour couler les entreprises. Personne n’est jaloux de AF (excuse habituelle des employés frustres de AF). On aime notre compagnie et on a mal de la voir couler un peu tous les jour a cause de gens comme vous. Nous avons des job, bossons 50 a 60 heures par semaine, acceptons les sacrifices pour faire l’entreprise et conserver nos postes, etc… et on est donc plus que frustre de lire de réponses de votre genres, complètement a cote de la plaque, égoïstes et suicidaire.

  10. Evitez de réserver un vol AF pour les fêtes de fin d’année, cela vous évitera de gâcher vos vacances de Noël en cas de grève à compter du 18 décembre!

  11. et j’adore ce passage, mutations volontaires dans un autre aéroport ! Quand on sait que toutes les escales sont concerné dans les 2900 suppressions de postes, dans quelles escales on parle ? ORY (ça licencie) CDG ? (ça licencie aussi), car faut pas l’oublié, ça n’a jamais fait parti d’un plan A ou B chez AF.

    Les escales doivent être vide de tout employés AF, sauf chez les cades bien sure !

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum