Star Alliance s’ouvre aux low cost

aj_star alliance tail

Star Alliance veut étendre son réseau aux compagnies aériennes low cost et hybrides, avec le lancement du modèle Connecting Partner. La spécialiste du vol pas cher d’Afrique du Sud Mango en sera la première bénéficiaire, au troisième trimestre 2016.

La première alliance mondiale, avec 28 membres a dévoilé le 9 décembre 2015 son nouveau concept, grâce auquel les routes opérées par les low cost et autres compagnies « hybrides » seront reliées à son propre réseau, permettant aux passagers des compagnies de Star Alliance de choisir leur trajet « parmi un choix encore plus vaste de destinations et de vols ». Les futurs membres du modèle Connecting Partner seront « étudiés avec soin afin de déterminer leur capacité à rejoindre le réseau existant » de Star Alliance ; et même s’ils doivent adhérer et s’adapter aux « hauts standards d’opération » de l’alliance, ils n’en deviendront pas membre pour autant. Les passagers choisissant un trajet « mixte » avec transfert depuis une compagnie de Star Alliance vers un de ces nouveaux partenaires bénéficieront par exemple de l’enregistrement unique et du transfert automatique des bagages enregistrés, avec pour les membres Gold du programme de fidélité de l’alliance « des avantages supplémentaires » en ligne avec les offres de ce partenaire. Les signataires du modèle Connecting Partner auront de plus la possibilité de passer des accords commerciaux bilatéraux avec les membres de Star Alliance, qui pourraient inclure des privilèges additionnels pour les membres de programmes de fidélité existants.

« Ce concept innovant » répond à la convergence observée entre les compagnies régulières et les low cost, explique le CEO de Star Alliance Mark Schwab dans un communiqué. « En même temps, nos clients nous disent qu’ils veulent pouvoir accéder à des marchés où nous ne sommes pas idéalement présents », ajoute-t-il, « et comme dans de nombreux cas les compagnies full service ne peuvent remplir ce fossé, le modèle Connecting Partner nous permettra de proposer aux voyageurs un réseau plus étendu ».

air-journal_Mango_737-800@NJR ZA

©NJR ZA

C’est la low cost sud-africaine Mango qui sera le premier partenaire de ce nouveau modèle, ayant été choisie en raison de son style « innovant et moderne ». Fondée en 2006 et plus grande low cost du pays en termes de trafic, la filiale de South African Airways est basée à l’aéroport de Johannesburg-OR Tambo, d’où elle dessert sept destinations intérieures plus Zanzibar en Tanzanie avec une flotte de dix Boeing 737-800. Elle est la seule low cost africaine à « offrir » le wifi en vol, et a remporté plusieurs récompenses en particulier chez Skytrax ces deux dernières années ou aux World Travel Awards. Son CEO Nico Bezuidenhout souligne que « l’innovation et la recherche de l’excellence sont les pierres angulaires de Mango, et sont fondamentales autant à sa culture qu’à son modèle d’affaires » ; participer à l’élaboration du modèle Connecting Partners, puis à son lancement « rentre dans le cadre de notre stratégie à moyen et long terme », ajoute-t-il. Et il précise que participer à ce modèle « non-conventionnel » offrira aux low cost et compagnies hybrides « une croissance de part de marché immédiate tout en offrant un plus grand choix aux voyageurs ».

Rappelons que Star Alliance rassemble Adria Airways, Aegean Airlines, Air Canada, Air China, Air India, Air New Zealand, ANA (All Nippon Airways), Asiana Airlines, Austrian, Avianca, Avianca Brasil, Brussels Airlines, Copa Airlines, Croatia Airlines, Egyptair, Ethiopian Airlines, EVA Air, LOT Polish Airlines, Lufthansa, SAS Scandinavian Airlines, Shenzhen Airlines, Singapore Airlines, South African Airways, Swiss, TAP Portugal, Turkish Airlines, Thai Airways et United Airlines. De quoi offrir plus de 18.500 vols chaque jour vers 1330 aéroports dans 192 pays.

http://www.air-journal.fr/2015-12-10-star-alliance-souvre-aux-low-cost-5154894.html

Commentaire(s)

  1. Rien de nouveau … Air france et british s’appuient déjà sur kulula et les comptes. Il me semble avoir lu que la situation financière de mango n’était pas aussi bonne qu n’espérée. Il y a surcapacité dans le ciel sud africain qui entraînera la disparition d’opérateur . Skywise en a été la première victime la semaine dernière .

    • Pour le moment Skywise n’a que suspendu ses opérations…
      Si Skywise cesse définitivement, ce ne sera certainement pas la première puisque la low cost 1st time a mis fin à ses activités en 2012 tout comme Velvet Sky la même année, Interlink en 2010 et Nationwide en 2008.

      C’est vrai qu’il y a surcapacité avec 4 low cost et 2 major (propriétaire de 2 lowcost) dans un marché limité et dont la croissance économique est à la peine. Malgré la concurrence, les prix des billets d’avions sont chers pour la majorité de la population (AR Johannesbourg-le Cap coûte en moyenne 1600 Rand comparé à 1200 R et moins en Shosholoza).

    • Desole de vous contredire mais la 1ere compagnie low cost a avoir cesse ses opérations en Afrique du Sud est « 1Time » et c’était il y a 2 ans. Il n’y a aucune surcapacité dans la ciel sudaf, la preuve en est avec l’arrivée récente de FastJet qui se développe très bien par ailleurs. La problème n’est pas la surcapacité mais une certaine forme de cartel entre les operateurs historiques (SAA avec Mango, BA, Kulula)

  2. C’est une étape obligée et aucune alliance digne de ce nom ne pourra encore longtemps négliger ce phénomène.
    Ça va se bousculer pour « seduire » Easy Jet à l’avenir au regard de son réseau, de son sérieux et surtout de son succès..

    • Oui c’est ce que je me disais… il y a déjà quelques semaines c’était des pourparlers entre Lufthansa et EZY, et maintenant ce produit qui est lancé… en tout cas c’est déjà une avancée pour Lufthansa et les low-costs, espérons qu’EZY soit intéressée et prête à accepter les ‘sacrifices’ pour entrer dans cette démarche.

  3. Les low cost, c’est l’avenir. A côté des compagnies du golfe, principalement, et des européennes qui ont su et sauront se réformer (Lufthansa, British… Evidemment pas AF !)

    • « … Evidemment pas AF ! » Vous êtes voyant pour affirmer cela ? Certes il ne faut pas nier que c’est et ça sera compliqué mais affirmer qu’Air France ne se réformera jamais … Il faut vraiment être français pour souhaiter la disparition de sa propre compagnie … et de se plaindre ensuite d’une réduction de fréquence sur certaines destinations ou carrément la fermeture de certaines lignes

    • Pet

      Type de commentaire quotidien sur n’importe quel média français avec la constance autiste du verre à moitié vide démontrant:
      – une solide méconnaissance de la capacité de rebond. Connu et spécifique à la France( voir tel mobile par ex)
      – une incandescente naïveté à toujours vour l’herbe plus verte chez le voisin.

      Voyagez un peu, ça ouvre les écoutilles!

  4. Le low-cost utilisé comme pré-acheminement vers les hubs long courrier semble un modèle inéluctable pour le futur. Reste que la clientèle Business et First n’appréciera pas nécessairement.
    Mais les low cost concernés devront apprendre à gérer les bags en correspondance, etc etc ce qui n’est pas leur culture (en tous cas pour EZY et FR, a l’inverse de Norwegian qui le gère aussi bien qu’une cie Lecgacy.
    Et comme le dit Erik beaucoup vont se mettre à courtiser EZY…

  5. groovy

    Louis air france possède le réseau le plus important au monde et est de loin la compagnie la meilleur du monde beaucoup de gens rêvent d’y travailler oups je vais me faire crier.

  6. etonnant ce developpement
    a la COP21 un paragraphe proposant d encadrer le secteur aerien a disparu
    voyageons donc encore et encore a bas prix,
    tout va bien

  7. Lufthansa? Si vous vous reférez à Germanwings/Eurowings, dans ce cas revoyez votre définition de « low cost »….

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum